Viens semer la
DISCORD(E)




 

Mer 7 Nov - 15:43
Dae-Hyun Jang
S • Université - 5ième année
Dae-Hyun Jang


:
S • Université - 5ième année

I need you…





Nuit du 4 septembre 2017


Les vacances d’été étaient terminées et les cours avaient repris. Pourtant, c’était comme si Dae-Hyun avait laissé une partie de son âme à Séoul, aux abords de l’aéroport. Lui qui était d’ordinaire si souriant et si chaleureux, il ne semblait plus être que l’ombre de lui-même. Il fallait dire qu’il n’était pas revenu de bon cœur à Hoshi après ces 15 jours passés avec son père. Celui-ci l’avait accueilli dans une forme loin d’être olympique, ce qui avait totalement fait paniquer son fils adoptif. Il semblait tellement faible… La vision de son père amoindri avait aussitôt convaincu l’étudiant de ne pas repartir pour le Japon. Tant pis, il préférait tout abandonner que risquer d’apprendre un jour que son père lui avait été enlevé. Adieu les études, adieu son rêve, adieu le Japon, adieu ses amis et… adieu Yoite. Son père comptait plus que tout pour lui. Cependant, le paternel de Dae-Hyun ne semblait pas voir les choses sous le même angle que le danseur. L’homme d’affaire savait pertinemment que son fils ne serait pas heureux en restant à ses côtés et, même si ça lui déchirait le cœur de le voir repartir, il préférait que le Coréen poursuive la voie sur laquelle il s’était engagé avant de le trouver dans cet état de faiblesse.

Résultat, Dae-Hyun s’était retrouvé presque attaché de force dans un avion pour le Japon, furieux de ne pas avoir réussi à convaincre son père de le laisser rester. La culpabilité le rongeait tellement qu’il avait fait sa première semaine de cours en restant le moins possible en dehors de son appartement. Il se contentait de suivre distraitement les cours, de faire bonne figure pour n’inquiéter personne en affichant ce sourire qui dissimulait parfaitement son mal-être, et dès la fin de ceux-ci, il prétextait se sentir un peu nauséeux pour esquiver les heures de club. Ça faisait une semaine que ça durait, qu’il restait cloîtré chez lui dès qu’il n’était pas en cours, restant bien souvent dans le silence le plus complet. Il n’avait plus envie de faire de la photo, et encore moins de danser. Son seul réconfort il le trouvait auprès de ses cigarettes et de son chat qui ne comprenait pas pourquoi Dae-Hyun mangeait soudainement aussi peu et ne dormait presque plus. Le danseur n’arrêtait pas de penser à son père, laissant uniquement la lueur de la lune et des étoiles éclairer la grande baie vitrée de son salon alors qu’il se laissait presque dépérir sur son canapé, ne prenant même plus la peine d’aller jusqu’à son lit pour essayer de dormir.

Son appartement était donc en bien piètre état, le sol étant jonché de plusieurs paquets de cigarettes vides qu’il n’avait même pas le courage d’aller jeter à la poubelle. Lui qui ne fumait presque plus depuis sa rencontre avec Okita et les séances de jogging qu’il lui avait imposées… Il se retrouvait à fumer presque un paquet par jour. Dae-Hyun savait que ce n’était pas une bonne chose, qu’il devait trouver un autre exutoire pour essayer de se sortir de cet état qui le dégoûtait, mais il ne trouvait aucune solution. Il ne pouvait décemment pas en parler à son père et même s’il avait plusieurs connaissances à Chisê, le Coréen ne s’était jamais vraiment ouvert à personne. Il n’aimait pas parler de lui, de son passé, alors parler de ses problèmes… Vêtu d’un jean et d’un t-shirt presque trop large pour lui, Dae-Hyun s’était assis sur une des chaises de son balcon, une cigarette encore coincée entre les lèvres alors qu’il perdait son regard vide sur le ciel dégagé. La fumée brouillait un peu sa vision, ou peut-être était-ce parce qu’ils étaient douloureusement secs à force d’avoir trop pleuré. Qu’est-ce qu’il était censé faire ?

Et puis, sans vraiment s’en rendre compte, les doigts de Dae-Hyun s’emparèrent de son téléphone portable qu’il sortit de la poche de son jean. D’un air à moitié absent, il commença à écrire un message à Yoite et l’envoya sans même se relire, se disant que s’il le faisait, il finirait par tout effacer et ne rien envoyer du tout. Le Japonais était la personne la plus proche de lui dans cette ville. Ils s’étaient finalement avoué leur attirance mutuelle, physique du moins, la veille de leur départ en vacances, puis chacun était parti de son côté. Dae-Hyun l’avait croisé très brièvement dans les couloirs depuis la rentrée, mais ils n’avaient pas eu l’occasion de se retrouver pour peut-être discuter de ce qu’il s’était passé. Il fallait dire qu’ils avaient été un peu coupés dans leur élan par l’arrivée de la voisine du Coréen, précipitant ainsi leur séparation.

Au bout de quelques minutes, le brun regarda son portable. Ah… Aucune réponse… En même temps, il était 3h00 du matin, le pauvre Yoite devait sans doute déjà dormir. Dae-Hyun fixa son écran, puis la photo qu’il avait mise pour le contact du Japonais. Celle où il était sous sa douche après leur toute première fois. Le cœur du Coréen se serra douloureusement et son doigt bougea presque tout seul, lançant un appel. Portant son téléphone jusqu’à son oreille, sa main de libre débarrassant ses lèvres de sa cigarette, Dae-Hyun s’attendait à tomber sur la messagerie. Quelle ne fut donc pas sa surprise d’entendre un Yoite à moitié endormi lui répondre !

« Ah… Désolé de t’appeler aussi tard. J’imagine que je t’ai réveillé… Je… Je pensais que j’allais tomber sur ton répondeur mais hum… »

Les doigts du brun se crispèrent sur sa cigarette alors qu’il fermait les yeux, soupirant assez bruyamment. Rien que de l’entendre dire « Allo » avec sa voix endormie lui faisait du bien. Il n’avait pas juste envie de lui parler, il avait aussi viscéralement besoin de le voir et de le prendre dans ses bras. Il était tard, ce n’était sans doute pas le bon moment, mais ces 15 jours de vacances lui avaient permis de réfléchir à énormément de choses, dont l’évolution de sa relation avec Yoite. La gorge serrée, Dae-Hyun finit par reprendre après un léger silence.

« Yoite… J’ai besoin de te parler. C’est… vraiment très urgent. Mais… pas au téléphone. »

Est-ce qu’il allait accepter de venir chez lui vu l’heure avancée ? Dae-Hyun faisait de son mieux, mais Yoite le connaissait suffisamment bien pour savoir que le Coréen n’appellerait jamais quelqu’un aussi tard si ce n’était pas vraiment urgent. Il n’avait pas la voix d’un mec ivre, simplement celle d’un homme qui avait terriblement besoin de réconfort et de déballer enfin tout ce qu’il avait sur le cœur à quelqu’un qui voudrait bien l’écouter.


©️ Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Jan - 22:15
Yoite Unden
S • Prof de maternelle
Yoite Unden


:
S • Prof de maternelle
Ah, l'Australie. Yoite en avait visité de beaux pays, vécu de merveilleux moments mais là ... il avait touché le paradis du doigt. Non seulement le temps avait été au beau fixe et il était revenu bronzé comme jamais mais surtout, il avait été d'une humeur positive tout au long des 15 derniers jours. Même ses potes le lui avaient fait remarquer, finissant par finalement lui faire avouer la raison de tout cela : Dae-Hyun.
Si le prénom du coréen n'était pas nouveau, ce qu'il leur avait raconté était pourtant inédit! Et il s'était fait charrier comme jamais, ne se lassant pas d'entendre ses potes crier derrière lui "Yoite est amoureux". Il avait beau avoir eu du mal à l'admettre, il savait qu'à l'heure actuelle, c'était la vérité. Enfin il mettait une définition sur ce que représentait l'amour. Bien sûr, il craignait toujours le retour, l'après mais il préférait d'abord se concentrer sur ce qu'ils avaient vécu tous les deux dans cet appart et ... Carpe Diem!

Alors quand les vacances s'étaient terminées, quand Yoite était revenu au Japon, il s'était imaginé tout un tas de scénarios sur des mails du coréen, des photos ou un signe de vie mais ... rien. ok, il n'en n'avait pas envoyé non plus mais il se savait centré sur sa petite personne mais Dae ... il était sociable, et accessible non? Est-ce que c'était une façon de lui donner sa réponse?
Les cours avaient repris et Yoite continuait de se demander ce que l'avenir leur réservait. Il mourrait d'envie d'appeler le coréen pour être fixé mais craignait que cet appel ne soit le dernier. La confrontation n'avait jamais été son truc et surtout, il ne voulait pas avoir été amoureux pour si peu de temps partagé. Une semaine défila ainsi, sans nouvelles de la part des deux. Yoite sentait que quelque chose n'allait pas car Dae-Hyun ne venait pas aux clubs et c'était pas son genre de rater les activités qu'il aimait. De plus, quand ils se croisaient, leurs échanges étaient très courts. Il s'était alors renseigné auprès de ses camarades de classe et même si Dae était présent en cours, certains l'avaient décrit comme "légèrement différent".
Seul dans sa chambre, la porte fermée, Yoite réfléchissait à ce qui avait bien pu se passer. Ces vacances, Dae-Hyun les attendait toujours avec beaucoup d'impatience. Revoir son père seul en Corée lui redonnait toujours le sourire d'habitude ... Est-ce qu'il s'était passé quelque chose là-bas? Ou bien ... est-ce qu'il devait se demander si Dae-Hyun essayait de lui faire comprendre qu'il ne savait pas comment lui dire "non"? Franchement, ils étaient adultes, le silence c'était pour les enfants! D'ailleurs, il se décida : demain, il allait tenter de le trouver pour discuter!

C'est sur ces belles pensées que Yoite termina sa soirée, prenant une douche avant d'aller se coucher, priant intérieurement que la chance lui sourit et que Dae-Hyun donne des nouvelles avant qu'il n'ait à le faire. Un "non" lui ferait du mal mais ça ne serait pas pire que l'attente.
Sursautant dans son lit alors que son réveil indiquait 3h00 du matin, Yoite tourna vivement les yeux vers cette lumière aveuglante et ce son infernal qui l'avait tiré de ses songes. Son téléphone sonnait et s'il aurait raccroché en pestant en temps normal, là il s'entendit couper sa respiration et hésiter une mili-seconde. Dae-Hyun ... Son Dae-Hyun l'appelait. Enfin.


"... Mmh oui ... Allo?"

Son cœur avait beau battre la chamade, ses yeux avaient du mal à rester ouverts à cette heure. Son cerveau fonctionnait à 1000%, cherchant à savoir la raison de cet appel nocturne, à entendre ce qui n'avait pas pu attendre demain. Et quand la voix de son amant s'insinua dans ses oreilles, un infime sourire se dessina sur les lèvres du japonais. Cette voix, il en avait rêvé pendant 3 semaines désormais, se remémorant ces soupirs, ce souffle, cette douceur ...
Se redressant pour finalement se retrouver assis en tailleur dans son lit, Yoite attendait la suite. Quelque chose semblait tracasser le coréen, au point qu'il ne disait plus rien à l'autre bout. Est-ce que c'était une erreur de numéro? Est-ce qu'il aurait dû ne pas décrocher?


"Tu pré ..."

Mais il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Dae-Hyun reprenait sa conversation et cette fois, un grand frisson lui chatouilla tout le corps. Il avait beau faire 24° dans sa chambre, ce frisson froid lui avait donné la chair de poule. Cette voix si joviale d'habitude était sérieuse à l'extrême, presque trop. Cet appel nocturne n'était pas un jeu de luxure entre eux, ni une blague de mauvais goût, c'était l'Appel avec un grand A.
Relâchant ses épaules contractées depuis quelques instants, il répondit juste dans un soupir :


"J'arrive tout de suite."

La suite le terrifiait, aussi il raccrocha sans tarder.
Les quelques secondes (minutes?) qui suivirent, Yoite ne bougea pas. Inerte dans son lit, il se demandait s'il était près à faire face à la conversation qui allait venir. Il désirait Dae-Hyun et plus que pour une nuit, il savait qu'il ne serait pas assez fort pour ne pas lui faire part de son envie d'une relation sérieuse si celui-ci lui disait qu'il faisait marche arrière. Tant pis s'il passait pour un désespéré, il n'avait rien à perdre ...

Enfilant un T-shirt blanc et un bermuda gris foncé, Yoite se glissa hors de sa chambre en toute discrétion. Il n'était pas privé de sortie mais sortir à cette heure-là serait quand même mal vu, surtout s'il réveillait toute la casbah.
Le chemin se fit à vélo, les transports en commun ne fonctionnant plus. Il ne mit pas longtemps pour autant et se retrouva devant la porte de l'immeuble. Il sonna et attendit mais un simple "krrr" se fit entendre, signalant l'ouverture de la porte sans bavardage. Ça le mettait doucement en condition, il ne cessait de se dire qu'il devait s'imaginer le pire, s'attendre presque à ce qu'il lui présente un coréen qui avait fait le vol retour avec lui et qui était son nouveau numéro 1. C'était insensé mais ça l'aidait à ne pas se faire de faux espoirs ...
En quelques pas de plus, Yoite se retrouva devant l'appart de Dae-Hyun, cet appart si rempli de souvenirs chers à son cœur. Le chemin, pourtant fait qu'une seule fois, avait été retenu et Yoite stressait. Il stressait à l'idée de frapper, de rentrer là où tout avait enfin commencé et de voir que tout devait peut-être se terminer. Ce cap lui semblait être le plus difficile de sa vie et parce qu'il était adepte des choix faciles, il tenta le tout pour le tout et appuya sur la poignée en espérant que la porte serait ouverte.
Et ... oui.
Finalement, ça collait bien avec le Dae-Hyun qui a quelque chose sur le cœur, qui ne parlera que pour dire des choses claires et nécessaires.

Il était là, enfin ... là-bas. Yoite avait mis quelques secondes à le trouver, éloigné sur son balcon comme si sa venue n'était finalement qu'un imprévu. Qu'est-ce qu'il fichait là-bas? Il était encore habillé en plus.


"Dae ..."

Juste un mot en l'ayant rejoint et Yoite avait de suite remarqué la différence.
Certes, son appart était en total désordre, le ménage était clairement pas fait, y avait du bordel partout, des restes de repas dispersés sur presque tous les meubles, une couverture près du canapé mais ça pouvait encore s'expliquer par un simple ras le bol. Malheureusement ce n'était pas ça ... Dae-Hyun était en train de fumer et ça, le japonais savait ce que ça voulait dire : il était stressé. Ils n'en n'avaient que peu parlés depuis qu'ils s'étaient rencontrés car Yoi l'avait vu fumer peut-être 2 fois en tout et il avait fini par lui demander pourquoi est-ce qu'il fumait de temps en temps s'il pouvait s'en passer. C'est à ce moment-là que le coréen lui avait expliqué, lui livrant une part de sa vie privée.

S'approchant, Yoite leva doucement sa main pour la glisser sur celle de Dae, jusqu'à attraper la cigarette. Sans forcing, sans brutalité, il lui retira cette clope malvenue et l'écrasa sans tarder. D'un seul pas, le petit japonais se posa devant lui, adossé contre le balcon, fixant ces magnifiques yeux verts qu'il adorait tant. Dae-Hyun semblait fatigué, amaigri aussi et son sourire était carrément absent. Lui qui était revenu plus joyeux que jamais de son voyage se sentait presque coupable d'avoir passé de si bons moments alors que Dae-Hyun semblait souffrir à quelques milliers de kilomètres de là.


"Qu'est-ce qui t'arrive? T'as des soucis?"

L'envie de le toucher était tellement forte que c'en était douloureux. Là, bien plus que l'amant, Yoite voyait l'ami et souhaitait l'aider. Il lui aurait bien fait un câlin ou une belle accolade d'épaules mais il avait ce sentiment que ça ne résoudrait rien. Son corps tout entier le désirait et luttait pour contrer ses pulsions mais même triste et inquiet, son coréen était ... beau.
Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 12:29
Dae-Hyun Jang
S • Université - 5ième année
Dae-Hyun Jang


:
S • Université - 5ième année

I need you…





Dae-Hyun s’était vraiment attendu à tomber sur le répondeur du Japonais en l’appelant à une heure aussi tardive mais… quand il sentit son cœur se serrer violemment en l’entendant décrocher avec sa voix endormie, il sut qu’il n’aurait pas pu se contenter de simplement entendre son répondeur pour y laisser un message. De toute façon, il n’aurait certainement pas laissé de message, pas pour lui dire ce qu’il avait besoin de dire. Ils devaient se voir en direct, c’était bien trop important pour en parler au téléphone. Dae-Hyun s’en voulait malgré tout énormément de réveiller Yoite à cette heure-là. Il se sentait tellement égoïste en lui disant de venir parce qu’il devait lui parler… Est-ce qu’il n’aurait tout simplement pas pu attendre le lendemain ? De le croiser à l’Académie pour lui en parler ? Visiblement, le Coréen avait atteint ses limites. Après une semaine à se morfondre, seul dans son appartement, il avait ressenti le besoin de jouer les gosses capricieux. Et Yoite avait cédé. Dae-Hyun raccrocha aussitôt et fixa encore un instant la photo du Japonais sur son téléphone. Il se sentait tellement mal… Et il se sentait encore plus mal de devoir infliger ça à Yoite.

Se levant finalement, Dae-Hyun resta accoudé à son balcon, regardant le paysage d’un œil absent. Quand il aperçut un vélo arriver vers chez lui, le Coréen comprit aussitôt qu’il s’agissait de Yoite. Sa cigarette toujours allumée, ne prenant même pas le temps de l’éteindre pour aller déverrouiller la porte d’entrée de l’immeuble pour ne pas trop incruster l’odeur dans son appartement, Dae-Hyun se contenta d’appuyer sur le bouton en entendant la sonnette, laissant la porte déverrouillée avant de retourner sur son balcon. Complètement ailleurs, le Coréen n’entendit même pas la porte s’ouvrir, ni Geurimbut qui faisait son cirque à l’arrivée de cet intrus sur son territoire. Ce ne fut qu’en entendant la voix du Japonais souffler son prénom qu’il se redressa un peu et tourna la tête vers lui. Ses yeux étaient cernés au possible, on voyait qu’il était fatigué et que ça n’allait pas du tout.

« Yoite… »

Sa gorge était tellement sèche et serrée qu’il n’avait pas été capable de parler davantage, se contentant de fixer, sans doute trop sérieusement, son invité. Dae-Hyun sentit un grand frisson le parcourir alors que Yoite frôlait sa main avec la sienne pour la débarrasser de la cigarette qu’elle tenait encore. Le Coréen n’opposa aucune résistance, ne cessant de regarder celui qui avait occupé toutes ses pensées pendant tout ce temps, laissant le Japonais écraser son bâton de nicotine avant de se placer devant lui, dos contre le balcon. Les questions de Yoite crispèrent alors Dae-Hyun. Pourquoi est-ce qu’il l’avait appelé au juste ? Il n’avait plus envie d’en parler, c’était vraiment trop dur mais…

« Désolé, j’aurais dû attendre demain plutôt que de t’appeler en pleine nuit. »

Dae-Hyun baissa finalement les yeux pour regarder le cadavre de sa cigarette qu’il n’avait même pas eu le loisir de terminer. Il avait besoin de fumer… Et puis, cet air aussi sérieux sur le visage de Yoite ne lui plaisait pas... Et s’il essayait de faire comme si tout ça n’était qu’une blague ? Qu’en réalité tout allait bien ?

« Je… Tes vacances se sont bien passées ? »

Magnifique tentative de détourner la conversation, mais c’était trop gros pour passer inaperçu. Dae-Hyun s’en rendit compte et soupira doucement, se frottant la nuque avant de se laisser lourdement tomber sur sa chaise. Il laissait Yoite choisir s’il voulait ou non prendre place sur celle qui se trouvait face à lui, mais il ne lui laissait pas le choix que de le laisser fumer à nouveau. Le Coréen attrapa le paquet sur sa table extérieure et s’alluma une nouvelle cigarette.

« Désolé, ça te dérange ? J’en ai besoin… »

Si ça pouvait lui permettre de lui donner un peu de courage… Les jambes légèrement écartées, Dae-Hyun était penché vers l’avant, le regard fixé sur sa cigarette qui se consumait, ses avant-bras posés sur ses cuisses. Yoite avait fait le déplacement, il devait tout lui dire. Sa présence lui faisait du bien et il aurait bien voulu le prendre dans ses bras mais… Il savait que s’il faisait ça, il allait encore éviter le sujet. Il devait tout lui dire. Maintenant.

« En fait, ouais, ça va pas trop… Je… Je sais même pas par où commencer. »

Tellement de choses se bousculaient dans sa tête et son cœur… Fronçant les sourcils, Dae-Hyun apporta sa cigarette jusqu’à ses lèvres, laissant doucement la fumée s’échapper d’entre celles-ci.

« Mon père n’est pas en forme. Je voulais pas repartir de Séoul à la fin des vacances parce que j’ai peur qu’il lui arrive quelque chose, mais il m’a obligé à revenir ici. »

Voilà, Dae-Hyun avait finalement fait éclater la première bombe. Le problème, c’était qu’avec cette phrase, il se concentrait uniquement sur le premier problème : son père. L’autre se tenait devant lui. Sa peau était si bronzée, Yoite avait vraiment dû beaucoup s’amuser en Australie… Le Coréen culpabilisait tellement de lui infliger un moment aussi chiant, surtout à cette heure avancée de la nuit.

« J’arrête pas de me dire que j’aurais dû insister pour rester avec lui… Yoite… J’ai plus que lui, qu’est-ce que je vais faire si jamais il lui arrive un truc pendant que je suis ici ? »

Tout le corps de Dae-Hyun se crispa alors que ses yeux se faisaient encore plus douloureux. Il avait tellement pleuré depuis son retour qu’il avait l’impression d’avoir épuisé toute l’eau présente dans son corps… Il était incapable de pleurer, même si ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Tout comme celle de prendre Yoite dans ses bras, de le sentir à nouveau contre lui pour profiter de son odeur et de sa chaleur. Mais pour l’heure, il ne se sentait pas capable d’être tactile. Il devait parler. Juste parler. Tout avouer au Japonais. Il l’aimait et c’était parce qu’il s’était rendu de ses sentiments pour lui que son père l’avait presque attaché de force dans cet avion pour revenir au Japon.


©️ Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Ville d'Hoshi :: Quartier Suwan :: Habitations :: Appartement de Dae-Hyun & Yoite-