Viens semer la
DISCORD(E)




 

Challenge inter-forums

 :: Administration :: Events Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 29 Avr - 18:12
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
Bonjour chers membres !

Je viens vous voir pour une demande aussi exceptionnelle que furtive et originale ! Un de nos partenaires (Tasty Tales) organise un petit event inter-forum dont le principe est très simple, sans objectif à atteindre et surtout peu demandeur de temps.
Je vous l'explique vite fait avec mes mots :

Il va falloir une équipe d'environ 7 participants ( +/- 2 ) parmi vous.
Des thèmes vont être mis en place pour chaque petite épreuve :

Tasty Tales a écrit:
8 juin de minuit à minuit le 9.

- Épreuve de suspens: Amoureux des histoires pleines de tension. Afficionados des cliffhanger en tout genre, cette épreuve est faite pour vous!
- Épreuve de voyage: Le monde n'est pas plat. Encore moins unique et seul. Et si vous vous retrouviez ailleurs?

9 juin de minuit à minuit le 10.

- Épreuve de Cute: Bonbons, princesses et paillettes? Ou plutôt chatons, loutres et bébé panda? Peut importe puisqu'on vous demande de nous péter des arc en ciel en série.
- Épreuve de Genderbend (changement de sexe): C'est étrange tout de même. En changeant juste une petite chose, la vie, le rapport au autre est différent..
- Épreuve de survie: Les monstres sont des mythes n'est ce pas? Enfin c'est bien ce que vous pensiez avant de devoir survivre.

10 juin de minuit à minuit le 11

- Épreuve de séduction: L'amour c'est beau, c'est frais c'est universel. Et quand on à l'occasion de rencontrer tant de personne.. les sentiments explosent.
- Épreuve "Rien n'est impossible": Tu ne peux pas faire ça. Ca n'arrivera jamais! Tu rêve trop, reviens à la réalité. JAMAIS. Tout est possible tant qu'on y crois assez fort!


Si vous vous reconnaissez dans l'un de ces thèmes, ou si vous avez envie d'essayer un tout nouveau genre de rp avec un de vos personnages, alors faites-en part ici en réservant le thème qui vous inspire et en indiquant avec quel personnage vous voudriez participer.
Sachez que le rp que vous devrez écrire dans le laps de temps demandé n'est qu'un one post, d'une petite longueur. C'est juste pour s'amuser, il n'y a rien à gagner.

Alors n'hésitez pas, proposez-vous, allons rire ensemble sur un forum qu'on ne connait pas, et avec d'autres forums qui viendront eux aussi partager leurs membres et leurs écrits le temps de quelques jours.

Si vous avez besoin de plus d'explications, demandez-moi ! Merci d'avance à vous ! ♥️

Si vous vous inscrivez pour une épreuve qui a déjà été choisie par un autre membre, vous serez aussitôt inscrit en tant que remplaçant au cas où la personne prioritaire se désiste. Vous êtes libres de choisir une autre épreuve libre cela dit.

Code:

[b]Participants[/b] :

• Satsuki : Epreuve de Suspens
• Brian : Epreuve de Séduction
• Yoite : Epreuve de Survie
• Milan : Epreuve "Rien n'est impossible"
• Emi : Epreuve de Voyage
• Hiroki : Epreuve de Cute
• Purificacion : Epreuve de Genderbend
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 18:37
Invité
Invité
avatar
top ça :) je tente avec Hope pour le thème "épreuve de suspens" (mais pas fermée pour "épreuve de voyage" si quelqu'un d'autre veut le suspens ;) *ma bonté me perdra.. ou pas* )
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 18:57
Brian Johnson
M • Université - 1ière année
avatar


:
Je suis tenté de m'inscrire aussi, mais pour l'épreuve de "séduction" by me. Des petits culottes vont voler ! /ahem/
Enfin bref, voilà quoi 12
Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Avr - 19:16
Invité
Invité
avatar
mdrrrr pourquoi ne suis-je pas étonné ? *fuis*
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mai - 12:59
Yoite Unden
S • Prof de maternelle
avatar


:
S • Prof de maternelle
Bon allez, go avec Yoite pour l'épreuve de survie o/
Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Mai - 15:32
Milan Matsuda
M • Université - 3ième année
avatar
Et hop, je viens m'inscrire avec Milan (pas beaucoup d'autre choix pour moi >>) pour l'épreuve Rien n'est impossible !
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Mai - 23:05
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
WARNING WARNING !

Plus qu'une semaine pour vous inscrire à l'event-interforum ! Il reste 3 places, n'hésitez pas =D

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Juin - 23:18
Dae-Hyun Jang
S • Université - 5ième année
avatar


:
S • Université - 5ième année
Puisque personne ne semble vouloir se lancer, je viens prendre les 3 dernières places qui restent 8D

- Épreuve de voyage : J'inscris Emi !
- Épreuve de Cute : J'inscris Hiroki !
- Épreuve de Genderbend (changement de sexe) : Et enfin, j'inscris Purificacion pour cette dernière épreuve ! o/
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juin - 19:39
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
Merci de cette participation effrontée Dae 8D

Alors rendez-vous à tous les participants dès ce we pour les épreuves à cet endroit :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Vous retrouverez dans cette partie, un petit guide au cas où tout n'est pas clair, et également une zone de jeux et une CB pour se détendre et communiquer entre forums.
Rappelez-vous que vous n'avez pas besoin de vous inscrire sur le forum de TastyTales, vous aurez juste à poster en invité, la zone est accessible et vous devrez simplement utiliser votre pseudo de cette façon à chaque fois que vous postez (jeu ou pas) :

Brian Johnson [HnM]
Hope Warren [HnM]
etc..

Le sujet de la première épreuve sera donné vendredi soir à 00h. Vous avez 24h (soit jusqu'à 00h le jour d'après) pour poster votre réponse si le sujet vous concerne. Sinon attendez le vôtre.

FIGHT et bonne chance ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Juin - 13:04
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
Bonjour !

Hope a décidé d'abandonner le challenge pour plein de raisons (...), est-ce que quelqu'un d'autre est volontaire pour prendre sa place pour l'épreuve du suspens ? Le thème a été donné sur le site, il s'agit de celui-çi :

Citation :
Votre caravane s'est arrêtée, vous vous retrouvez vous et vos compagnons autour du feu. La nuit est bien avancée mais vous savez qu'il ne faut pas dormir. Vous vous décidez à raconter une histoire palpitante pour captiver vos auditeurs jusqu'au bout de la nuit.

S'il vous inspire (que vous soyez déjà participant ou pas), n'hésitez pas à prévenir ici et aller poster votre réponse dans la partie concernée sur le forum de Tasty Tales, vous avez jusqu'à 00h ce soir !

Courage ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Juin - 14:51
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
Merci a Satsuki de tenter le coup pour l'épreuve de Suspens.

Emi a déjà posté son message pour l'épreuve de voyage dont le thème était :
Citation :
Vous étiez tranquillement chez vous, jusqu'à recevoir une lettre étrange, une incitation à la découverte et richesses inconnues, vous n'avez pas résistez à vous rendre au point indiqué. A pousser cette porte, seulement voila, vous vous retrouvez dans un endroit totalement inconnu... Et la seule chose que la lettre vous dit pour en sortir, c'est de trouver le miroir de sortie.
(Précision: Vous êtes amenés a choisir l'environnement et le contexte d'un des autres forum participant par cette épreuve et d'y envoyer votre personnage ;D. Vous pouvez choisir celui qui vous plait le plus et avoir le même que vos concurrents sans aucun problèmes! Have fun).

Demain c'est au tour de Hiroki, Yoite & Puri de se déchaîner. J'afficherais les thèmes pour information demain !
Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Juin - 11:24
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
Bonjour !

Voici les thèmes proposés par Tasty Tales pour le petit jeu :

• Epreuve de Genderswitch - Puri
Citation :
Tout le monde semble s'adresser à vous comme si vous étiez d'un genre différent. Pourtant vous êtes certain que rien n'a bouger et tout est à l'endroit ou il est sensé être. Serait-ce une malédiction? Une blague? Un cauchemars? En tous les cas, la seule chose qui vous préoccupe c'est que quelqu'un reconnaisse votre véritable nature. Et vous allez tout faire pour ça.
(Précision: Je précise qu'il n'y a pas de changement d'attributs ou autre, le sujet peut être assez délicat sur la question de genre et probablement le seul sujet un peu engagé, je vous invite si vous ne saisissez pas la différence sexe/genre à vous renseigné et/ou venir sur la cb, je me ferais toujours un plaisir de l'expliquer ♥️)

• Epreuve de Survie - Yoite
Citation :
Tout allait bien pourtant. Un début de vacances, à la montagne, à la mer ou en forêt. Et voila qu'en plein milieu de votre séance de rien, de calme reposant et vivifiant, un monstre vous attaque. Et vous êtes seuls, sans possibilité de communiquer, votre seul espoir? La ville la plus proche, à quelque kilomètres, comment vous en êtes vous sortis?
(Précision: Le monstre n'est pas défini vous pouvez choisir aussi bien un lapin garou qu'un monstre du loch ness des bois)

• Epreuve de Cute - Hiroki
Citation :
Vous ne savez pas trop pourquoi vous avez accepté d'aider cette personne. Mais vous voilà à prendre soin de la nursery. Tous les bébés animaux de cette exposition animalière sont sous votre responsabilité, toute la journée. Ainsi que l'accueil des enfants qui vont passer. Des enfants, des bébés à plumes et poils.. franchement qu'est ce qu'il y a de plus mignon que ça?


Courage à vous ! Et demain c'est au tour de Milan & de Brian de terminer le jeu.
Je posterais les messages de tous le monde dès demain soir :D
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 1:20
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
Voici le dernier jour de l'épreuve. Il reste 2 thèmes :

• Épreuve de séduction - Brian
Citation :
Durant votre séjour vous avez probablement rencontré des personnes qui vous ont marqués sur la chatbox. Ou bien des champions qui ont fait battre votre petit coeur. Il est tant de leur montrer cet amour, déclarez votre flamme, vous n'avez plus beaucoup de temps pour le faire.

• Épreuve de "rien n'est impossible" - Milan
Citation :
Vous avez entendu parler de légendes, de génie capable d'exaucer les voeux. Et il se trouve que votre dernière acquisition une fois nettoyer en contenait un. Ce qu'il faisait dans un objet pareil? Aucune idée, mais vous comptez bien rendre vos rêves réels.
(Précision: on garde la règle des trois voeux comme tous les génies quand même, trichez pas :p)


Après que ce soit fait, il va falloir voter mes agneaux (je parle des participants). Pour chaque personnage qui a participé, il me faut vos 3 textes préférés de chaque épreuve, donc oui il faut les lire ^^
Votre favori doit avoir 3 points, le suivant 2 et le dernier que vous préférez aura 1 point. Vous ne pouvez pas voter pour les écrits d'HnM, soyons prêts à gagner comme à perdre !

Merci de me faire votre synthèse des votes ici au plus vite, vous avez jusqu'au 15 juin maximum svp !
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 19:56
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Post de Satsuki - Epreuve de Suspens



Citation :
Tout est sombre. Noir. Peu importe à quel point elle ouvre les yeux, elle ne voit rien. Tout est trop sombre. Tout est trop noir. Elle se replie sur elle-même, frissonne. Ses paupières tombent sur ses yeux mais immédiatement, elle les rouvre. Son pouls est rapide. Tout comme sa respiration.

Malgré le fait qu'elle soit au chaud, elle tremble de froid, de peur. Effrayée. Jamais elle ne l'a autant été. Elle entend des bruits, le vent, la nature. Elle est angoissée. Elle a peur, elle veut rentrer mais, il fait sombre. Trop sombre, trop noir. Tout est angoissant.

Tout a commencé lorsque la demoiselle a accepté de se joindre à la joyeuse troupe de voyage. Tout va pour le mieux jusqu'à ce que la caravane ne se stoppe. Avant ça elle rit. Sa joie est contagieuse et bientôt tous ses amis s'amusent comme elle.

Satsuki aime voyager ne serait-ce que pour revenir dans sa chambre le soir même. Sortir est une deuxième nature chez elle. Seulement, quand la caravane s'arrête. elle ne se doute pas que la nuit qui va arriver sera la pire de sa vie.

Au début, tout va bien. Elle ne perd pas son sourire ni sa bonne humeur. Le petit groupe se trouve à l'orée d'une forêt. Grande, pleine d'arbres. Non loin il y a un petit lac. L'eau y est fraîche et claire. Le soleil est filtré par les quelques feuilles de l'arbre sous lequel ils se sont installés.

La rose s'installe sur le sol, l'herbe est verte. Légèrement humide mais ce n'est pas dérangeant. Elle se dit même qu'elle pourrait s'endormir. Seulement son attention est attirée par les quelques fleurs à l'orée de la forêt. Lorsqu'elle lève les yeux au ciel, ce dernier est dans les tons jaunes, orangés. Non loin du lac, elle peut apercevoir des buissons. Dessus des fraises poussent. elle se fait la réflexion qu'il faudrait qu'elle en goûte. Alors elle va et en cueille quelques unes.

Elles sont délicieuses. Leur couleur est très belle. Néanmoins, lorsqu'elle avale sa dixième fraise, elle se sent mal à l'aise. Elle a la nette impression de se faire épier. Le ciel est devenu sombre, des nuages sont apparus. Elle oublie vite tout cela et retourne avec ses amis.

Puis quand la nuit tombe, elle n'est pas gênée. Elle est là avec ses camarades, assise autour du feu de camp. À sa droite se trouve un beau brun qui lui fait rater plusieurs battements de coeur. La chaleur du feu caresse sa peau. C'est agréable. Elle en oublie son pressentiment précédent.

Mais bientôt, lorsque la nuit devient plus fraîche, elle commence à angoisser. Elle s'approche du brun à sa droite mais sa boule au ventre ne disparaît pas. Elle a l'impression que malgré le feu de camp, tout n'est pas assez clair. Il fait trop sombre. Noir. Tout est noir, sombre, effrayant.

Un frisson lui parcourt la colonne vertébrale alors qu'elle sent un souffle lui caresser la nuque. Elle se tourne mais ne voit rien. Il fait trop sombre, trop noir.

Elle regrette.

Le temps s'écoule, il fait toujours plus noir et pourtant elle a l'impression que jamais plus il ne fera à nouveau jour.

Le soleil lui manque. La chaleur de ce dernier aussi. Elle veut retourner chez elle. Se mettre sous sa couette. Râler car il fait trop chaud, sortir un ventilateur, râler parce qu'au final elle a froid. Allumer la lumière, être rassurée. Ce n'est que le vent dehors. Éteindre la lumière retourner sous sa couette et dormir. Dormir tellement longtemps qu'elle ne pensera pas à se réveiller.

Elle veut rentrer. Disparaître. Elle tremble. Les histoires se suivent et se ressemblent mais semblent assez réelles pour que Satsuki regarde constamment derrière son dos. L'ombre d'une branche l'a fait sauter d'effroi. Elle est persuadée qu'un monstre se trouve non loin de l'arbre.

Alors pour lui faire plaisir, le blond en face d'elle se lève et va voir. Pendant un instant elle est rassurée puis elle entend son cri. Il disparaît de sa vue. Elle hurle à son tour. Se cache derrière son amie rousse. Clame haut et fort qu'elle l'a dit. Puis le blond réapparaît en riant.

Elle le gifle et retourne à sa place initiale. Ça a au moins eu le mérite de lui faire oublier quelques secondes qu'elle ne rentrera pas.

Les histoires se poursuivent, elles font peur, finissent mal. Et quand on croit qu'elles vont bien se terminer, on tombe de haut. Satsuki y croit, un peu, beaucoup, trop. Elle meurt d'envie de fermer les yeux, dormir, longtemps jusqu'au lendemain.

Mais alors qu'à nouveau ses paupières tombent doucement sur ses yeux, un bruit l'a fait sursauter. Elle pourrait se mettre à pleurer tant elle a peur. Le fait qu'elle se soit soudainement réveillée a bien évidemment fait peur à tous ses amis. Ils ne comprennent pas ce qu'il lui arrive, alors qu'elle jure que cette fois elle n'a vraiment rien imaginé !

Alors que la rousse propose de partir à l'aventure, Satsuki refuse. "Non non non et non !" dit-elle.  Aller voir de quoi il s'agit c'est prendre le risque de ne pas revenir et autant dire que, si son amie à la chevelure de feu n'a pas peur, elle si !

Les garçons sont déjà loin. La demoiselle est paniquée en voyant que la rousse les rejoint. Elle ne veut pas rester seuuule ! Mais s'engouffrer dans cette mini forêt ne lui dit rien qui vaille. Seulement, entre rester seule ici et être entourée dans cette horrible forêt, elle préfère de loin la deuxième option.

Ce qui la pousse à les suivre c'est le souvenir de cette histoire racontée par le blondinet. Un jour un petit garçon est venu ici avec des amis. Comme elle, il a vu les fraises et en a mangé. Une, deux, trois, cinq, dix. Malheureusement, par on ne sait quelle façon il est tombé dans le lac. Ne sachant nagé il est mort noyé et depuis, il hante les environs lorsque des passagers font halte ici.

Non seulement, elle ne cesse d'avoir de mauvais pressentiments mais en plus, rester ici signifie se retrouver dans le noir total. Et on ne peut pas dire que mademoiselle soit ravie. Les nuages ont désormais caché la totalité de la lune, qui jusqu'à présent a été une seconde source de lumière après le feu de camp qui de son côté, s'amenuise peu à peu alors que le temps passe à un rythme lent.

Autant dire qu'elle rejoint le groupe au pas de course. Jamais elle n'aura couru si vite ! Le vent souffle, elle frissonne. Les bruits de la nature l'effrayent, elle a l'impression d'entendre une voix qui lui murmure au creux de l'oreille.

Son esprit est embrumé, ses yeux sont marqués par des cernes effroyables. Ils reflètent la peur. Pourtant il n'y a rien. Rien à part la noirceur de la nuit. Plus ils avancent, plus elle perd son calme. Elle ne discerne rien qui se trouve plus loin que le bout de son nez. Elle n'aime pas ça.

Sa peur est tellement grande qu'elle est agrippée au brun. Si la vie le permet, leur deux corps n'aurait fait plus qu'un tant la demoiselle est accrochée à son bras. Hélas ce n'est pas possible. D'ailleurs, droit devant elle perçoit une silhouette.

Petite, mince, fragile et cachée derrière un buisson touffu. Elle hurle faisant sursauter ses camarades.

"Non mais ça va pas ?!" lance le blondinet en la fusillant du regard. "Complètement tarée j'te  jure !"Il soupire bruyamment en reprenant la route accompagné par la rousse et le brun qui s'est éloigné d'elle pour lui prouver qu'il n'y a rien à part un petit écureuil derrière le buisson.

OK. Ok Satsuki ça va aller ! Enfin c'est ce qu'elle tente de se faire croire alors qu'ils reprennent la route. Si de son côté la demoiselle fait attention à tout, les trois autres jeunes gens ne savent même plus pourquoi ils sont là.

C'est alors qu'elle remarque une trace de pas, plus petite que les leurs, elle semble humaine et c'est bien ce qui l'a fait paniquer. Son souffle accélère, elle sent que les larmes remontent à ses yeux. Elle voit une tête l'observer derrière une arbre, elle craque.

Elle remarque qu'elle a perdu les autres et ça n'arrange pas son état. Elle entend une voix, elle est sûre de ça. Elle voit elle les lèvres de la personne cachée derrière l'arbre bouger. Elle pleure, hurle. Fort. Si fort. Tellement fort. Mais pas assez pour que ses amis ne l'entendent visiblement.

Vas t'en, dégage, disparaît ou meurs. Ces mots la font hurler de plus belle. Ses pleurs redoublent d'intensité. Elle se met à courir vite, très vite, dans le sens inverse. Pourtant, elle entend des pas derrière elle.

Satsuki...

Elle hurle une fois de plus.

Satsuki !

Une main l'agrippe et tout son corps se fige. Un garçon, cheveux foncés et des yeux clairs très clairs trop clairs pour la rassurer. Elle se défait de sa poigne et reprend sa course. Elle glisse de nombreuses fois, elle renifle, elle est terrifiée elle veut se réveiller mais la sensation de cette poigne sur son bras lui prouve bien qu'elle est bel et bien debout.

Courir.

Toujours.

Courir encore.

SATSUKI !

Elle se sent piégée. Elle se sent prisonnière, elle veut abandonner mais ses pieds ne s'arrêtent plus. Son corps est épuisé, ses pieds ne la portent plus, son regard est brouillé par les larmes.

Seule.

Le silence de la nuit est brisé par le nouveau sanglot qu'elle laisse échapper alors qu'elle trébuche sur une branche. Elle ne comprend plus rien. Elle a mal. Elle veut rentrer. Elle n'en peut plus. Elle reconnait néanmoins l'endroit où elle est. Le lac, les fraises...

Vengeance...

Elle abandonne. A nouveau son bras est attrapé par cette main. Elle est froide. Elle tente une dernière fois de s'en défaire mais la poigne redouble de force. Un gémissement de douleur traverse la barrière de ses lèvres alors qu'elle se laisse tomber en arrière. Son visage est dévasté par la peur. Par les larmes. Par la fatigue. Puis c'est le trou noir.

Vide

Elle se réveille. Ses amis sont là eux aussi. Elle est blottie dans les bras du brun. Tout n'était que rêve. Enfin c'est ce qu'elle croit jusqu'au moment où elle remarque la marque rouge sur son bras. Là, elle doute. Elle se souvient de cette main qui a tenté de l'emporter dans le fond du lac. Tout n'a peut-être pas été qu'un simple rêve? Qu'en pensez-vous?

A son réveil, elle a été encore effrayée, elle croit dur comme fer à sa mésaventure de la nuit. Ses amis ont du la rassurer en lui racontant la vérité.

Celle-ci étant qu'elle s'est endormie peu après l'histoire de l'enfant du lac, et tard dans la nuit, elle s'est levée, réveillée par un cauchemar. Visiblement très réel. Elle s'est mise à courir à travers la forêt suivie par ses amis qui tentaient de la ramener.

Les traces de pas? Elles sont à la rousse qui plus tôt, après leur arrivée s'est promenée. Les voix? De toute évidence celles des garçons qui la cherchaient alors qu'elle courrait entre les arbres.

La marque sur son bras? Le brun l'a attrapée par la main mais elle a résisté, il a dû y aller un peu plus fortement et son bras a pris la marque.

Néanmoins, non loin de là, près du lac, une petite tête aux cheveux noirs dépasse. De ses deux yeux clairs, elle observe les quatre jeunes gens avant de disparaître dans l'eau. Satsuki l'a aperçue mais est-ce la réalité ou rêve-t-elle encore les yeux grand ouverts?
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 19:57
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Post d'Emi - Epreuve de Voyage


Citation :
Emi avait profité de son week-end pour retourner chez ses parents. Tous les deux étaient rentrés de leur voyage d’affaires, elle pourrait donc tranquillement profiter de leur présence avant de devoir retourner en cours le lundi matin. Levée presque aux aurores pour pouvoir aller courir un peu dans les rues de sa ville natale, avec sa tenue de sport informe et pourtant si confortable, Emi était revenue à la maison après deux bonnes heures à courir. Mais sa course n’avait pas eu pour unique but de se dépenser, loin de là ! Elle en avait aussi profité pour acheter de quoi préparer un petit-déjeuner digne de ce nom à ses parents qui dormaient encore, sans doute parce qu’ils accusaient le coup du décalage horaire. La sportive était fière de pouvoir préparer un semblant de petit-déjeuner, ça lui avait vraiment été plus que bénéfique de s’inscrire au club de cuisine ! Et alors qu’elle venait de finir de tout préparer et qu’elle s’apprêtait à partir en direction de la salle de bains pour prendre une bonne douche bien chaude, son regard azur se posa sur une enveloppe. Une enveloppe à son nom. Bizarre, elle ne se rappelait pourtant pas l’avoir vue avant de partir faire son footing…

La curiosité sans limite de la demoiselle la poussa donc à ouvrir cette lettre, avec un grand sourire sur les lèvres. Est-ce que ce n’était pas la toute première lettre qu’on lui envoyait ? Emi était comme une enfant devant un cadeau, pressée de découvrir ce que ce petit bout de papier contenait. Une fois la lettre en main, la sportive plissa les yeux. C’était quoi ce truc bizarre ? Une invitation à découvrir de nouvelles choses et des richesses inconnues ? Avec un point de rendez-vous ? Waw… Ce n’était pas un peu carrément trop bizarre ? Et si c’était un pervers qui avait envoyé cette lettre ? Ou un mec qui voulait la kidnapper et exiger une rançon à ses parents plein aux as ? Sauf que, Emi étant Emi, elle ne se posa pas toutes ces questions. On lui parlait d’aventure, de découvertes, bon, les richesses, elle s’en foutait, mais tout le reste avait fait naître une petite étincelle dans ses yeux bleus. Regardant la pendule de la cuisine, la footballeuse se rendit compte qu’elle avait le temps de se rendre à ce fameux lieu de rendez-vous, d’y jeter un œil et de revenir avant que ses parents ne se lèvent. Tant pis pour la douche, elle se changerait après ! C’était juste pour en avoir le cœur net à propos de la véracité de ce qui était écrit dans cette lettre !

Une fois sur les lieux, un peu essoufflée tellement elle s’était pressée, Emi se retrouva face à… une porte ?! La demoiselle la fixa avec une petite moue, les sourcils froncés. Est-ce qu’elle était censée la pousser ? Frapper avant ou juste y aller en mode YOLO ? Croisant les bras sous sa poitrine, la footballeuse hésita un instant et finit par frapper.

« Hum… Excusez-moi ? J’ai reçu une lettre qui me disait de venir ici et bah… me voilà ! Je peux entrer ? »

Non parce que bon, elle n’avait pas envie de surprendre deux inconnus en train de faire des choses bizarres derrière cette porte ! Mais la curiosité avait été plus forte que tout, et puis, elle avait frappé et s’était excusée alors… Emi poussa finalement la porte et s’engouffra à l’intérieur de cette pièce qui… n’en était pas une ! Pourquoi cette porte donnait sur une grande étendue d’herbe ? La sportive plissa les yeux et voulut faire demi-tour sauf que… la porte d’entrée s’était volatilisée. Plus rien ! Emi commença bien sûr à paniquer un peu parce qu’il fallait dire que toute cette histoire était quand même des plus abracadabrantes, mais qu’en plus, elle ne reconnaissait pas du tout cet endroit qui était bondé. On aurait un peu dit la cour de l’Académie Chisê mais… Laissant traîner son regard azur partout, Emi finit par trouver sa proie : une demoiselle seule, avec un sac de cours. La sportive se précipita vers elle, lui attrapant le bras avec toute la délicatesse qu’on lui connaît (aucune donc), collant son visage paniqué tout près du sien avant de se mettre à parler à toute vitesse en japonais.

« Salut ! Excuse-moi, on est où là ? En fait, j’ai reçu une lettre super bizarre, qui me disait d’aller quelque part, et j’ai trouvé une porte, et j’ai frappé, personne a répondu alors je suis quand même entrée et je me suis retrouvée là ! La porte a disparu, je peux plus retourner en arrière et j’ai mes parents qui vont bientôt se lever pour le petit-déjeuner ! En plus, j’ai même pas pris ma douche ! »

Okay, elle aurait pu faire plus court et simplement se contenter de lui demander où elle était, mais Emi s’était emballée. Elle avait paniqué et avait sorti tout ce qui lui passait par la tête. Et puis… C’était quoi ces grands yeux ronds que la demoiselle lui faisait ? Et c’était quoi ces petites oreilles en arrière et ces poils qui avaient l’air tout doux et cette… queue ? Ce fut à la sportive d’ouvrir de grands yeux ronds alors qu’elle fixait un adorable chat. Elle était passée où la madame qu’elle avait interpellée ? Pourquoi y’avait un chat pile à l’endroit où elle se tenait ? Waw c’était carrément trop bizarre, autant que cette porte et cette lettre et… En repensant à la lettre, Emi la ressortit de son jogging tout moche pour la lire à nouveau, espérant que le chat n’allait pas se faire la malle. Est-ce qu’il ne pourrait pas faire comme le lapin blanc d’Alice et lui montrer le terrier où sauter pour rentrer chez elle ?

« Vous devrez trouver le miroir de sortie pour quitter cet endroit… Pourquoi y’a toujours des trucs écrits en minuscule tout en bas ?! Et ça ressemble à quoi un miroir de sortie ? Est-ce que c’est pas juste un miroir normal ? T’en penses quoi petit chat tout mign- »

Emi fut coupée dans son élan par… la demoiselle qui venait de refaire son apparition pile à l’endroit où le chat était apparu un peu plus tôt. Ça commençait à faire beaucoup d’apparitions/disparitions tout ça ! Et même si la sportive était loin d’être la plus intelligente de la planète, elle avait bien compris que ça faisait un peu trop de coïncidences. La demoiselle en question finit par lui baragouiner quelque chose d’hyper rapide en réponse mais… en anglais ! Heureusement qu’Emi était bilingue grâce à sa mère anglaise ! La sportive dut lui faire répéter ce qu’elle venait de dire et expliquer à nouveau ce qui lui avait valu d’atterrir ici. C’était juste invraisemblable… Est-ce qu’elle était en train de rêver ? La demoiselle se pinça fort les joues avant de grogner sous la douleur, se les frottant aussitôt pour essayer de l’estomper. Bon, alors, elle était sur une île pas loin du Royaume-Uni, okay. Elle était plus précisément dans la cour d’une académie. Toujours okay. Cette académie accueillait des thérianthropes. Ok-… Des quoi ?!

« Des tyrannosaures ? Vraiment ? Y’a des dinosaures dans cette académie ?! »

La jeune femme dut tout lui expliquer en lui montrant rapidement sa transformation en chat, lui confiant ensuite les origines de ce « pouvoir » et le pourquoi du comment elle s’était transformée sans raison apparente. Elle avait été tellement surprise de se faire accoster aussi brutalement par quelqu’un qui ne parlait pas un mot d’anglais qu’elle s’était transformée sous le coup de l’émotion ! Ça c’était plutôt mignon ! Se transformer en chat ! Sans doute que si Emi pouvait se transformer en animal, que ce serait un petit truc tout mignon et innocent, à son image ! Un bébé lapin peut-être ? Un petit écureuil ? Bref, là n’était pas la question ! Puisque la demoiselle avait bien voulu lui expliquer toutes ces choses, Emi avait décidé de ne plus la lâcher. Elle devait l’aider à trouver un miroir de sortie, c’était important ! En plus, elle commençait à mourir de faim, en témoignait son ventre qui hurlait à la mort !

« Est-ce que tu peux m’aider à trouver ce miroir s’il-te-plaît ? Promis, je t’embêterai plus après ça ! Je ne reprendrais plus jamais de porte indiquée par une lettre bizarre ! Je n’ouvrirai peut-être même plus jamais de courrier à mon nom juste au cas où ! En tout cas, c’est super adorable de pouvoir se transformer en chat ! Heureusement que je suis tombée sur toi et pas sur quelqu’un qui peut se transformer en crocodile ou en ours ! J’aurais eu trop peur sinon ! »

Emi avait finalement mis de côté sa panique. Si elle n’avait pas été si pressée par le temps et par son estomac, elle se serait sans doute amusée dans cette académie pour le moins étrange. Elle qui aimait découvrir des nouvelles choses, elle était plus que servie ! C’était magique et ça donnait envie de rester encore un peu, de parler avec tous ces gens qui pouvaient se transformer, de lier des amitiés avec eux, de s’amuser… Oui, Emi était tellement sociable qu’elle pouvait parler à n’importe qui et elle s’attachait aussi très rapidement aux gens. Elle ne connaissait même pas le prénom de cette dame-chat, mais elle l’appréciait déjà beaucoup ! Les minutes passèrent et finalement, la demoiselle, ne sachant pas trop si n’importe quel miroir pourrait faire l’affaire, décida d’emmener Emi jusqu’à son dortoir. C’était marrant comme tout ressemblait à peu près à Chisê ! Qui aurait cru qu’un tel endroit pouvait exister sur Terre ?

Une fois devant le miroir, Emi et sa comparse se mirent à l’examiner sous toutes les coutures. La sportive le tripota partout, mettant ses empreintes sur tout le verre. Rien. Affichant une petite moue, la sportive commença à perdre un peu espoir. Il fallait qu’elle mange ! Son fraisier n’attendait plus que son retour, c’était certain ! Rhaaaa, la vie était trop cruelle avec elle ! La sportive laissa son front se poser sur le miroir, sous le désespoir, mais elle rouvrit vivement les yeux en sentant qu’elle était en train de tomber vers l’avant. Emi se rattrapa de justesse au mur le plus proche, constatant qu’elle… était revenue dans cette fameuse pièce avec cette foutue porte mystique ! La demoiselle la fixa un instant, un peu en colère que ce bout de bois joue aussi facilement avec elle et déçue de ne pas avoir pu remercier comme il se devait la madame-chat, mais l’heure tournait et ne l’attendait pas ! Se mettant à courir à nouveau, Emi reprit la direction de chez elle. Quand elle poussa la porte d’entrée, ses parents étaient déjà levés, se demandant pourquoi elle revenait à la maison en étant essoufflée alors qu’elle avait préparé le petit-déjeuner, et aussi pourquoi elle avait des poils de chat partout sur ses vêtements alors qu’ils n’en avaient pas chez eux. Un sourire vint étirer les lèvres de la demoiselle qui vint serrer fort ses parents chéris dans ses bras avant de se jeter sur son fraisier.

« J’ai vécu une aventure ! Comme dans Alice au Pays des merveilles ! »

Ses parents la regardèrent, un peu surpris par cette réponse farfelue, mais ils se mirent finalement à rire et prirent place à table pour ce petit-déjeuner en famille.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 19:59
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Post d'Hiroki - Epreuve de Cute


Citation :
« Ki-chaaaaaan ! J’ai un service à te demandeeeeer ! »

Hiroki plissa les yeux, gardant ses mains dans les poches avant de son jean alors qu’il s’approchait de Risa, sa manager. La jolie blonde s’empressa de lui attraper le bras pour venir y coller sa poitrine généreuse, le regardant avec ses yeux de biche pour accompagner son ton mielleux. Okay. Le chanteur l’avait vue venir à des kilomètres. Si elle usait d’une telle technique, c’était qu’en temps normal, il se serait contenté de lui dire non et de se barrer. Sauf que là, le pouvoir de la poitrine était plus fort que tout. C’était comme si ça avait l’effet d’un brouilleur sur la raison d’Hiroki. Bon, il n’allait pas la palper, c’était son amie d’enfance, mais quand même ! Ça marchait vraiment à tous les coups ! Le chanteur, son regard azur fixé sur cette poitrine, n’écouta qu’à moitié ce que Risa lui racontait. Il avait entendu parler d’événement promotionnel, que ni Yohei, ni Masaki, ni son frère Hiroshi ne pouvait y aller parce qu’ils devaient revoir quelques arrangements musicaux ensemble, puis d’une nursery. Okay, du peu qu’il avait saisi, ça n’allait pas être si pire que ça non ? Il allait juste devoir passer la journée avec des bébés animaux, tout sourire pour son image et puis… Il allait pouvoir serrer plein de meufs avec cette technique du « ooooh regarde ce bébé chien trop mignon » !

« Okay, pas d’souci ! Tu sais bien que j’peux rien te refuser Risa-chérie ! »

Le brun se pencha vers la demoiselle, déposant ses lèvres à la commissure des siennes, ce qui la fit rougir violemment et se décoller aussitôt. Histoire de reprendre contenance, Risa s’empressa d’appeler Akito, le chauffeur attitré du groupe, pendant qu’Hiroki retournait faire un tour à la salle de bains pour se faire beau. Vêtu d’un pull fin noir qui laissait transparaître ses muscles et d’un jean gris en coupe droite, Hiroki s’engouffra dans la voiture aux vitres teintées, qui partit en direction de cette fameuse nursery. Il chantonnait, tout content de pouvoir faire cette sortie qui allait lui permettre de faire le plein de numéros. Il était certain qu’il pourrait se faire un emploi du temps de ministre avec toutes ces filles à voir ! Le brun ricana même un instant en regardant ses paumes de mains, bougeant ses doigts comme s’il était en train de palper des seins. Ouuuuh ! Il avait tellement hâte ! Et sa première proie serait la charmante demoiselle de la nursery qui allait l’accue- Le sourire d’Hiroki disparut dès lors qu’il vit le crâne dégarni de cet homme qui se tenait devant la porte d’entrée. Bon, il préférait les femmes, certes, mais il n’avait rien contre coucher avec un homme aussi. Le seul problème était que celui-là était carrément trop vieux ! Le chanteur comprenait mieux pourquoi on lui avait demandé de venir, il était bien plus attirant que ce vieux croulant ! Affichant un faux sourire, Hiroki s’inclina respectueusement devant l’homme qui était tout content face à lui avec son tablier rose.

« Bonjour, je m’appelle Hiroki Fujita ! Merci de bien vouloir m’accueillir pour cette journée dans votre nursery ! J’espère ne pas être une trop grande gêne pour votre travail ! »

Hiroki le faux-cul dans toute sa splendeur ! Heureusement que ses parents l’avaient bien élevé, ça aidait pas mal pour la première impression ! Le chanteur fit un signe de la main à Akito qui retourna au studio avec sa belle voiture hors de prix, avant de suivre le papy à l’intérieur de la nursery. Waw… Ça braillait là-dedans ! Et il allait devoir supporter ça toute la journée ? Hiroki inspira profondément. Serrer des meufs. Il allait serrer des meufs. Il fallait qu’il pense à ça, et uniquement à ça. Alors quand le vieillard finit par lui expliquer ce qu’il allait faire, le chanteur manqua de tourner les talons pour se tirer en claquant la porte violemment. Comment ça l’accueil des enfants ?! Et les filles canons ?! Et les numéros qu’il était censé récolter à foison en tenant un bébé chien dans ses mains et en le collant contre sa joue ? Les larges épaules d’Hiroki s’affaissèrent soudainement, comme si le poids du monde s’était abattu dessus. Il fixa ses mains en bougeant ses doigts, triste à l’idée de ne rien pouvoir palper du tout. Il avait presque envie de pleurer ! Risa était sans aucun doute au courant de tout ça et avait bien sûr omis de lui donner tous les détails, ou alors, elle avait profité de l’effet de sa poitrine pour glisser toutes ces informations au chanteur qui n’écoutait que d’une oreille. La vile manipulatrice ! Elle était encore pire que lui ! Elle savait qu’il aurait dit non si elle lui avait dit toute la vérité !

« Pas de problème Monsieur ! J’adore les enfants et les petits animaux, je sens que cette journée va être formidable ! »

Aaaaaah… Il avait envie de vomir tellement il se dégoûtait de sortir des trucs comme ça. Non, il n’aimait pas les bébés animaux et non, il n’aimait pas les enfants. Il voulait des seins lui ! Fermes et généreux ! Son sourire faux toujours sur les lèvres, il attrapa ce que le vieil homme lui tendait. Oh putain… Il fulminait intérieurement, qualifiant ce pauvre monsieur des pires insultes qu’il connaissait en japonais et en anglais, alors que son regard azur se posait sur ce putain de tablier rose. Il était sérieux là ? Il comptait vraiment faire porter ça à Hiroki ? Au grand Hiroki ?! Le chanteur était coincé en plus, il ne pouvait pas dire non et risquer de nuire à sa popularité à lui, ni à celle de son groupe, surtout que l’événement allait sans aucun doute être un minimum médiatisé ! Le brun se promit de faire payer tout ça à Risa dès qu’il serait de retour au studio. Il la maudissait jusqu’à la fin des temps ! Enfilant donc ce magnifique tablier rose qui lui faisait perdre 80 % de sa virilité, Hiroki se prépara à accueillir les enfants. Relativiser. Se dire qu’il n’y aurait aucune fille à draguer dans cet accoutrement ridicule. Les yeux bleus du brun s’écarquillèrent alors en voyant la masse de petits enfants qui se pressait devant les portes de la nursery. Putain ! Ils étaient encore plus bruyants que les animaux à l’intérieur ! Et son oreille musicale là-dedans ?! Il allait finir sourd à la fin de la journée ! Sourd et au chômage !

« Bienvenue à la nursery les enfants ! Je m’appelle Hiroki et je suis là pour vous faire découvrir tous ces petits animaux qui ne demandent qu’une petite famille pour les accueillir ! »

Hiroki avait envie de se frotter fort la langue avec une brosse à dents. C’était mielleux et tellement faux… Il espérait que son niveau d’acteur était toujours aussi bon malgré toutes les déconvenues auxquelles il ne cessait de faire face ! Le groupe d’enfants fut séparé en deux, la moitié avec le vieux et l’autre avec le chanteur. Il se retrouvait donc avec 5 enfants à gérer, enfants qui étaient venus avec… sérieusement, même leur instituteur était vieux et moche ! C’était un coup monté, il ne pouvait pas en être autrement ! Risa le punissait ! De quoi, il ne savait pas, mais il était clairement puni là !

Les minutes défilèrent, les enfants arrivaient à se tenir à peu près à carreaux, sans doute parce qu’ils avaient peur de blesser tous ces bébés animaux qui leur étaient tendus. Des chats, des chiens, des hamsters, il y avait vraiment de tout dans cette nursery, même une tortue ! Forcément, ça sortait de l’ordinaire alors tous les enfants avaient réclamé à Hiroki de pouvoir la voir de plus près et toucher sa petite maison sur son dos. Le chanteur haussa les épaules et l’attrapa, la tournant pour voir le dessous de sa carapace qui affichait des petites marques rigolotes, marques que les enfants avaient remarquées.

« Oh… C’est vrai que c’est plutôt marrant ! On dirait un petit… Oh put- »

Hiroki se stoppa net en sentant qu’il allait lâcher un milliard de jurons. Il devait faire attention à tout ce qu’il disait devant ces foutus gosses, sinon ils allaient finir par rentrer chez eux en lâchant à leurs parents des « tu sais, le monsieur connu à la nursery, il a pas arrêté de dire bordel de merde, putain, sale con, bite, couilles et plein d’autres choses ! ». Non, non, non, c’était hors de question ! Tout ça parce que cette putain de tortue avait jugé bon de lui pisser dessus alors qu’il regardait de plus près les dessins sous sa foutue carapace ! Même elle, elle se liguait contre lui ? Hiroki était blasé, vraiment. Il avait presque envie d’éclater cette pauvre tortue contre un mur. Bon pour le coup, il était content d’avoir son beau tablier rose bonbon, ça avait protégé ses précieuses fringues qui lui serviraient à aller draguer dès sa sortie de cet enfer !

La pause de midi passée, après la génialissime dégustation d’un vieux sandwich agrémenté de poils d’un animal, ou même de plusieurs, non déterminés, Hiroki put enfin souffler un peu. Les enfants faisaient la sieste à cette heure-là, il put donc en profiter pour regarder les différents bébés animaux plus attentivement dans leurs parcs. Bon, il n’avait rien contre les enfants si ce n’étaient qu’ils étaient chiants et bruyants. Et finalement… Ah… Ce petit chat tout blanc était vraiment trop mignon ! Hiroki était un connard, un vrai, mais il avait aussi un cœur qui ne pouvait pas résister au pouvoir des seins, ni à celui des bébés chats qui le regardaient avec leurs yeux tout humides en lâchant un miaulement aigüe super adorable. C’était décidé, si le chanteur ne pouvait pas avoir une proie avec des seins, il en aurait une avec des poils ! Attrapant sa cible, Hiroki se surprit à lâcher un « Aaaaahw… » alors qu’il constatait que la petite bête tenait dans le creux d’une de ses mains. Et là, on put voir un sourire, un vrai de vrai, étirer ses lèvres. Le vieillard s’approcha de lui, toujours d’aussi bonne humeur, heureux de voir que la star était capable d’être sincère quand elle était face à tant d’innocence.

« Monsieur, vous m’croyez si j’vous dis que j’suis jamais tombé amoureux et que j’croyais pas au coup de foudre jusqu’à aujourd’hui ? »

Le charme avait opéré, son petit cœur de sale con fondait littéralement pour ce bébé chat trognon qui agrippait sa main avec ses mini griffes. Le coup de foudre existait bel et bien, et Hiroki venait de tomber amoureux pour la première fois de sa vie. Après une discussion avec le patron de cette nursery, ils se mirent d’accord sur le fait que le chanteur pourrait repartir avec cette petite femelle dès lors que les portes se refermeraient pour la journée.

Les heures restantes passèrent à toute vitesse. Hiroki était ultra motivé et il en était même venu à trouver ça amusant de parler avec des gosses tout en leur tendant des animaux pour qu’ils les caressent. Quand le dernier enfant passa finalement la porte et que le vieillard vint le remercier en s’inclinant devant lui pour tout le travail qu’il avait accompli, le chanteur lui lança un grand sourire avant de retirer son tablier.

« Merci beaucoup à vous pour cette expérience ! Et surtout d’avoir accepté que je reparte avec ce p’tit chaton ! Bon, par contre, j’suis désolé, y’a une tortue qui m’a pissé dessus ce matin et sans doute d’autres animaux aussi… J’ai ruiné votre super tablier. »

La vraie nature d’Hiroki transparaissait un peu plus dans ses mots, le chanteur ne faisant presque plus l’effort de parler correctement. Bon, il était quand même resté poli, on ne pouvait pas lui enlever ça ! Il aida l’homme à tout ranger et à tout nettoyer avant d’attraper sa précieuse boule de poils dans ses grandes mains. Hiroki sortit de la nursery en s’inclinant à nouveau plusieurs fois devant le patron, avant de s’engouffrer dans la voiture d’Akito.

« Allez Lily ! On rentre à la maison ! »
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 20:00
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Post de Purificacion - Epreuve de Genderswitch


Citation :
Purificación balança son bouquin de psychologie à l’autre bout de son lit avant de se laisser lourdement tomber dessus, sur le dos, les bras et les jambes en étoile, en poussant un gros soupir. Elle avait passé une partie de sa soirée à bosser pour ses cours, après une journée à sourire et à faire l’amour aux objectifs que se trouvaient face à elle. L’Espagnole adorait son métier et elle adorait tout autant son cursus scolaire, mais là, seule dans son appartement trop silencieux, elle commençait à avoir un peu le cafard. Il fallait qu’elle sorte, qu’elle se détende, qu’elle boive et qu’elle se fasse une bonne partie de jambes en l’air ! Purificación passa donc de longues minutes dans sa salle de bains à se maquiller, se coiffer, et elle enfila finalement un jean slim qui recouvrait l’ensemble de ses jambes, ainsi qu’un petit débardeur au décolleté prononcé, qu’elle surmonta d’un petit gilet fin. Le problème de la demoiselle, c’était qu’elle avait beau avoir un corps de rêve, elle ne pouvait pas l’exhiber à tout va à cause de ces cicatrices omniprésentes sur l’ensemble de son corps. Seuls ses mains, son visage, son cou et ses pieds avaient été épargnés et étaient donc les seules parties de son corps que Purificación pouvait se permettre de ne pas couvrir de tissu.

Fin prête, l’Espagnole chaussa ses hauts talons de 10 centimètres, lui faisant atteindre le bon mètre quatre-vingt-cinq. Elle était grande, belle, personne ne lui résistait jamais. Le seul problème là encore, c’était de trouver un mec qui lui plaisait un minimum, mais qui en plus serait suffisamment ivre pour ne pas trop faire attention à ces marques du passé que son corps arborait. Nombreux étaient ceux qui l’avaient mise à la porte en découvrant la supercherie une fois tous ses vêtements retirés ! Purificación quitta donc son appartement pour se rendre dans son bar favori, non loin de chez elle, dans le quartier huppé d’Hoshi. Passant la porte, elle posa aussitôt son regard sombre sur un mec à la stature assez massive, en train de boire au bar. Il était brun et avait les yeux clairs… Grrrr ! C’était parfaitement son type ! Purificación s’approcha donc de lui avec son sourire charmeur, prenant place sur le tabouret qui était juste à côté de lui.

« Bonsoir, je viens de voir que vous aviez terminé votre verre. Est-ce que vous accepteriez que je vous en offre un autre le temps qu’on discute un peu tous les deux ? »

Purificación n’était pas vraiment réputée pour son tact. Elle voulait mettre ce mec dans son lit et ça se voyait sur son visage ! Peu importe si ce n’était habituellement pas les femmes qui proposaient un verre aux hommes de cette façon. Et puis, en vrai, c’était quoi ce vieux cliché ? Pourquoi les femmes ne pourraient pas draguer comme ça elles aussi ? Ayant posé son coude sur le bar, puis sa joue contre son poing, son regard sombre se plantant dans celui de son interlocuteur avec cet air toujours charmeur, Purificación finit par se redresser soudainement en entendant l’homme lui répondre. Hein ? « Désolé, je suis pas intéressé » ? Il venait sérieusement de lui dire ça ? Il n’était pas intéressé par un canon comme elle ?! L’Espagnole en tombait des nues, c’était bien la première fois qu’elle se prenait à râteau comme ça ! Le fixant avec surprise, la demoiselle finit par penser que l’homme n’était tout simplement pas attiré par les femmes. Ahwn… Dommage… C’était toujours les plus canons qui étaient les moins accessibles ! Bon, Purificación avant failli s’énerver, mais elle ne pouvait rien contre ça. Elle avait des seins et rien entre les jambes, elle préférait donc abandonner cette proie et aller voir ailleurs.

Déçue, l’Espagnole préféra quitter le bar pour pénétrer dans un autre se trouvant un peu plus loin de chez elle. Là, personne ne lui tapa vraiment dans l’œil. Pas de bel étranger aux yeux clairs… Tant pis, du moment que quelqu’un était au moins aussi grand qu’elle, elle pourrait faire un effort sur le reste et oublier la couleur des yeux. Purificación examina les clients un long moment avant de trouver un autre homme, beaucoup moins massif que le précédent, ce qui lui tira une petite moue. Elle aimait tant se trouver dans des bras forts et puissants, sentir le poids de son partenaire sur elle… Il faisait un peu gringalet ce mec là et il n’était pas non plus un canon de beauté, mais au moins, l’Espagnole se disait qu’un mec comme ça ne pourrait pas lui foutre un vent. Il avait un peu une tête de geek avec ses lunettes rondes à la Harry Potter, un mec un peu trop propre sur lui qui ne devait rêver que d’une chose : se retrouver avec une fière amazone dans son lit ! Purificación retrouva donc son sourire charmeur et commença à approcher l’homme, seul à sa table.

« Je peux m’assoir à cette table ? »

L’inconnu releva la tête vers elle, visiblement surpris et il hocha timidement la tête. Ohw… Il était presque mignon… Purificación prit place et commanda un verre, commençant à taper la discute à cet homme en amenant son pied contre sa jambe pour l’y frotter un peu. Ce contact tira une grimace à son vis-à-vis. Il semblait gêné, mais ça elle pouvait le comprendre, elle était assez intimidante cette tigresse espagnole, mais plus que la gêne, on pouvait y percevoir une sorte de dégoût. En voyant ça, le mannequin fronça les sourcils. Okay. Il se passait quoi là ? D’habitude, elle n’avait qu’à battre des cils pour que les hommes, même les plus beaux et les plus riches, se jettent à ses pieds pour les biser, et là, elle était en train de se prendre son deuxième râteau de la soirée ! C’était tout bonnement impensable ! Inimaginable ! Et ce pauvre mec qui avait clairement subi les ravages de l’acné venait de lui balancer un faible « Vous n’êtes pas mon genre » ! Cette phrase eut fini d’achever Purificación. Enervée au possible, elle se leva d’un bond, attrapa son verre de whisky sec et le balança au visage de ce pauvre trou du cul qui ne comprenait rien à la vie.

« Pauvre con ! Tu sais pas ce que tu rates ! Mais bon, tu dois largement préférer ta main droite devant un bon film porno vu ta sale gueule ! »

Purificación faisait rarement dans la dentelle, mais quand elle était énervée, son langage était vraiment des plus fleuris. C’était n’importe quoi cette soirée ! Qu’est-ce qui clochait chez ces pauvres gars ?! Passant aux toilettes après avoir également vidé le verre de Mr Potter sur son entrejambe, l’Espagnole se regarda dans un miroir. Sa coiffure était impeccable, son maquillage aussi, ses vêtements ne laissaient transparaître aucune cicatrice… C’était quoi le problème ? Et pourquoi toutes les filles également présentes dans ces toilettes étaient en train de la dévisager en faisant des messes basses ?! Purificación se dit qu’elles étaient simplement jalouses de son corps de rêve et partit furieuse de ce bar pourri. Plus la soirée avançait, plus elle désespérait. Elle voulait juste tirer un petit coup, c’était quand même pas la mer à boire ! Entrant dans un dernier bar, l’Espagnole décida de simplement se poser au comptoir afin de savourer son verre de whisky qu’elle avait bien mérité après toutes ces déconvenues. Tant pis pour la drague, elle allait opter pour une autre approche : celle de la fille seule qui attend qu’on vienne lui parler.

Et ça fonctionna ! Il ne lui fallut pas plus d’une dizaine de minutes pour se faire accoster, sentant une présence à ses côtés. Tournant son visage séducteur vers la personne qui venait de se hisser sur le tabouret, Purificación ouvrit de grands yeux en voyant qu’il s’agissait… d’une femme ! Bon, elle était belle et elle savait qu’elle faisait tourner des têtes, mais généralement, les autres femmes étaient bien plus jalouses par sa beauté que réellement attirées ! Et cette jolie métisse était clairement en train de la draguer ! Non, non, non, Purificación avait beau avoir envie de sexe, elle n’était pas du tout de ce genre-là ! Les seuls seins qu’elle aimait, c’étaient les siens !

« Désolée, je suis vraiment flattée mais je ne suis pas du tout de ce bord-là. »

Et Purificación était vraiment désolée de devoir foutre un râteau à cette pauvre fille, surtout qu’elle-même venait d’en vivre deux à la suite l’un de l’autre ! Mais sa voisine ne semblait pas du tout s’en offusquer, lui disant qu’elle n’était pas homophobe et que rien ne les empêchait de discuter tous les deux en buvant un verre. Euh… What ?! Elle venait de lui sortir quoi là ? Bien sûr qu’elle n’était pas homophobe puisqu’elle était en train de la draguer même pas 2 minutes avant ! C’était quoi le problème de tous ces gens ? Est-ce qu’il y avait genre eu un bidouillage des ondes et que toute personne qui avait passé un appel lors des deux dernières heures s’était retrouvé avec le cerveau à l’envers ?

« Je suis pas sûre de comprendre ce que vous êtes en train de dire… Je ne suis pas du tout lesbienne, j’aime uniquement les hommes ! »

Et là, ce fut la demoiselle qui sembla ne pas comprendre tout ce que Purificación était en train de lui balancer, lui lançant qu’elle avait bien compris qu’ « il » aimait les hommes. Waw… Est-ce qu’elle ne venait pas de parler d’elle au masculin là ? Elle voulait quoi ? Que l’Espagnole lui colle le visage dans ses seins pour qu’elle se rende compte de la connerie qu’elle venait de dire ? Elle avait quand même l’air de tout sauf d’un homme non ?

« Okay, je sais pas ce que vous avez bu, fumer, pris, j’m’en fous, mais va falloir faire quelque chose là si vous êtes pas foutue de faire la différence entre un homme et une femme ! »

Purificación commençait vraiment à perdre patience et le pire, c’était que sa voisine semblait vraiment ne rien comprendre à cette situation. Elles étaient autant perdues l’une que l’autre ! L’Espagnole palpa ses propres seins et écarta ses jambes. Non, rien à signaler ! Le problème ne venait pas d’elle c’était certain ! Alors pourquoi l’autre continuait d’être aussi persuadée qu’elle parlait à un mec qui avait trop bu ?

« Bon, visiblement, il se passe un truc pas clair. Venez par-là, on va voir si je suis vraiment bourrée ! »

Purificación paya pour son verre et celui de sa voisine et entraîna sans attendre celle-ci à l’extérieur pour marcher sur la ligne blanche qui se trouvait au milieu de la rue. Toute personne ivre serait incapable d’une telle prouesse, surtout avec des talons de 10 centimètres de haut ! Les deux femmes finirent par marcher ensemble pour discuter, leurs pas les menant jusqu’à la rue des love hôtels.

« Je sais bien que la situation parait complètement surréaliste, mais je suis bien une femme et vu que vous ne semblez pas me voir comme telle… Il ne me reste plus qu’une chose à faire pour vous prouver que j’en suis bien une. »

Purificación grimaça. Cette idée ne lui plaisait pas du tout mais… Elle n’avait pas le choix ! Et puisque sa comparse était lesbienne, ça ne lui poserait pas de problèmes non ? L’Espagnole pénétra dans la bâtisse la plus proche, réservant une chambre avant d’y emmener cette métisse inconnue. Elle était bien une femme, et elle le prouverait par tous les moyens ! Même si ça devait impliquer de faire l’amour avec une autre femme ! Il y avait bien une première fois à tout non ? Leurs baisers furent passionnés, même si Purificación avait quand même une petite retenue à faire tout ça, et après quelques minutes à faire preuve d’un doigté sans pareil, le mannequin finit par se redresser fièrement sur le lit, laissant sa partenaire reprendre son souffle.

« Alors ? Convaincue ? Comment je pourrais connaître aussi bien le corps d’une femme si je n’en étais pas une moi-même ? »

La jeune femme opina de la tête avec un sourire. Le mystère restait entier, mais au moins une personne la croyait. Cette soirée était vraiment plus qu’étrange et après avoir finalement discuté une bonne partie de la nuit avec cette inconnue, Purificación décida de rentrer chez elle. Il n’y avait plus qu’à espérer que dès qu’elle se réveillerait le lendemain matin, tout serait redevenu comme a
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 20:00
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Post de Yoite - Epreuve de Survie


Citation :
Mon dieu qu'il faisait chaud, tellement chaud! C'était plus que nécessaire de profiter du soleil, surtout en vacances, mais là ça devenait insupportable! Yoite adorait bronzer, voire sa peau se tanner au fil des heures passées, revenir encore plus beau qu'il ne l'était déjà et se sentir ultra reposé mais là, il transpirait à grosses gouttes et mourrait littéralement de soif! En plus de ça, il était inquiet et cette inquiétude ne le quittait pas.

"Saku, reste pas au soleil! Et mets un chapeau!"

Il avait conscience qu'il ne montrait pas l'exemple en s'exposant de tout son long sur sa serviette de plage directement sous les rayons du soleil mais les vacances venaient tout juste de commencer, il avait tellement attendu ce moment où il irait sur la plage avec sa petite-sœur sans personne d'autre pour les emmerder. Sakura n'était que joie aussi!

"Yoi, je tiens plus! Tu veux pas aller dans l'eau? S'il te plaît!"

Et parce qu'il ne lui refusait jamais rien et que sa demande était en plus une magnifique idée, le petit japonais s'empressa de lever ses fesses de sa serviette et rejoignit sa sœur qui trépignait d'impatience d'aller nager. Nager, hein ... Yoite, en tant que capitaine du club de natation, était totalement dans son domaine là. La mer ne ressemblait en rien à la piscine et il fallait toujours rester vigilant mais dieu qu'il aimait ça!

Ils passèrent beaucoup de temps dans l'eau, à s'amuser principalement mais aussi à se rafraîchir sous ce soleil de plomb. L'eau n'était même pas froide et, expérimentés, ils s'étaient permis de s'éloigner un peu des autres. Bilan, ils se retrouvaient un peu seuls là, Sakura sur son matelas gonflable rose et Yoite dans sa grosse bouée bleue foncée en forme de donut géant. La petite crique qu'ils avaient quitté leur paraissait minuscule!
Alors qu'ils étaient sur le point de faire demi-tour, de retourner s'échouer sur leurs serviettes pour sécher en paix, Yoite sursauta brusquement et regarda dans l'eau autour de lui. Ne venait-il pas de sentir quelque chose lui frôler le pied? Le cœur battant la chamade, le regard affolé, le jeune japonais chercha le moindre mouvement mais il devait bien avouer qu'il ne voyait rien du tout. Si l'eau où ils avaient mis les pieds était claire près du sable, elle devenait plutôt sombre dès qu'ils s'éloignaient. Là, il ne voyait rien du tout!

"Qu'est-ce qu'il y a, Onii-chan?"
"C'est rien. J'ai cru sentir quelque chose mais j'ai d..."

Il n'eut malheureusement pas le temps de finir sa phrase qu'une violente douleur l'empêcha de parler. Dans un geste purement instinctif, il retira rapidement sa main de l'eau et constata de ses yeux effarés qu'une partie lui manquait. Le sang affluait à une vitesse inimaginable et il entendit Sakura crier avant de vraiment réaliser qu'ils étaient attaqués par quelque chose.
La suite fut rapide et peu réfléchie. Yoite s'entendit hurler lui aussi, laissant la douleur prendre place dans tout son corps alors qu'il retirait son autre main et ses jambes de l'eau. Sakura s'était assise sur son petit matelas et appelait à l'aide mais c'était perdu d'avance. Ils étaient beaucoup trop loin et le vent semblait les emmener encore un peu plus loin à chaque seconde. Leur seule chance, c'était de remettre les mains ou jambes dans l'eau et de nager pour regagner la plage mais voilà ... ils n'étaient plus seuls.

Livide et commençant à trembler alors qu'il pissait toujours le sang, Yoite tenta de rassurer sa petite sœur en lui disant qu'ils allaient s'en sortir, qu'il n'était pas si gravement blessé que ça mais quand une gueule béante jaillit de l'eau à quelques centimètres du visage de sa sœur, il sut qu'ils ne devaient pas rester sans rien faire et prier leur chance. Ils devaient bouger et vite, cette bête dont il ignorait le nom ne paraissait pas patiente ni amicale!
Et dans un élan de courage, d'adrénaline et de dernière chance, Yoite quitta sa bouée donut où ses chances de survie étaient nulles et se retrouva dans l'eau à peine quelques secondes le temps de rejoindre le matelas de sa sœur. Il n'était pas fait pour deux mais tant pis! Il tangua à sa montée, Sakura criait de plus belle et les larmes ruisselaient sur son si joli visage. Il avait envie de la serrer dans ses bras mais il n'avait pas le temps, ils devaient bouger!

En regardant les alentours, Yoite remarqua qu'ils avaient beaucoup dévié, que cette sale bête avait fait énormément de vagues et que la crique n'était même plus visible. Seul restait cet immeuble qu'il apercevait au loin, ce seul point de repère qu'il ne devait pas perdre des yeux. Et de sa seule main valide, il se mit à ramer aussi fort et rapidement qu'il pouvait pour les diriger par-là. Mais franchement ... ça ne servait à rien.
La seule solution était qu'il immerge la moitié de ses jambes et ça le terrifiait. Il ne cessait de fixer ses doigts manquants, cette plaie béante qui le rendait plus livide que jamais au fil du temps. Il avait envie de dire stop, d'ouvrir les yeux et de constater qu'il était dans son lit au Japon, qu'il avait simplement rêvé mais il savait que ce n'était pas le cas alors il s'approcha de sa Princesse hystérique et l'enserra de ses deux bras. Elle continuait de crier, de pleurer, de bouger au risque de les faire tomber à l'eau tous les deux mais il ne pouvait pas lui en vouloir. Elle n'avait que 14 ans, elle était encore jeune ... Il lui fit un beau sourire et glissa ensuite le bas de son corps dans l'eau. Bizarrement, il n'était plus du tout dans son élément là. Cette eau sombre et finalement froide lui faisait peur, il aurait tellement dû rester sur le sable à cramer tout l'après-midi.
Et malgré la douleur, il commença à battre des jambes et sentit enfin le matelas avancé. Il demandait régulièrement à Sakura si elle voyait la pointe de l'immeuble droit devant et elle lui répondait en sanglotant, fixant plus avidement les profondeurs de l'océan. Les minutes s'écoulaient doucement, Yoite avait conscience qu'il allait devoir faire ça pendant des heures pour atteindre la plage de la ville la plus proche mais ils n'avaient pas d'autre solution. Un seul coup de dent bien placé et le matelas partait en fumée. Sakura savait nager mais là, il craignait qu'elle ne panique et surtout ne fatigue. Quant à lui, il sentait que chaque gouttelette d'eau salée était déjà un vrai calvaire pour sa main déchiquetée.

De nouvelles minutes s'écoulèrent à nouveau dans le silence, sans que rien ne vienne troubler leur course contre la montre mais Yoite n'était pas dupe. il n'avait pas de 6ième sens mais il sentait qu'ils étaient surveillés, traqués même. Et malheureusement pour lui ... il avait raison.
Alors que la moitié de l'immeuble était maintenant visible, signe qu'ils approchaient tout en étant toujours très loin de leur objectif, un bruit dans l'eau attira son attention et il vit cette énorme et longue queue jaillir au-dessus de sa tête et s'abattre droit sur lui. D'un geste désespéré, il donna un coup vif sur le matelas pour le pousser aussi loin que possible et sentit un choc violent sur sa tête alors qu'il était aspiré sous l'eau. Sous l'effet du choc, il n'avait pris qu'une petite respiration et ne savait pas trop ce qui lui arrivait mais alors qu'il ouvrait les yeux malgré l'eau salée, il vit ses yeux rouges à quelques centimètres de son visage et relâcha tout le peu d'air qu'il avait mis en réserve. Il remonta à la surface aussi vite que possible, oubliant sa main douloureuse au profit de ses poumons prêts à exploser. Il s'attendait toujours à être de nouveau aspiré et pensait finir noyé avant d'être dévoré mais à la place, il sentit l'air lui redonner espoir. Complètement désorienté, constamment gêné par les vagues pour voir correctement, il se fia à ses oreilles pour entendre Sakura qui criait "Yoiteeeeee" comme si rien d'autre ne comptait. Il aurait aimé avoir eu le temps de lui dire de continuer à avancer sans lui mais il était tellement content qu'elle ne se soit pas éloignée par amour et terreur.

Au moment où il la rejoignait, il sentit une nouvelle douleur lui arracher un cri mais c'était dans la jambe cette fois et il fut aspiré de nouveau. Les yeux ouverts et les joues gonflées, il voyait l'eau se colorer de rouge comme les yeux de cette foutue bête qui n'avait rien d'un requin. Il ne pouvait pas lutter, il n'avait qu'un caleçon de plage sur lui mais il était hors de question qu'il abandonne et à coups d'ongles et de coups de poings, il se déchaîna sur ce truc qui semblait vouloir lui prendre sa jambe. Chaque morsure était plus forte que la précédente et sa respiration n'en n'était que plus courte. Il n'allait pas pouvoir s'en sortir, c'était fichu ...

Et soudain, sans qu'il ne comprenne ce qu'il se passait, la bête lui lâcha la jambe et sembla se cambrer dans une position douloureuse. Dans un état second, incapable désormais de faire le moindre geste pour remonter de lui-même à la surface, Yoite cherchait à comprendre ce qu'il venait d'arriver. Mais tout ce qu'il sentit, ce fut ce bras qui l'entourait et le faisait remonter vers l'espoir, encore.
Inconsciemment, il prit une grande bouffée d'air dès qu'il le put mais il avait perdu beaucoup trop de sang et n'était plus vraiment présent. Dans un flou presque total, il entendit juste Sakura continuer de crier son nom, il vit le visage d'un homme se pencher sur lui puis ... le noir.

Ce n'est que plusieurs jours plus tard que Yoite rouvrit les yeux, allongé dans un lit d'hôpital et branché à tout un tas de fils. Encore un peu dans les vapes, il mit un temps considérable à reconnaître une chambre d'hôpital et surtout à voir que Sakura le regardait les yeux larmoyants. Puis elle se jeta à son cou alors qu'il esquissait un nouveau sourire.
Plus tard, on lui expliqua qu'il avait été secouru par des touristes sur un yacht. Ils avaient été alertés par les cris d'une enfant perdue au milieu de la mer qui paraissait terrorisée et qui ne cessait de répéter un mot qu'ils ne comprenaient pas. Bah oui, son prénom japonais sûrement ... C'était eux qui, armés d'un harpon, avaient visé suffisamment juste sur une énorme forme sous l'eau pour la faire fuir et empêché in extremis Sakura de sauter pour secourir son frère. A la place, l'un s'était porté volontaire et ensuite, ils avaient été emmenés d'urgence à l'hôpital. Ils étaient sauvés et Sakura n'avait rien ... Yoite avait perdu 3 de ses doigts à la main droite et écopait d'une monstrueuse cicatrice à sa jambe désormais défigurée. On avait l'impression que la bête était partie avec quelques morceaux de sa chair et qu'il ne pourrait donc jamais l'oublier. On lui expliqua que beaucoup de moyens avaient été mis en place pour retrouver le monstre qui les avait attaqué mais que jusque-là, ils avaient fait chou blanc. Elle était toujours là, tapie quelque part, en attente de sa proie suivante et celle-ci ... elle ne la laisserait pas filer.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 20:01
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Post de Brian - Epreuve de séduction


Citation :
/ Joueuse de Brian derrière l'écran /

Wouaw quel thème originalement loufoque et compliqué. Pas du tout ce que à quoi je m'attendais. Je vais devoir réfléchir à comment écrire ça avec mon personnage antipathique et pas du tout bisounours... Ah .. je crois que j'ai une idée.
- Brian !
Je vois Brian relever la tête, l'air curieux mais aussi blasé. Il ose m'envoyer le visage qui dit "tu me déranges !" à moi, sa créatrice, ce personnage est vraiment devenu incontrôlable. Je ne sais plus quoi faire de lui, et c'est pour ça que j'ai préféré prendre cette décision.
- Approche stp, j'ai un service à te demander.
Cette espèce de culot que je pose dans cette phrase rend le tout accrocheur et je vois le grand roux se lever de sa chaise et me faire le plaisir et l'honneur de s'approcher de moi pour me prêter son oreille attentive.
Je me lève, lui cédant ma place sur le canapé, ma place devant l'écran interposé de l'ordinateur. A cet instant précis, je lui donne inconsciemment les clés de sa propre vie.
Il ne semble pas comprendre, alors je lui demande de s'asseoir et je lui explique brièvement.
- J'ai besoin que tu me donnes ton avis sur ces personnes là, lis leurs écrits, imprègne toi de l'ambiance, de cette fusion si exceptionnelle qu'a été ces 3 jours et laisse parler ton coeur pour me dire ce que tu ressens.
- Pourquoi moi ?
- Parce que tu ne mâches pas tes mots.
- Hin hin.
Son visage est machiavélique. Je me retire, je le laisse gérer cette mission. Je lui fais confiance, à mes risques et périls peut-être mais je ne peux pas faire autrement. Brian, à toi de jouer.

________


Putain c'est quoi cette embrouille ?! Elle me fait chier elle, elle me donne du taf, elle croit que j'ai que ça à foutre que de poser mon admirable fessier sur son canapé usé pour lire des conneries sur internet ? Elle aime peut-être se la jouer écrivain en faisant joujou avec des personnages mais moi c'est pas mon cas. J'ai une vie merde !
Bon ... elle me fixe, du coin de l'oeil, je vais devoir faire semblant sinon je sens que je vais bientôt me retrouver à porter un tutu rose.

Je fais craquer mes doigts et les vertèbres de ma nuque et je me concentre sur l'objectif qu'elle m'a fixé. J'ai pas tout compris mais je parcours vite fait ce que j'ai sous les yeux. Les gens ont l'air cool. Ça se bat a coups de qui domine le monde entre le sexe masculin et le sexe féminin. Ah ah ! Evidemment que les hommes remportent la partie, elles croyaient quoi ?!
Bref, j'trouve ça un peu barjo ce principe de mélanger des tas de forums pour participer à une épreuve dont les textes n'auront pas plus d'avenir que le dernier point de leur récit. C'est une perte de temps non ? Ou plutôt une perte de talent parce que putain y'a de bons écrits là-dedans merde. Je suis pas une lumière, je serais pas capable d'en faire pareil mais certaines lignes que je parcours m'emportent avec elles alors que d'autres me donnent mal au crâne. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? C'est quoi cette mode de tourner autour d'un putain de pot de chambre pour au final chier dans ses draps ?

Je relève la tête pour regarder ma créatrice qui se ronge les ongles. Elle semble stressée de ce que je peux dire ou faire.

- C'quoi le but Bonny ?
- Comment ça ?
- Dis-moi que y'a 100 000€ à gagner au moins histoire que je fasse pas un putain de discours digne d'une finale de Koh-Lanta pour de la gratitude à deux balles et des sourires focus ?
- Euh non ... y'a juste un vote et euh... des ... applaudissements ?

Je me tais, mais je pense qu'elle peut lire toute la haine et l'antipathie sur mon visage. J'en ai rien à foutre des applaudissements moi. Je veux un tapis rouge, je veux des thunes, des femmes nues dans mon lit, une limousine qui m'emmène où je veux et du bacon au p'tit déj.
Je vais sûrement porter plainte contre l'organisateur de cette activité ludique mon cul. Il croit qu'on est tous empathique et rempli de guimauve ? Je suis pas Hiroki moi, je craque pas pour un chaton après qu'une tortue m'ait pissé dessus. Je vais plutôt lui la jouer Yzevi et j'vais déposer des squelettes un peu partout sur mon chemin et ce sera pas un putain de rêve pour effrayer les enfants parce que la caravane a pété une durite.

Je me recule du PC. J'ai les yeux explosés alors que ça fait genre 5mn que je regarde l'écran. Je sais pas comment ma créatrice fait pour faire ce genre d'activité. Moi ça me bousille le crâne alors qu'elle, elle y passe des heures et pourtant malgré ses efforts, son forum bah... il casse pas trois pattes à un canard. Les autres forums, ouais ils ont de la gueule, on voit que y'a des moyens, que y'a de l'investissement, c'est du boulot je le reconnais. Il y'a une sorte de fil rouge qui les lient les uns aux autres, je commence à apercevoir le pourquoi du comment.
Je me relève et je vais vers ma créatrice. Je pose ma main sur le mur au-dessus de sa tête, et je la regarde de haut. Elle est petite, j'ai presque envie de la faire chier, mais je ne peux que la respecter. Ma vie dépend d'elle, comme pour chaque personnage que j'ai croisé depuis quelques jours. Les mots qui sortent de ma bouche ou qui se promènent dans ma tête ne sont pas les miens, ce sont les siens, les leurs. Chaque fibre de mon être a été créé de toute pièce, comme pour tous ceux sur qui j'ai posé mon regard il y'a quelques minutes.

Au final, les maîtres ce sont eux. Ils pourraient largement avoir le syndrome de Dieu à pouvoir contrôler des vies rien qu'avec le bout de leurs doigts et pourtant non, ils sont là à essayer de s'améliorer, à s'offrir des cookies larmoyants d'amour, à se proposer mutuellement des aides, des idées de scénarios, et de voter les uns pour les autres. Cette notion d'amour, je l'ignore, ma créatrice ne me l'a pas donnée, en tout cas, je suis né sans, mais pourtant, quelque part au fond de moi, je crois que je commence à comprendre pourquoi elle m'a demandé de prendre sa place l'espace d'un instant.

Je crois que je sais ce qu'elle veut que je dise. Je ne l'ai jamais dis, à personne. Je m'étais juré de ne jamais le faire parce que je suis un mec superficiel mais aussi profondément fier et arrogant et me rabaisser à les dire c'est mettre mon coeur à nu et accepter que quelqu'un puisse le broyer mais pourtant, là, appuyé contre le mur, les yeux rivés dans les siens, alors que ses joues rosissent d'être si près de moi, je dois le faire. Alors je m'approche d'elle et doucement je murmure :

- Merci.

Je n'entends pas d'applaudissements mais je ne les attends pas non plus. Je retourne m'asseoir sur la chaise sur laquelle j'étais quand elle m'a interpellé. Elle semble soulagée et je vois des larmes perler sur le rebord de ses yeux, c'est que ça lui tenait à coeur cette épreuve. Elle fait dans la sensiblerie et moi j'ai tout donné avec ce mot qui m'a écorché la gorge, alors je ... laisse la main.

_______


Je regarde Brian qui s'est tranquillement rassis et je renifle. Larmes de joie, de soulagement mais aussi de tendresse. J'ai envie de hurler l'amour que je peux avoir pour le rp depuis que je l'ai découvert mais je suis beaucoup trop timide alors peut-être que Brian l'a fait pour moi à sa façon. Enfin quoi qu'il en soit, je reviens sur le canapé, je reprend mon PC portable sur les genoux et dans un souffle de paix, je murmure à mon tour :

- Merci pour tout, je vous aime.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juin - 20:03
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Post de Milan - Epreuve de Rien n'est impossible


Citation :
- "Helloooo !!! Félicitations tu m’as trouvée !! Je m’appelle Pearl, enchantée de faire ta connaissance ! Je suis là pour réaliser tes rêves !"

Une voix haut perchée de gamine, qui colle parfaitement à l’air trop choupi de la petite qui vient d’apparaître dans la chambre occupée par Milan. Tout juste si elle atteint le mètre cinquante, la peau halée, une longue chevelure violette attachée à l’aide de deux couettes hautes, et de grands yeux pétillants de la même couleur. Une vision très rafraichissante qui donne envie de voir la vie en rose avec des paillettes et licornes à chaque coin de rue. Pourtant, blondinet lâche le couvre-chef d’où vient de sortir la petite, visiblement déçu. Ce même chapeau pour lequel il a dû s'afficher dans un genre de friperie pour pauvres au sens de la mode douteux... Brrr, mauvais souvenir, espérons que personne ne l'ait vu ou sa réputation est foutue ! Forcément qu'après avoir pris autant de risques il s'attendait à plus BG... Et surtout plus adulte !

- "Attend, sérieux, c’est toi le génie dont parlait le vieux l’autre soir ?! Parce que bon, t’as pas l’air d’avoir des masses d’expérience. Et j’ai pas de temps à perdre avec des stagiaires."

Ah, c’est au tour de miss purple de prendre son air outré, ses joues qui se gonflent exagérément et ses yeux qui se font tout ronds, son visage prend une teinte qui pourrait concurrencer sa crinière. Les mains sur les hanches et le buste penché en avant, elle prend subitement cinquante centimètres de plus, observant de haut l’étudiant.

- "Ce ne sont pas des façons de s’adresser à une dame ! Tu devrais te regarder avec ta tronche de gamin avant de parler des autres !"

- "Tu pourras prétendre être une dame quand tu rempliras un peu plus ce ridicule bonnet A !"

Un éclat de rire devant la fumée qui s’échappe à présent des oreilles de Pearl, Milan reprend sur un ton plus posé, n’ayant pas envie d’avoir passé tout ce temps à chercher ce stupide haut de forme pour voir son génie exploser subitement. Et puis, il aurait pu tomber sur un lapin, alors une gamine colérique devrait faire l’affaire. Sans compter qu'elle est plutôt attachante finalement. Ouais, il commence à avoir envie de lui tirer les joues... Retenir ses pulsions, self control... Il est encore loin d'avoir obtenu c'est qu'il est venu chercher !

- "Eheh excuse-moi Pearly, mais c’est que t’es le premier génie que je rencontre, alors forcément, à côté de celui de la lampe magique d’Aladin tu fais un peu chétive. Mais t’es aussi carrément plus mignonne hein ! C’est juste que c’est un peu gênant de demander à une petite fille d’exhausser certains vœux…"

- "Bah t’inquiète, j’en ai entendu des demandes perverses. Et le pire, c’est que..."

- "Ahah nan ne dis rien de plus ! Tout va très bien pour moi de ce côté là !"

Quelques minutes plus tard, après avoir fait plus ample connaissance avec le génie du chapeau, réussissant tant bien que mal à lui redonner le sourire après ce début en fanfare, Milan peut enfin formuler son premier souhait. Un peu mal à l’aise malgré tout de devoir exposer un tel désir.

- "Tu peux faire en sorte que mes parents m’accordent plus d’importance qu’à mon frère et ma sœur ?"

- "Fastoche !"

Et effectivement, une fois little girl retournée dans son couvre chef digne des plus grands magiciens, selon un procédé scénique bien étudié, la voix du paternel se fait entendre de l’autre côté de la porte.

- "Milan ! Je veux te voir prêt dans deux minutes. Ce soir j’ai besoin de toi."

Mouais, il n’y a toujours pas la moindre trace de sympathie dans l’intonation employée. Mais au moins ne s’adresse-t-il pas à lui uniquement pour lui faire remarquer à quel point il n’est qu’un moins que rien. Bien décidé à prendre la place de son frère dans l’ordre des préférences, blondinet enfile une veste, fourre le chapeau tant bien que mal dans un sac à dos – hors de question de porter ce truc en public ! – et dévale les escaliers en quatrième vitesse. Mais à peine la dernière marche franchie, il se retrouve avec deux flingues que son père lui fourre entre les mains. What ?! C’est quoi ce bordel ?! Depuis quand il s’imagine qu’il est seulement capable d’appuyer sur la détente d’une telle arme ?! Mais il n’a pas le temps d’émettre la plus petite protestation que c’est au tour de sa mère de lui faire part de ses projets.

- "Et ne prévois rien pour ce week end, je t’emmène avec moi à Paris pour un défilé."

Ce week end ? Impossible, il y a un match hyper important samedi !! Les gars comptent sur lui ! Sauf qu’une fois de plus, personne ne lui laisse l’occasion de se plaindre, la main paternelle le pousse déjà vers la sortie. Où deux hommes qu’il préfèrerait ne plus jamais croiser les attendent devant le genre de voiture qui n’est pas utilisée pour aller chercher des bonbons au supermarché. Peinture noire renvoyant votre reflet à la perfection, jantes démesurées et bien entendu, vitres teintées. Dans quel genre de problèmes est-ce qu’il a encore réussi à se fourrer ? Beaucoup trop de questions s'entrechoquent dans son esprit à mesure que les kilomètres défilent. Malgré tout, il tient à assurer son nouveau rôle de chouchou, et répond plus ou moins précisément aux différentes remarques émises par l’équipe de mafieux aux plans de vengeance qui puent.

Jusqu’à ce que la voiture s’arrête enfin. Les mains tremblantes ayant du mal à ne pas lâcher les armes à feu beaucoup trop effrayantes, Milan suit le convoi, à reculons. Mais tout se passe beaucoup trop vite. Ils entrent dans un hangar a priori désaffecté, pour se retrouver face à d’autres hommes, qui n’ont pas l’air de plaisanter non plus. Plusieurs menaces verbales sont échangées, et des premiers coups de feu retentissent. Non, cette fois c’en est trop. Blondinet s’accroupit, paniqué par le vacarme des détonations, et appelle la gamine pour qu’elle sorte au plus vite.

- "Bah alors, qu’est ce qui ne te convient pas avec ta place de number one ?"

- "Deuxième vœu. Fait en sorte que ma famille ne soit trempée dans aucune histoire illégale !"

- "C’est toi le chef. Mais tu risques de te faire chier !"

Et en une fraction de seconde, le vieux hangar se meuble de nombreux lits de fortunes, les hommes présents se retrouvent avec de vieilles guenilles sur le dos, le stock d'armes se transforme en réserve de quignons de pain rassis, et son père paraît dix ans de plus. Facile. Les traits tirés par la fatigue et plusieurs kilos en moins, son regard paraît vide. Complètement abattu, il n’a décidément plus rien à voir avec l’homme qu’il connaît.

- "Ce n’est pas la vie que voulais vous offrir. Vous méritiez tellement mieux. Mais j’ai été incapable de réussir à…"

Difficile de déterminer ce qui est le plus dur à encaisser. Voir des hommes braquer des flingues dans sa direction, ou voir son père dans une telle situation de faiblesse ? Cet homme qu’il déteste et qu’il respecte en même temps. Il ne peut pas le laisser tel quel. D'autant plus que c'est quand même de sa faute... D’ailleurs, il ne peut pas non plus accepter de porter ce genre de vêtements délavés et rafistolés sans le moindre goût stylistique. Il lui reste une dernière chance pour rattraper ce foutoir qu’il a réussi à mettre en un temps record dans la vie de sa famille. Il reprend donc le chapeau, une idée bien précise en tête.

- "Déjà ? Bon je suppose que toi aussi tu préfères finalement retourner à ta vie initiale ?"

La petite fille n’a plus rien de jovial. Elle paraît même attristée par ce constat. Comme si elle devait affronter un énième échec auquel elle s’était préparée. Milan en revanche ne se défait pas de son éternel sourire bienveillant, et lui inflige même une pichenette amicale - sisi ce concept existe - sur le front. Comme s’il allait accepter de retrouver son ancienne vie alors qu’il lui reste une occasion de tout changer ! Eh, il n'est pas un sportif pour rien. Prendre un maximum de risques pour atteindre l'objectif visé ne lui fait pas peur. Et l'abandon est totalement exclu de sa ligne de conduite.

- "Voyons Pearly, ne me compare pas à tous les loosers que t’as pu rencontrer ! Non, maintenant je veux que tu fasses de moi une superstar de la NBA, de sorte à ce que je gagne suffisamment d’argent pour offrir une vie confortable à toute ma famille ! Et que je puisse en profiter un max aussi bien sûr !"

Nouveau changement, puisqu’il est maintenant au centre d’un terrain de basket, ballon en main, driblant à toute vitesse en direction du panier adverse sous les acclamations d’un public occupant l’intégralité des gradins pourtant immenses. Un coup d’œil en direction du timer. Quelques secondes et seulement un point d’écart pour la victoire. Ouais, clairement là, il est dans son élément ! Une première feinte pour passer un défenseur, une passe en une-deux avec un coéquipier démarqué pour se débarrasser d’un second gêneur. Le ballon lui revient alors qu’il n’a pas encore passé la ligne des trois points. La zone sous le panier est déjà blindée de mecs tous bien plus grands et baraqués que lui. Pas le choix. Un pas sur le côté pour un meilleur angle, une impulsion pour s’élever, et un tir de loin qui survole l’intégralité des joueurs pour finir sa course de la meilleure façon qui soit. Dans le panier, au coup de sifflet final. Un déferlement de joie dans son camp, des équipiers qu'il a l'impression de connaitre depuis toujours qui se ruent dans sa direction, des fans en délire qui hurlent son nom à pleins poumons, des flashs qui l'éblouissent et des commentaires dans un anglais beaucoup trop rapide pour qu'il en comprenne le sens raisonnent dans les hauts parleurs.

Bon, peut-être qu’il s’est fait un peu aider, mais finalement, Milan se retrouve à vivre exactement la vie dont il a toujours rêvé. Joueur de basket au plus haut niveau, reconnu et adulé par une grande partie de la population, vénéré par le reste de sa famille qu’il a ainsi sorti de la précarité – dans laquelle il les a mis mais chut – il passe ses journées à faire ce qu’il aime. Entouré d'une équipe en laquelle il a réussi à placer toute sa confiance. Confiance réciproque. Dommage que la gamine et son chapeau se soient volatilisés avant la fin de ce match, il aurait voulu la remercier. Mais il faut reconnaître que ce fameux soir, il a été bien assez occupé à gérer la foule de fans venus le féliciter à réclamer des autographes et photos. Voir plus.


Si ça c’est pas du happy end digne d’un Disney…
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Juin - 19:20
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire

Résumé des votes :


SUSPENS

Terrae : 4 pts
Peek a Boo : 2 pts
Tasty Tales : 1 pt


VOYAGE

Tasty Tales : 4 pts
La Sérénissime : 2 pts
Terrae : 1 pt


CUTE

La Sérénissime : 4 pts
Saigo Saizon : 2 pts
Tasty Tales : 1 pt


GENDERSWITCH

Saigo Saizon : 4 pts
Terrae : 2 pts
Peek a Boo : 1 pt


SURVIE

Peek a Boo : 4 pts
La Sérénissime : 2 pts
Terrae : 1 pt


SEDUCTION

Tasty Tales : 4 pts
Sex Pistal Academy : 2 pts
Terrae : 1 pt


RIEN N'EST IMPOSSIBLE

Terrae : 4 pts
Sex Pistol Academy : 2 pts
Peek a Boo : 1 pt
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Juin - 11:19
Milan Matsuda
M • Université - 3ième année
avatar
Enfin réussi à tout lire !! Donc voici pour moi (classement du meilleur au moins bon comme Dodo parce que j'ai la flemme de mettre les points...)

Épreuve 1 :
Peek a Boo
Terrae
Tasty Tales

Épreuve 2 :
La Sérénissime
Terrae
Sex Pistol Academy

Épreuve 3 :
Saigo Saizon
Tasty Tales
Terrae

Épreuve 4 :
La Sérénissime
Saigo Saizon
Terrae

Épreuve 5 :
La Sérénissime
Peek a Boo
Terrae

Épreuve 6 :
Sex Pistol Academy
Tasty Tales
La Sérénissime

Épreuve 7 :
Sex Pistol Academy
La Sérénissime
Peek a Boo
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juin - 1:08
Yoite Unden
S • Prof de maternelle
avatar


:
S • Prof de maternelle
Survie :
Adrien Renart [PaB] - 4 pts
Elwynn Evrard [Te] - 2 pts
Athena de Mersang [LS] - 1 pt


Gender
Pietro Gombi [LS] - 4 pts
Abe no Chikanori [SS] - 2 pts
Hiroshi Shinoda [PaB] - 1 pt


Cute :
Maura Madrazi [LS] - 4 pts
Ariana Vicente [Te] - 2 pts
Poppy Albert [PaB] - 1 pt


Voyage :
Catullo Zenone [LS] - 4 pts
Cambyse Lavandès [TT] - 2 pts
Lys Atkins [Te] - 1 pt


Suspens :
Amadotsu Kiyooki Kodan [SS] - 4 pts
Violet Beddington [TT] - 2 pts
Elana Robin [Te] - 1 pt


Séduction :
Mi-Cha Park [TT] - 4 pts
Elana Robin [Te] - 2 pts
Chance M. Halliwell [SPA] - 1 pt


Rien n'est impossible :
Ipiu Rasberry [Te] - 4 pts
Nocturne A. Yumi [SPA] - 2 pts
Etsu Morugawa [PaB] - 1 pt
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juin - 11:16
Dae-Hyun Jang
S • Université - 5ième année
avatar


:
S • Université - 5ième année
Épreuve séduction
1 - Mi-Cha Park pour Tasty Tales +4pts
2 - Chance M Halliwell pour Sex pistol academy +2pts
3 - Lora Guzmerole pour La Sérénissime +1pt

Épreuve voyage
1 - Catullo Zenone pour La sérénissime +4pts
2 - Cambyse Lavandès pour Tasty Tales +2pts
3 - Lys Atkins pour Terrae +1pt

Épreuve survie
1 - Elwynn Evrard pour Terrae +4pts
2 - Athena de Mersang pour La sérénissime +2pts
3 - Adrien Renart pour Peek-a-boo +1pt

Épreuve suspens
1 - Amayotsu Kiyooki Kodan pour Saigo Saizon +4pts
2 - Violet Beddington pour Tasty Tales +2pts
3 - Yzevi pour Peek-a-Boo +1pt

Épreuve rien n’est impossible
1 - Nocturne A Yumi pour sex pistol academy +4pts
2 - Ipiu Raspberry pour Terrae +2pts
3 - Etsu Morugawa pour Peek-a-boo +1pt

Épreuve cute
1 - Ariana Vicente pour Terrae +4pts
2 - Kanzen Fukyuu pour Saigo Saizon +2pts
3 - Poppy Albert pour Peek-a-boo +1pt

Épreuve Genderswitch
1 - Huo Zhang pour Terrae +4pts
2 - Abe no Chikanori pour Saigo Saizon +2pts
3 - Pietro Gombi pour La Sérénissime +1pt
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juin - 11:56
Dorian Fatalys
S • Médecin scolaire
avatar


:
S • Médecin scolaire
L'heure est grave mes amis ! Nous avons 1 ex-aequo dans l'épreuve de SUSPENS
Comment faire pour les départager ? Vous allez devoir choisir entre les 2 meilleurs textes !

SUSPENS : Il faut choisir entre PeekaBoo & Terrae, et vu que moi & Milan on l'a déjà fait, c'est à vous Dae & Yoite svp ! MERCI ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Administration :: Events-