Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Attention au ballon perdu ! |PV Okita|

 :: Campus :: Terrain de sport Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 17 Jan - 16:59
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Okita Nishimura
dialogue en gras
pensées en italique
Attention au ballon perdu !
Une nouvelle journée de cours venait de se terminer et Emi n’avait rien de prévu avant de devoir retourner à sa chambre, dans le pensionnait de Chisê. C’était en plein dans les heures réservées au club, et comme elle n’avait rien de prévu au club de cuisine, la demoiselle avait eu dans l’idée de partir s’entraîner au foot. Shohei et Nick avaient déjà prévenu qu’ils ne pourraient pas être présents alors elle allait se retrouver toute seule sur son terrain de foot adoré. Ce n’était pas si grave et puis, elle n’avait pas envie de remonter à sa chambre pour s’ennuyer, elle était bien mieux à se dépenser à l’extérieur avec son ballon noir et blanc ! La demoiselle était toutefois remontée à sa chambre pour se changer et mettre des vêtements dans lesquels elle serait plus à l’aise pour s’entraîner dans ce froid mordant. C’est donc vêtue d’un pantalon d’entraînement assez près du corps de couleur noire et d’un maillot de football bleu clair avec un petit col et surtout des manches longues qu’elle quitta sa chambre. Cette tenue était un peu moulante, mais pour le peu de formes qu’elle avait de toute façon… Et puis, c’était bien ce genre de tenues qui était le plus adapté pour bien bouger vu qu’elle courait dans tous les sens ! Emi remonta ses cheveux en une queue de cheval assez haute pour ne pas être embêtée pendant qu’elle allait courir et attrapa son sac contenant ses chaussures à crampons et son ballon, se contentant de ses baskets jusqu’à arriver à destination pour ne pas abîmer ses crampons en marchant ailleurs que sur de l’herbe bien verte.

Après de longues minutes, elle finit par enfin pouvoir mettre ses précieuses chaussures, délaissant son sac dans un coin après avoir pris son ballon. Emi enfila ses gants et son bonnet noirs, pour parfaire sa tenue, lui conférant une sacrée dégaine, mais elle s’en moquait, elle voulait s’entraîner et surtout, elle ne voulait pas mourir de froid ! Déjà que son petit nez rendait à moitié l’âme… La capitaine du club de foot avait dans l’idée de s’entraîner un peu aux tirs au but. Bon, sans gardien c’était tout de suite beaucoup moins marrant, mais tant pis. Elle n’allait pas passer des heures et des heures à faire des jongles ! Ça allait 5 minutes, mais ce n’était pas en faisant l’acrobate avec son ballon qu’elle allait améliorer son tir, tant dans la puissance que dans la précision ! Mais avant de commencer à tirer, Emi opta pour un échauffement en bonne et due forme. La jeune femme étira ses muscles, fit chauffer toutes ses articulations, sautilla un peu sur place et partit finalement pour faire plusieurs fois le tour du terrain en trottinant. Chose faite, elle revint vers son précieux ballon, commençant tout de même par quelques jongles, juste parce qu’elle adorait ça malgré tout, faisant rebondir ce ballon sur sa tête, le haut de sa poitrine, ses cuisses, ses pieds. Elle était douée avec tous les entraînements qu’elle faisait !

Emi pouvait maintenant entrer dans le vif du sujet : les tirs au but ! La demoiselle était au poste de buteur dans l’équipe, c’était donc elle qui était chargée, principalement, de marquer pour son équipe. Les passes étaient très importantes, mais il fallait qu’elle s’entraîne à tirer en pleine lucarne. C’était toujours difficile d’intercepter un ballon qui arrivait à toute vitesse à cet endroit ! Approchant avec son ballon de la surface de réparation, elle finit par le poser au sol sur le point de penalty. C’était assez près pour le moment, mais rien ne l’empêcherait de s’éloigner et de se mettre un peu moins au centre par la suite. Inspirant profondément, la demoiselle arma son pied et tira de toutes ses forces en direction du but. Le ballon atterrit pile dans le filet, mais Emi devait encore ajuster son tir si elle ne voulait pas finir par faire des transversales sans le vouloir. C’était un excellent exercice là aussi, mais les lucarnes étaient encore plus difficile à viser. La demoiselle s’exécuta à plusieurs reprises, de plus en plus satisfaite de ses tirs, trottinant toujours pour aller récupérer son ballon dans le filet du but pour le remettre sur son point de penalty. Toute contente, la jeune femme arma à nouveau son pied après avoir inspiré profondément, mais tout ne se passa pas comme prévu. Emi avait inspiré tellement fort qu’une bestiole s’était faite aspirée par son nez, la coupant dans sa concentration et la faisant éternuer de manière tonitruante, sans aucune élégance. Sauf que son pied était déjà armé et que la surprise en plus de la force de son éternuement la firent tirer à la même force que tous ses tirs précédents, à l’exception faite qu’elle n’avait absolument pas visé. Se frottant vigoureusement le nez en grimaçant en imaginant la bestiole encore à l’intérieur de ses narines, ses yeux bleus partirent à la recherche de son précieux ballon et tombèrent sur…

« Oh non ! Tout va bien ? Est-ce que ça va ? Vous êtes mort ? Dites-moi que vous n’êtes pas mort ! »

Emi accourut vers le pauvre homme qui avait été victime de son boulet de canon, visiblement en pleine tête, qui était accroupi un peu plus loin. Mince ! Pourvu qu’elle ne l’ait pas tué ! Mais qu’est-ce qu’il faisait à passer par là pile au moment où une bestiole avait décidé de se faire une petite exploration nasale aussi ? La demoiselle se jeta au sol, à genoux à côté de lui, se penchant pour pouvoir regarder son visage.

« Vous saignez ? Vous avez perdu votre nez ? Votre vue ? Je suis vraiment désolée ! Je… J’ai éternué et le coup est parti tout seul… »

Ce n’était pas tellement la peine de le préciser, la pauvre victime avait très certainement entendu cet éternuement bruyant qui avait résonné dans les environs… En tout cas, il n’avait pas l’air mort… Pourvu qu’il ne se mette pas à lui hurler dessus… Emi était paniquée, vraiment. Et aussi super désolée. Il n’allait pas lui crier dessus avec l’adorable bouille qu’elle faisait non ?
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Jan - 18:47
Okita Nishimura
M • Université - 2ième année
avatar


:
Il faisait froid. Très froid. Mais rien n’arrête un sportif qui veut s’entraîner. Et aujourd’hui, Okita mettait le kendo de côté (le club était fermé, surtout). Il était dans une phase… lever le pied. Mais juste un peu. Alors il faisait moins que d’habitude, mais allait tout de même courir un peu histoire de garder ses muscles. Ses jambes étaient une partie importante pour le kendo, tout comme les bras, et les abdos, enfin tout était important, en fait.

Bref, il mit un collant de sport pour homme, par dessus un short, et un t-shirt à manche longue prêt du corps fait spécialement pour le sport. Ce qui mettait bien évidemment sa silhouette musclée en valeur. Et forcément, des écouteurs histoire d’aller dans sa bulle, histoire que personne ne le fasse chier. Ouais, il était pas d’hyper bonne humeur depuis le labyrinthe. Cette histoire restait en travers de sa gorge. Il avait fait attention tout du long pour ne pas se blesser. Mais non, il avait fourré sa main dans une ruche d’abeilles en croyant avoir trouvé son objet. Autant dire que ces sales bestioles n’avaient pas apprécier et s’était suicider sur son bras. Enfin, c’était bien elles qui mourraient après avoir injecter leur venin ? Il espérait sincèrement que oui. Okita avait eu la peur de sa vie, ne sachant pas s’il était allergique, mais bien heureusement non. Sans doute qu’il aurait crever dans ce cas. Les piqûres avaient été tellement nombreuses qu’il avait abandonné. Le kendo passait avant sa fierté.
Ce qui n’avait pas empêché la honte d’être venu en hélicoptère et voir tous les spectateurs le regarder. Et pire que tout, il avait dû arrêter le kendo pendant le reste du mois. Ouais, il l’avait vraiment en travers de la gorge. Plus les mois passaient, plus il avait envie de tuer le directeur. Sérieusement, c’était quoi cette idée de merde de foutre des abeilles ? C’était hyper dangereux ! Et en plus, il avait pas pu faire de kendo. Ca aurait pu être carrément sa bourse de sucrée s’il y avait eu des séquelles. Après tout, il n’avait rien à foutre dans cette académie, s’il n’avait plus son talent. Est-ce que ce putain de directeur y avait pensé au moins ?
Non, ce n’était pas de sa faute. Il avait vu un truc jaune, ça faisait des heures qu’il tournait et tournait dans cet enfer avec de moins en moins d’eau. Alors oui, il avait perdu patience, voulant rapidement en finir. Okita en avait rapidement fini effectivement, mais avec un bras aussi enflé qu’une montgolfière. Directeur de merde !

Oui, oui, il était bien en train de s’énerver tout seul, alors que ses pas s’accéléraient au fur et à mesure de sa colère. Enfin, il s’arrêta brusquement en sentant une douleur aussi soudaine que violente. Il ne cria pas de douleur trop sous le choc tellement il ne s’y attendait pas. Mais il dû s’accroupir, tellement la douleur était violente. Et dans le pif en plus. Il avait l’impression que son nez était cassé, mais il n’y avait pas le moindre sang, ce qui ne l’empêchait pas de le tenir. Okita vit un peu plus loin l’arme du crime. Putain de ballon de merde. Il gémit de douleur. Putain, il avait échangé sa chance avec Naoki là ou quoi ? Les abeilles et maintenant ça ?
Et une fille complètement hystérique qui venait vers lui. Il allait bien. Merci. Connasse !

-Est-ce qu’un mort peut s’accroupir ? Faudrait revoir tes bases de l’anatomie.


Et hop, le petit sourire froid qui va bien avec. Il détestait déjà cette fille, sans même la connaître. Mais quelle morue ! Et en plus, elle avait une excuse minable. Lui aussi son coup allait partir tout seul, tiens !

-Comment on peut perdre un nez ?


Si elle tentait de dédramatiser la situation, elle était mal partie. En plus, elle avait été violente dans son coup. Il se doutait pas que le football pouvait faire aussi mal. Le peu de match qu’il avait vu, ça avait l’air tout mou. Mais son nez venait de lui dire que non. Ca pouvait être un sport de bourrin. Il lui jeta un coup d’oeil, prenant le temps la détailler cette fois. C’était pas Emi Kuroda ? Il savait pas comment, mais il y avait une rumeur qui disait qu’elle était amoureuse de lui. Et bien évidemment, ses amis en avaient profité pour l’emmerder. Okita en avait un peu marre de se faire passer pour le bourreau des coeurs. Au début, c’est rigolo et ça fait du bien à l’ego mais à la fin, ça cassait vraiment les couilles. C’était bête. Il aurait pu l’apprécier si elle n’avait pas balancé son ballon dans la gueule.

-Putain, j’espère pour toi que je vais pas devoir arrêter de faire du sport…

Enfin, il espérait aussi pour lui. Il n’allait pas avoir un certificat tous les six mois pour arrêter le sport. Okita toucha encore un peu son nez, mais ça restait extrêmement douloureux. Il n’était psychologiquement pas prêt à enlever sa main de son nez. Surtout avec elle dans les parages.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Jan - 14:58
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Okita Nishimura
dialogue en gras
pensées en italique
Attention au ballon perdu !
Emi était du genre maladroite, mais uniquement pour tout ce qui ne touchait pas au football. Et pourtant, voilà qu’à cause d’elle, un pauvre passant se retrouvait accroupi, se tenant fermement le nez. Enfin, à cause d’elle… Ce n’était quand même pas sa faute si une bestiole avait décidé de venir explorer l’intérieur de son nez ! La sportive n’allait quand même pas entrer en apnée à chaque fois qu’elle armait son pied pour tirer ! Et puis, on était doué au football ou on ne l’était pas. Emi l’était. Résultat, elle avait tiré une sacrée patate en éternuant, faisant honneur à son poste de buteur. Elle avait limite tiré aussi fort qu’un mec ! Bon, peut-être pas quand même, mais personne n’aurait pu se douter qu’une fille avec une telle silhouette pouvait tirer avec tant de puissance. Sa pauvre victime non plus certainement. Et puis crotte ! Qu’est-ce qu’il faisait là à courir au juste ? Pile au mauvais endroit au mauvais moment, on ne pouvait pas avoir plus la poisse ! Emi, après avoir repris ses esprits et reniflé à plusieurs reprises en grimaçant en espérant que la bêbête était ressortie par où elle était entrée sans y être invitée, s’empressa d’accourir à ses côtés pour vérifier que tout allait bien.

La Japonaise aurait pu s’offusquer du fait que cet inconnu soit aussi désagréable avec elle, froncer les sourcils et lui en coller une en lui disant « bah voilà, comme ça t’oublieras que t’as mal au nez », mais c’était tout sauf son genre. Elle se sentit vraiment mal en entendant ses répliques cinglantes. Elle était en tort, elle ne pouvait rien répliquer…

« Je suis vraiment désolée ! Promis, la prochaine fois, je ferai de l’apnée avant de tirer ! Comme ça, je ne risquerai pas de blesser quelqu’un à nouveau ! »

La demoiselle faisait une petite moue désolée vraiment super adorable, préférant regarder le sol plutôt que le garçon dans les yeux. Elle ne prit donc même pas le temps de le détailler, ne remarquant pas qu’il s’agissait du très populaire Okita Nishimura. Son cerveau fonctionnait trop à toute allure pour qu’elle le reconnaisse de toute façon. Et ses mots la firent tiquer. Du sport ? C’était un sportif lui aussi ? Un vrai amoureux comme elle ? Qui ne pourrait pas supporter de ne pas en faire pendant plusieurs jours ? Emi reporta son attention sur le visage de son camarade qui tenait toujours son nez. Bon, si c’était un sportif, elle se devait de tout faire pour qu’il n’ait pas de séquelles suite à sa rencontre brutale avec elle. La demoiselle attrapa la main du garçon qu’il gardait sur son nez pour la retirer et examiner attentivement la zone de l’impact. C’était… très rouge. Mais ça ne saignait pas. Emi s’en était déjà prises des patates de ce genre, tirées par des hommes, quand elle était plus jeune. Elle avait souffert pendant un moment, mais n’avait jamais saigné ni même eu le nez cassé. C’était sans doute la même chose pour lui non ?

« Ça ne saigne pas déjà ! Tu… Vous ? Hum… Ne bouge pas. »

Elle ne savait jamais si elle devait tutoyer ou vouvoyer les gens qu’elle rencontrait et puisqu’il l’avait tutoyée… Elle avait opté pour le même moyen de s’exprimer avec lui. Retirant ses gants, Emi approcha délicatement sa main du nez meurtri du garçon pour vérifier s’il était cassé. Elle en avait déjà touché quelques-uns avec sa pratique du foot alors… Et fort heureusement, son nez semblait intact, ce qui fit apparaître un grand sourire sur le visage de la sportive. Impeccable ! D’ici quelques minutes, le temps de retrouver ses esprits, il pourrait reprendre sa course tranquillement ! Elle soupira un peu de soulagement avant d’approcher subitement son visage du sien, ses lèvres venant se poser avec toute la douceur du monde sur ce pauvre petit nez tout rouge. Sans aucune gêne, elle se recula un peu, toujours avec cet adorable sourire sur les lèvres.

« Voilà ! Avec un bisou magique, tu devrais aller vite mieux ! Ton nez n’est pas cassé, tu pourras continuer le sport autant que tu veux ! Tu fais quoi comme sport d’a-… AH ! »

La demoiselle plaqua ses mains sur sa bouche. Mince ! C’était Okita Nishimura ! Elle avait enfin pris le temps de le détailler après son petit bisou et... et… pourquoi elle avait fait ça au juste ? Ses joues s’empourprèrent aussitôt. Elle connaissait cette rumeur qui courrait sur elle et ses « sentiments » pour le champion de kendo mais… Mais cette rumeur était parfaitement fausse ! Elle connaissait Okita mais c’était bien la première fois qu’elle avait l’occasion de discuter avec lui ! Comment elle pourrait aimer un mec qu’elle ne connaissait pas ? Elle avait juste lâché ça une fois parce que c’était le premier prénom qui lui était venu à l’esprit ! Si des personnes au courant de cette rumeur avaient été témoins de cette scène de bisou magique sans avoir vu ce qu’il s’était passé avant cet acte de tendresse, nul doute que cette rumeur allait prendre une toute autre ampleur ! Emi s’en voulait vraiment, presque encore plus que pour le ballon qu’elle lui avait envoyé en plein visage.

« Pardon ! La rumeur ! Aaaaaah ! Je suis désolée ! »

Décidément, la sportive enchaînait boulette sur boulette…
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Fév - 12:06
Okita Nishimura
M • Université - 2ième année
avatar


:
Bah oui, Okita allait la croire, alors que la respiration était une base importante dans tous sports qui se respectent. Non vraiment, elle ferait mieux de se taire pour le coup. Elle était mignonne, et franchement le jeune homme l’aurait trouvé adorable a essayé de se faire pardonner par tous les moyens, mais il était beaucoup trop énervé. Depuis le labyrinthe la moindre petite blessure le faisait flipper. Il avait toujours fait attention, mais maintenant, il avait juste envie d’aller voir Dorian, juste pour être sûr que tout allait bien, alors qu’il le savait déjà. C’était simplement hyper douloureux.
Sérieux, comment une petite crotte pouvait avoir autant de force dans les jambes ? Si seulement son cerveau allait avec. Okita grogna à moitié de mécontentement, à moitié de douleur.

Non, il devait se concentrer sur un truc bien. En septembre prochain, il irait en Corée pour faire le championnat mondiale de Kendo. En septembre prochain, il irait en Corée pour faire le championnat mondiale de Kendo. En septembre prochain, il irait en Corée pour faire le championnat mondiale de Kendo… Il se répéta ça plusieurs fois, le calmant au fur et à mesure. Il ne serait pas blessé d’ici là. Il allait vivre dans une bulle pour rester loin de tous les ennuis. Il ne sortira  que pour faire du kendo.

Est-ce que cette fille était vraiment plus âgée que lui ? Il n’en avait vraiment pas l’impression avec sa façon de parler et de faire. Même Hajime qui avait 11 ans semblait plus mature qu’elle. Du coup, il voulait pas trop la laisser regarder. Il était capable de se prendre un coup avec sa main. Mais, elle resta loin, ce qu’Okita apprécia. Par contre, il n’avait pas franchement hâte de savoir ce qu’elle allait faire. Après tout, qu’est-ce qu’elle pouvait faire ? A part une poche de glace, il ne voyait pas grand-chose. Et puis… est-ce qu’elle avait bien hésité à le vouvoyer ? Elle était vraiment con, ou bien ? Non, parce que même si ça ne sautait pas au yeux, il était plus jeune qu’elle. Ce qui faisait d’elle… son sempaï. La blague quoi…

Il sortit de ses pensées en regardant Emi avec de grand yeux surpris, sans aucune émotion. Il venait de se passer quoi là ? Est-ce qu’elle avait vraiment osé lui faire le coup du bisou magique ? Est-ce qu’elle avait fait un bisou sur le nez d’un mec de 19 ans ? Est-ce qu’elle avait vraiment déposé ses lèvres sur le mec dont elle était soit-disant amoureuse ? Est-ce qu’elle était conne ? Okita n’en savait rien. Il était trop sous le choc. Déjà que les contacts étaient rares au Japon, mais là, c’était YOLO. Il pria pour que personne n’ai rien vu. Il savait mieux que quiconque que cette académie avait des yeux partout.
Et est-ce qu’il rêvait ou est-ce que c’était que maintenant qu’elle se rendait que c’était lui ? Non, elle était définitivement stupide. Comment c’était possible d’être aussi bigleuse. Ceci dit, ça expliquerait pourquoi elle avait pas réussi à viser les but…

-Tu vois la rumeur là, c’est bien la dernière chose dont je m’en soucis là.


Quoique… Sa petite Lola risquerait de se faire de fausse idée et ça allait être encore plus compliqué de l’avoir. Déjà qu’il galérait… Il grogna une nouvelle fois. Non, en fait il s’en foutait pas de cette rumeur.

-En fait si, je m’en soucis. Parce que ça m’a bien mis dans la merde aussi. T’aurais pas une petite idée d’où est-ce qu’elle viendrai ? Je suppose que c’est comme ton ballon. On a l’impression qu’il vient de nul part, mais tu dois être responsable…

Il était vraiment désolé pour elle, mais elle creusait elle-même sa tombe, et si Okita était au début désolé d’être un peu méchant avec la demoiselle, là elle enchaînait les faux pas, l’air de rien, et le sportif éprouvait de moins en moins de patience. Ok pour croire qu’elle a pas fait exprès pour le ballon, mais elle n’allait pas prétendre que le bisou était la même chose. Genre une petite brise l’avait un peu poussé et ses lèvres étaient tombées comme par hasard sur le nez meurtri du jeune homme. Même Naoki n’y croirait pas, alors lui…
Il se releva finalement doucement, maintenant qu’il était moins sonné et… merde… elle était minuscule cette fille. Enfin, il exagérait, il devait l’avouer, mais il avait toujours imaginé cette sportive beaucoup plus grande, là il devait faire environ 20 cm de plus. Et elle semblait tellement… chétive. Il était vraiment plus jeune qu’elle ? Le Beyond Yourself avait vraiment des doutes. Et juste pour être sûr…

-T’as vraiment 20 ans ? Parce qu’entre ta taille et ton comportement, j’ai des doutes.

Ce n’était pas dit méchamment. C’était vraiment une question. Il avait comme un doute sur la fiabilité de ses informations, là. Okita lui donnait beaucoup plus facilement 17 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Fév - 15:21
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Okita Nishimura
dialogue en gras
pensées en italique
Attention au ballon perdu !
Emi allait vraiment finir par croire que son karma était pourri jusqu’à la moelle. Pourquoi tout ne pouvait-il pas se passer simplement et normalement avec elle ? La sportive adorait faire de nouvelles rencontres, mais il y avait quand même vachement mieux en entrée en matière que « tiens, salut ! Je viens de t’envoyer une patate dans la tronche, mais soyons amis ! ». La demoiselle était vraiment confuse d’avoir shooté dans quelqu’un aussi fort, mais pour sa défense, elle ne l’avait vraiment, vraiment pas fait exprès ! Emi s’était déjà excusée plusieurs fois, mais le jeune homme semblait vraiment énervé, ce qu’elle pouvait comprendre. Mais puisqu’il s’agissait d’un sportif, tant pis pour lui s’il était mécontent, elle allait s’assurer que tout allait bien pour lui ! La brune commença par retirer la main de son camarade pour regarder son nez, délaissant ensuite ses gants pour pouvoir toucher ce dernier et vérifier qu’il n’était pas cassé. Ouf ! Tout semblait aller pour le mieux ! Il devait être juste un peu sonné et même s’il avait mal, ça finirait par passer ! Et pour aider à accélérer le processus, il n’y avait rien de mieux qu’un bisou magique !

Et là, la surprise put se lire sur leurs deux visages. Okita parce qu’il devait trouver ça complètement improbable qu’elle lui ait fait un bisou comme ça, et Emi parce qu’elle venait ENFIN de se rendre compte que sa victime n’était autre qu’Okita Nishimura, le garçon duquel, selon la rumeur qui courrait, la footballeuse serait amoureuse. Mince ! Avec un tel geste, la rumeur allait pouvoir prospérer et même gonfler ! Emi s’apprêtait à se confondre à nouveau en excuses, mais elle fut coupée dans son élan, gardant la bouche grande ouverte en écoutant Okita déverser toute sa mauvaise humeur sur elle. Mon dieu ! Ce qu’il était méchant ! Comment on pouvait être aussi désagréable avec quelqu’un qui n’arrêtait pas de s’excuser et qui ne voulait que s’assurer que tout allait bien ? Emi baissa immédiatement les yeux, ces derniers s’emplissant un peu de larmes. C’était méchant, mais le pire était sans doute qu’il avait raison… Qu’est-ce qu’elle était censée répliquer à ça ?

« Je suis vraiment, vraiment désolée Nishimura-san ! Je… Je ne pensais vraiment pas que ça allait finir en rumeur je… J’avais juste dit à une fille que j’étais amoureuse pour avoir un sujet de discussion avec elle, parce qu’entre filles, c’est de ça qu’on parle, je crois, et… Comme je ne savais pas vraiment quel garçon choisir pour mon petit mensonge j’ai donné le tien. Je suis sincèrement désolée si ça t’a causé du tort, ce n’était absolument pas mon intention ! Surtout que ce n’est même pas vrai ! Comment je pourrais aimer un garçon que je ne connais pas hein ? Pardoooon ! »

Emi s’était assise sur ses talons, joignant ses mains qu’elle glissa entre ses cuisses pour s’incliner vivement et à plusieurs reprises. Elle n’avait pas voulu que ça prenne cette tournure, jamais ! Jamais elle n’aurait voulu causer du tort à quelqu’un ! La demoiselle redressa son regard humide vers Okita qui venait de se relever, l’air toujours passablement énervé. Elle fit de même avec une petite moue, osant tout juste le regarder. Et quand il lui demanda pour son âge, Emi fronça les sourcils. Ce n’était pas forcément dit méchamment, mais est-ce qu’il prenait un malin plaisir à être désagréable avec elle ? Est-ce qu’il était en train de la traiter de gamine ? Bon, il n’avait peut-être pas tout à fait tort, mais quand même… Un peu de tact n’a jamais tué personne ! La sportive le fixa plus durement, gonflant un peu ses joues pour montrer qu’elle n’était pas forcément contente qu’il lui parle comme ça.

« Oui j’ai vraiment 20 ans ! Et toi alors ? Hein ? T’as quel âge pour être aussi désagréable avec quelqu’un qui voulait simplement s’assurer que tout allait bien ? J’aurais su que tu étais quelqu’un d’aussi peu sympa, je n’aurais jamais dit que j’étais amoureuse de toi, même si c’était pour un mensonge ! Et j’aurais su, j’aurais peut-être même fait exprès de te tirer ce ballon en pleine figure ! J’aurais même tiré plus fort ! »

Emi était vraiment fâchée pour le coup. Qu’est-ce qu’elle était censée faire de plus ? Elle s’était excusée un nombre incalculable de fois, avait tout fait pour s’assurer que sa victime allait bien, mais elle n’avait pas envie de devenir son punching-ball du jour. Elle était peut-être trop gentille et terriblement naïve, mais fallait quand même pas pousser mémé dans les orties !

« Et je te signale que je suis en pleine croissance ! Je vais grandir et avoir des seins si énormes que tu vas en tomber à la renverse ! »

Quoi ? Il n’avait rien dit par rapport à ses seins ? Okay, elle complexait un peu, d’où cette phrase. Mais pour le coup, ça décrédibilisait complètement sa petite colère précédente… Et pourquoi elle avait sorti un truc aussi débile ? Elle n’était vraiment pas douée pour se mettre en colère. En fait, elle n’était pas douée pour grand-chose à part le sport…

« En tout cas, je suis vraiment désolée pour le ballon, pour la rumeur et pour tout le reste, mais je n’ai pas tellement envie de devenir ton punching-ball simplement parce que tu t’es trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Je voulais juste m’excuser et m’assurer que tu allais bien, mais vu la méchanceté gratuite dont tu fais preuve, je crois que je me suis inquiétée pour rien. »

Emi le fixa, toujours avec ses sourcils froncés, avant de détourner les talons pour récupérer son précieux ballon. Au moins, s’il avait encore la bonne idée de vouloir être méchant avec elle, elle aurait à nouveau une arme pour lui faire comprendre qu’il valait mieux ne pas trop exagérer. Ses parents lui avaient toujours dit de ne pas se laisser marcher sur les pieds, elle mettait leurs conseils en pratique. Même si cela lui valait de se faire son premier ennemi dans cette académie.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Fév - 11:31
Okita Nishimura
M • Université - 2ième année
avatar


:
Ah bah voilà. Maintenant il s’en voulait en la voyant en train de retenir ses larmes. Il posa ses mains sur ses côtes, écoutant son explication. Il compatissait un peu. Non, en fait pas du tout, mais il pouvait comprendre. Elle se cherchait juste… des amies. Ok, mais elle ne pouvait pas le faire de manière normale ? Au lieu de dire qu’elle était amoureuse du premier qui lui venait en tête. Il passa une main dans ses cheveux, tout de même un peu gêné. Il pouvait être flattée d’avoir été le premier à traverser l’esprit d’Emi. Mais non. C’était juste une emmerde de plus de son point de vue. Et puis, est-ce qu’elle avait vraiment besoin de dire ça pour se faire des amis ?

-J’espère que les filles ont d’autres sujets de conversation que les mecs…

Honnêtement, il avait de plus en plus de doutes. Si Emi, celle qui ressemblait à l’éternelle célibataire parce qu’elle était incapable de voir qu’un mec avait le béguin pour elle, parlait de ça, ça devait être le sujet principale des conversations, non ? Il savait seulement que les hommes avaient une place importante dans la vie de Mitsu, mais ça c’était parce qu’elle était une croqueuse d’homme.
Wow, wow, wow, elle faisait quoi là ? Le sportif regarda autour de lui pour vérifier que personne n’était autour avant de lui faire signe de se relever complètement gêné par cette situation. C’était quoi cette fille qui allait automatiquement dans les extrêmes ? Il avait rien demandé, lui. Il voulait juste passé un peu sa mauvaise humeur. Un ballon dans la gueule ça fait mal.

Néanmoins, Okita oublia sa mauvaise humeur en la voyant s’énerver. Merde, elle était si peu crédible. Il du mettre son index pour cacher un petit sourire amusé, mais sans doute que c’était parfaitement visible qu’il se marrait avec ses yeux rieurs. En même temps, on ne gonflait pas les joues quand on était énervé. Et on utilisait pas ce genre de phrase.
En plus, elle creusait un peu plus sa tombe en parlant de ses seins. Les yeux d’Okita tombèrent automatiquement sur eux, et ouais, c’était une petite poitrine, mais sans doute qu’il n’aurait jamais fait attention si elle n’avait pas attirer l’attention sur eux. Et cette fois il ne put contenir son sourire. Elle était trop mignonne.

-Désolé de te décevoir, mais à 20 ans t’as fini ta croissance et je pense que ta poitrine est à son maximum.

Il pointa sa poitrine du doigt en pinçant les lèvres faisant mine d’être désolé, alors qu’en fait, il s’en foutait. La plus belle poitrine du monde était celle de Lola. Même s’il ne savait pas à quoi elle ressemblait, il était sûr que c’était forcément la plus belle. Il oublia presque Emi en y pensant. Heureusement qu’elle avait l’air d’être une pipelette pour forcer Okita à rester concentrer.

Il leva les mains, paume ouverte avant de faire des légers va et vient lui faire signe de se calmer. Il admettait qu’il avait sans doute exagéré, mais, il avait eu le droit être énervé, non ? Surtout que le bisou magique sorti de nul part c’était un peu bizarre.

-Hey, j’ai le droit d’être énervé. Tu m’as fait vachement mal avec ton tir, tu sais. J’ai bien cru qu’il était cassé, tellement c’était douloureux sur le coup.

Et c’était toujours le cas bordel. C’était pas parce qu’elle devait être habitué, qu’il devait l’être aussi. Le sportif aimerait bien la voir se prendre un coup de shinai dans le tibias. Ca ne devait pas arriver, mais il était à peu près certain qu’elle aussi serait énervé en se disant qu’elle devrait peut-être arrêté le foot si c’était une blessure trop sérieuse.
Et puis, il était tellement strict avec son corps en se refusant de boire de l’alcool, et surveillant son alimentation, qu’il n’avait aucune envie d’avoir une blessure… sortie de nul part. Elle pouvait tout de même comprendre que ce genre d’idée était stressante, non ? Entre grands sportifs.

-Je suis désolé en tout cas. Je pensais pas que j’avais été aussi dur. Je voulais pas te blesser. Mais j’ai déjà eu un arrêt pour le sport, et ça m’a fait un peu peur l’idée de devoir en demander un autre. J’ai compétition en Corée en septembre prochain, et j’ai aucune, mais alors vraiment, aucune envie de la louper.

Le jeune homme voulait juste passer ses nerfs sans se soucier des sentiments d’Emi. Mais il admettait qu’il avait eu tort. Au moins, on ne pouvait pas reprocher à Okita son manque de passion pour le kendo. Enfin, c’était sans doute la dernière chose qu’on pouvait lui reprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Mar - 13:44
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Okita Nishimura
dialogue en gras
pensées en italique
Attention au ballon perdu !
Si Emi s’était doutée qu’un seul petit mensonge de sa part prendrait de telles proportions, nul doute qu’elle aurait fermé sa bouche ! Elle avait juste voulu avoir un sujet de discussion avec cette jeune femme qu’elle avait aidée au centre commercial, histoire de pouvoir finir leur rencontre sur une note positive, mais tout avait été un véritable fiasco. Aussi bien avec Ruri qu’avec Okita qui semblait vraiment lui en vouloir d’avoir lancé une telle rumeur pour une raison aussi débile. La sportive était bien trop impulsive pour réfléchir aux conséquences de ses actes et elle n’avait pas pensé à ce que pourrait ressentir l’homme qu’elle avait embarqué dans son mensonge sans son consentement. Emi se sentait vraiment bête et vraiment nulle. Et puis… Est-ce que les filles avaient vraiment d’autres sujets de discussion que les mecs ? La brunette n’en savait fichtrement rien. Elle n’arrivait pas à parler avec les autres filles parce qu’elle n’avait aucun point commun avec elles, s’en trouvant bien plus avec les garçons. Il fallait dire que sa façon de s’habiller n’aidait pas trop non plus…

Emi s’empressa de s’excuser en se penchant en avant alors qu’elle était en position seiza, manquant plusieurs fois de faire rencontrer son front et l’herbe tellement elle accentuait son geste. Mais elle voulait qu’Okita comprenne qu’elle était vraiment sincère et qu’elle essaierait de faire tout son possible pour réparer ses erreurs. Ouais, enfin, ça c’était jusqu’à ce que son camarade se mette à lui parler assez désagréablement. Ses mots et son ton étaient peut-être mal choisis à cause de sa colère de s’être pris ce ballon en pleine tronche, mais il était hors de question qu’Emi se laisse marcher sur les pieds de cette manière. Elle était désolée, d’accord, mais il y avait quand même des limites à ne pas franchir ! Pas franchement crédible, elle commença à s’énerver. Mais elle n’était pas douée pour ça non plus, et voir qu’Okita souriait et avait même baissé ses yeux sur sa poitrine la fit gonfler les joues encore plus alors qu’elle rougissait un peu, les sourcils froncés et les bras croisés sur sa poitrine pour essayer de la cacher. Elle tapa même sur cette main qu’il pointait vers elle.

« T’en sais rien ! J’ai peut-être une croissance à retardement ! De toute façon, ce n’est pas comme si ton avis m’intéressait, je ne compte pas te la montrer, ni maintenant ni jamais ! »

Emi était vexée et boudait presque un peu, en témoignait sa petite moue. Peut-être qu’elle arriverait à prendre des seins un jour… Fixant sa poitrine avec un petit air triste, elle finit par soupirer. Quel genre de garçon pourrait être attiré par de si petits seins alors que la plupart des filles de son âge en avaient des 3 fois plus gros ? Ses mains se posèrent dessus, comme pour s’assurer de leur taille ridicule, avant d’aller récupérer son ballon. Emi garda ses yeux rivés sur le visage d’Okita pendant qu’il parlait, les sourcils toujours un peu froncés.

« Ce n’est pas avec un tir comme ça que ton nez va pouvoir se casser ! Ou alors, c’est que tu es sacrément fragile ! Je me suis déjà pris des frappes bien plus puissantes que ça en plein visage et je n’ai jamais rien eu de cassé ! Ce n’est pas de ma faute si tu es douillet ! »

Et Emi ne put s’empêcher de ricaner un peu à la fin de sa réplique. Ça faisait le bonhomme alors qu’il semblait bien plus douillet qu’elle ! Ce n’était pas le genre de la demoiselle de lancer des petites piques comme ça, mais il fallait dire qu’Okita avait bien cherché ! Et celui-ci finit par s’excuser, expliquant les raisons de son énervement soudain et un peu démesuré pour un « simple » ballon en pleine figure. Ah bah là, Emi ne pouvait que comprendre, et toute la malice qu’exprimait son visage à la suite de cette pique qu’elle lui avait lancée disparut. La sportive affichait à présent une moue compatissante.

« Fallait le dire tout de suite ! Je comprends mieux… Je suis vraiment désolée, je m’en serais voulu si je t’avais privé d’une compétition ! Dans un autre pays en plus ! C’est trop la classe ! C’est une compétition de hum… Kendo non ? C’est bien le sport que tu fais ? Et ton dernier arrêt, il était long ? »

Voilà, oubliée toute la colère qu’elle avait ressentie quelques instants auparavant. Quand on lui parlait de sport, elle retrouvait bien vite le sourire, quelle que soit la discipline concernée. Et puis, il fallait dire que le kendo, elle avait déjà pu en faire. Vraiment juste un peu, mais elle avait quelques petites notions. D’ailleurs…

« Est-ce que tu connais Satoshi ? C’est un ami à moi, il est dans le club de kendo et il m’a appris quelques trucs ! Je ne suis pas aussi douée que si je pratiquais régulièrement vu que je ne fais pas partie du club, mais je connais quelques mouvements ! »

Emi lui offrit un grand sourire et posa son ballon pour se mettre en position et lui montrer quelques coups que Satoshi lui avait appris avec un shinai imaginaire. Elle qui pensait se faire son premier ennemi dans cette académie… L’heure n’était peut-être pas encore venue finalement !
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mar - 14:42
Okita Nishimura
M • Université - 2ième année
avatar


:
Est-ce qu’elle croyait vraiment que ses seins allaient pousser après ses 20 ans ? Okita avait dû mal à y croire. Sauf si elle prenait du poids, oui effectivement, elle pourrait changer de bonnet, mais en attendant, elle restait une crevette.

-Bah tu devrais t’estimer heureuse, ça fait moins mal pour faire du sport.


Combien de fois il n’avait pas entendu sa sœur râler à cause de sa poitrine parce qu’elle avait décidé d’un coup de faire un petit footing avec lui ? Honnêtement, il ne savait pas si elle exagérait ou non, mais lorsqu’il voyait des filles avec une sacré poitrine faire du sport c’était assez… perturbant. Ca lui faisait toujours penser à un pudding qu’on s’amusait à titiller. Non, il préférait les poitrines moyennes qui tenaient dans sa main. Bref, il passa une main devant ses yeux pour faire disparaître ces images. Il n’avait aucune envie d’avoir ce genre de discussion avec une fille. Encore moins avec celle qui avait lancé une rumeur sur ses soi-disant sentiments pour lui.
Et qui lui disait en plus, qu’il était douillet. Il le prit assez mal, puisqu’elle ne savait pas ce qu’il avait enduré pour être le meilleur du Japon dans sa catégorie. Okita se rappelait encore de ses mains abîmées, des ampoules, des cals, des douleurs aux poignets et aux chevilles.

-Je te mettrais un coup de shinai dans le tibiais, on verra si tu t’inquiète pas pour jouer au foot.

Elle s’est peut-être pris des ballons dans la tronche, mais elle ne pleurait pas ou ne râlait pas parce que par la force de l’habitude, elle savait que ça ne serait qu’une douleur aigue. Mais est-ce qu’elle réagirait de la même façon avec quelque chose qu’elle ne connaissait pas ? Okita en doutait. Ou alors oui, il était vraiment beaucoup trop sérieux pour le kendo. Mais en même temps, c’était la première fois qu’il participait au championnat du monde, et il ne voulait surtout pas la rater. Même si c’était dans plusieurs mois. Il n’avait déjà que ça en tête. D’ailleurs, le jeune homme ne gêna pas pour lui dire. Un peu de compréhension merde ! Il hocha d’ailleurs la tête pour lui confirmer qu’il faisait du kendo.

-Un mois.

A cause d’un essaim d’abeilles. Qui s’étaient pas gênées pour le piquer de partout sur le bras. Dans le labyrinthe. Créer par le directeur. Même plusieurs mois après, il avait envie de le tuer. Franchement, il ne s’était jamais douté qu’il pouvait autant détester une personne. Il ne souhaitait pas sa mort, mais juste que sa femme le quitte, que ses enfants le déteste et qu’il ait une nécrose à la main l’obligeant à la couper. Pas grand-chose, non ?
Rha, il devait arrêter d’y penser, sinon la moutarde allait une nouvelle fois lui monter au nez. Heureusement qu’Emi eut la bonne idée d’embrayer sur un autre sujet, tout en restant dans le domaine du kendo, tirant un véritable sourire à Okita, absolument ravie de parler de ça. Et il finit par éclater de rire en la voyant faire. Merde, finalement, il l’aimait bien. En même temps pour amadouer le jeune homme parler de son sport favori était un bon moyen.

-Oui, je le connais. On a à peu près le même niveau, et j’aime bien me battre contre lui. Même si on fait pas les mêmes compétitions puisqu’on a pas le même âge et qu’on fait pas le même poids. Il participe aussi au championnat du monde, d’ailleurs. Je sais pas s’il t’a dit.

Il adorait faire des matchs avec Satoshi parce que c’était toujours extrêmement difficile de gagner. Enfin, quand ça arrivait. Rien ne lui garantissait une victoire ou une défaite avec lui et c’était ça qui était génial.
Il était bien content de ne jamais être contre lui lors des compétitions, sinon il serait souvent frustré, en plus de donner encore plus de lui-même pour gagner. Au point qu’Okita pourrait se blesser, et arrêter sa pratique prématurément.

-Donc tu aimes le kendo ?

Oh bien sûr, pas au point du foot, Okita n’était pas fou au point d’espérer ça, mais c’était un sport tellement… noble avec tous ces préceptes qui allaient avec. Le kendoka se demandait vraiment comment on ne pouvait pas s’intéresser à ça. Mais il respectait le point de vue de tout le monde. Après tout, il ne comprenait pas non plus qu’on puisse courir après une balle… Chacun son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Mar - 15:09
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Okita Nishimura
dialogue en gras
pensées en italique
Attention au ballon perdu !
Emi grimaça un peu en continuant de fixer sa poitrine après la remarque d’Okita. Ouais, c’était sûr qu’il avait raison, c’était beaucoup plus pratique d’avoir une petite poitrine pour faire du sport, plus pratique et beaucoup moins douloureux. C’était aussi beaucoup plus agréable à regarder selon elle, même si elle avait déjà vu des garçons baver devant des filles qui ne portaient pas de brassières de sport pour limiter les mouvements de leurs atouts féminins. C’était sûr qu’une sportive comme elle ne pouvait pas s’en plaindre, mais Emi aurait quand même voulu en avoir juste un peu plus. Juste ce qu’il fallait pour ne pas être dérangée pendant qu’elle faisait du sport et réussir à plaire aux garçons. Bon, il fallait dire que même si elle avait un peu plus de poitrine, la demoiselle n’était pas vraiment sûre d’attirer plus les regards. Pour ça, encore fallait-il qu’elle adopte un style vestimentaire un peu moins garçon manqué… Et Emi ne put s’empêcher de froncer à nouveau les sourcils en gonflant un peu ses joues aux mots d’Okita.

« Mais eh ! Arrête hein ! J’ai dit que je n’avais pas fait exprès alors ne parle pas de me donner un coup de shinai en faisant exprès ! C’est carrément méchant ! Et qu’est-ce que tu crois ? Le football c’est pas un sport de fillettes hein ! Je me suis déjà pris des gros tacles super douloureux dans les tibias et des coups de coude un peu partout aussi ! »

Non mais ! Il croyait quoi ? Le football était aussi physique et bourrin que l’étaient d’autres sports ! Bon, il y avait beaucoup de préjugés sur les joueurs qui simulaient et jouaient plus la comédie qu’autre chose, mais Emi s’était déjà pris de sacrés coups, aussi bien pendant des entraînements que des matches ! Alors son coup de shinai, il pouvait bien se le mettre lui-même ! Bon, la demoiselle comprenait malgré tout qu’il ait pu avoir peur d’être à nouveau en arrêt. Elle aurait très certainement réagi pareil, mais pas au point de beugler sur la pauvre personne qui avait shooté dans le ballon et qui s’était excusée à plusieurs reprises… Il fallait dire qu’Emi était du genre à tout pardonner dès lors qu’on lui faisait des excuses… Trop bonne, trop conne. La sportive grimaça en l’entendant parler de la durée de son précédent arrêt.

« Ah oui effectivement… C’est super long un mois… Je comprends mieux ce que tu as pu ressentir, je crois que moi je supporterais plus de passer une seule journée sans courir un peu maintenant, alors tout un mois… Encore désolée de t’avoir fait peur, mais je t’assure que tu ne garderas aucune séquelle ! »

Et la demoiselle fut ravie de voir un vrai sourire étirer enfin les lèvres du kendoka qui se mit même à rire en la voyant agiter son shinai invisible dans tous les sens en prenant les positions que Satoshi lui avait enseignées. Emi ne put s’empêcher d’afficher une moue très surprise en entendant Okita lui parler de son ami.

« Vraiment ? Je comprends mieux pourquoi il n’a pas envie de se donner à fond contre moi… C’est sûr que déjà, de base, j’ai aucune chance de gagner, mais en plus contre un presque numéro un national… D’ailleurs, j’ai plein de bleus à cause de lui et les coups de shinai, j’en ai déjà reçus de sa part alors tu peux garder les tiens ! »

La demoiselle appuya ses dires en remontant son pantalon sur une de ses jambes, jusqu’à son genou. Bon, il y avait certes plusieurs bleus, mais tous ne venaient pas de ses entraînements avec Satoshi. Elle s’était pris quelques coups au football aussi, et étant d’un naturel assez maladroit… Emi ne comptait plus le nombre de fois où elle s’était mangé gaiement le recoin de son lit dans le tibia.

« Tu vois ! Je vais finir par me transformer en Schtroumph à force ! Mais je ne savais pas qu’il participait au championnat lui aussi ! J’aimerais tellement pouvoir aller le soutenir ! Il faut que je trouve un moyen de me glisser dans sa valise sans qu’il ne s’en rende compte… Et comme je serai sur place pour le soutenir, je te soutiendrai aussi Okita ! Il faut vous donner à fond tous les deux, c’est occasion incroyable de participer à un championnat de ce niveau ! »

Et voilà, Emi était un peu jalouse. Elle aussi elle avait envie de faire des compétitions ! Et de les gagner ! On était sportive ou on ne l’était pas après tout ! Les défis, les challenges, les compétitions… La demoiselle adorait tout donner et se surpasser. En tout cas, Okita semblait vraiment passionné par le kendo vu comment il en parlait avec ce grand sourire sur ses lèvres. Ça faisait plaisir à voir et c’était sacrément communicatif !

« Bah… Je suis quand même un peu nulle même si je suis venue m’entraîner plusieurs fois, mais oui, j’aime beaucoup le kendo ! J’aime beaucoup le sport en général alors du moment que je peux me dépenser et m’amuser avec d’autres personnes, je peux faire n’importe quel sport et l’apprécier ! Et je suis curieuse aussi, j’aime beaucoup apprendre de nouvelles choses ! En tout cas, je sais maintenant que j’ai un super bon prof avec Satoshi ! Je vais continuer à m’entraîner avec lui pour réussir à te mettre la pâtée un de ces jours, Monsieur le futur champion mondial ! »

Emi lui offrit un grand sourire. Maintenant qu’elle savait qu’Okita avait les capacités pour se hisser si haut dans le classement mondial, elle avait terriblement envie de se frotter à lui. Elle allait certainement se faire écraser, mais elle avait envie d’essayer, de tout donner et de lui montrer qu’elle n’était pas forcément si nulle que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Avr - 13:18
Okita Nishimura
M • Université - 2ième année
avatar


:
Okita sourit amusé. Effectivement, Satoshi ne pouvait pas se donner à fond avec un débutant. Et il imagina son sempai tenter d’apprendre les bases à la petite Emi. Sans aucun doute ça devait être agréable de lui donner des cours avec son enthousiasme.

-Il est pas presque. Il l’a déjà été.


Okita tenait au presque tout même… L’esprit de compétition et tout ça. Mais c’était dit sans animosité, et avec un sourire amusé. C’était tout de même étonnant qu’elle n’est jamais su que son ami avait un excellent niveau. Peut-être qu’Okita se la ramenait trop ? Boarf, il méritait !
Et puis, il était plus occupé à rire en voyant les bleus d’Emi en croyant que c’était Satoshi qui était responsable.

-A moins qu’il ait pas été réglo, c’est pas lui. On a pas le droit de toucher aux jambes. Le plus bas c’est le flan. C’est pas très sympa d’accuser quelqu’un d’autres.

Enfin, Satoshi avait peut-être décidé de jouer les sadiques avec la demoiselle. Mais Okita en serait étonné. Ou alors, il avait peut-être donné des coups pour l’aider à se positionner, mais dans ce cas, elle marquait vachement facilement. Ce qui n’empêchait pas le sportif de continuer de rire face à tant de… blagues pas drôle.

-En plus réaliste, tu pourras lui envoyer plein de messages avec gifs !

Il lui fit un clin d’oeil, ayant réellement retrouver toute sa bonne humeur. Emi était vraiment adorable dans son comportement. Un peu comme une petite-sœur sortie de nul part. Il avait envie de la prendre dans ses bras et de lui faire un gros câlin pour tous ses encouragements qui venaient semble-t-il du coeur.

-Je te ramènerais peut-être un cadeau, si j’ai le temps de flâner en Corée !

Ouais, il était comme ça. Il promettait des cadeaux à tout le monde. Il avait déjà une liste longue comme le bras avec seulement sa famille, et ses amis, alors si en plus, il rajoutait les connaissances… Son porte-monnaie était foutu. Tant pis, il ferait en sorte de vendre plus de choses sur son site. Ce qui était assez ironique en y pensant. Il vendait des produits avec les têtes de Dae, Yoite, et Kim qui étaient ses amis, et leur achetait des présents. Quelques part… Ils payaient leur propres cadeaux.

C’était presque choquant, comme entendre Emi lui dire qu’elle allait lui mettre la pâtée dans son sport. Même si Okita savait qu’elle plaisantait, la fibre compétitrice du jeune homme n’apprécia pas du tout cette phrase. C’était lui le meilleur de sa catégorie. C’est tout !

-Je me laisserais pas faire ! Et si t’arrive à gagner, je te mettrais la pâtée au foot.


Ca sonnait comme un défi. Et ça l’était sans doute. Il ne serait pas étonné de la voir s’inscrire au kendo juste pour gagner un match face à Satoshi ou lui. Elle avait l’air très compétitive et ce n’était pas pour déplaire au kendoka. Parce que finalement, entre Dae, Yoite, Kim, Satoshi, et Milan, la majorité était bon joueur. C’était un peu frustrant quelque part puisqu’Okita ne comprenait pas cet état d’esprit. C’était la bonne attitude, mais le kendoka était bien incapable de faire la même chose. Il était sans doute bien trop impliqué dedans.

-En tout cas, je suis vraiment désolé pour mon comportement. J’aurais pas dû. T’es vraiment adorable !

Il afficha un sourire doux, commençant tout de même à avoir froid, et se frotta un peu les bras dans l’espoir de se réchauffer, mais évidemment, ça ne servait à rien.

-Bon, c’est pas que je t’aime pas, mais ça te dit qu’on retourne à nos occupations ou alors on va la cafétéria du campus pour prendre une boisson chaude ?

Okita était plus tenté par la boisson chaude, le ballon dans le pif l’avait tout de même bien refroidit, et il devait avouer qu’il appréciait cette petite boule d’énergie, voulant la connaître un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Avr - 10:11
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Okita Nishimura
dialogue en gras
pensées en italique
Attention au ballon perdu !
« Sérieux ? Pour de vrai ? Il a déjà été champion ?! Mais pourquoi il m’a rien diiiiit ! »

Emi fixait Okita avec de grands yeux ronds. Elle était vraiment très surprise d’apprendre à quel point son ami était fort au kendo. Elle savait qu’il l’était bien sûr, mais à ce point-là… Elle était un peu déçue qu’il ne le lui ait pas avoué, sans doute pour ne pas la décourager d’essayer de le battre, mais en plus de sa petite déception, la sportive ne pouvait pas s’empêcher de ressentir une immense admiration pour Satoshi. Il était trop fort ! Vraiment trop fort ! Elle était tellement contente d’avoir un ami comme lui ! Il fallait dire qu’Emi n’avait pas énormément d’amis et, qu’au final, il n’y avait bien que des mecs dans son entourage proche. Ce n’était pas à traîner avec des garçons qu’elle allait pouvoir devenir plus féminine ! Quoi qu’il en soit, elle ressentait tout un tas d’émotions à l’annonce de cette nouvelle de taille, se sentant même presque capable de débouler dans la chambre de Satoshi au pensionnat pour le sermonner de lui avoir caché un truc pareil, mais aussi pour qu’il vienne s’entraîner immédiatement avec elle afin qu’elle puisse l’affronter, maintenant qu’elle connaissait son statut de champion. On était compétiteur ou on ne l’était pas !

« Ah oui, c’est vrai… Mais je suis sûre qu’il m’en a fait au moins un sur tous ceux qui sont sur ma jambe ! Tu sais, des fois, quand je me mets mal en place, il me donne des petits coups dans les jambes, histoire de faire rentrer le métier… C’est un tyran en vrai ! »

Emi fronçait les sourcils, gonflant un peu ses joues en croisant ses bras sous sa poitrine. Elle disait ça, mais elle adorait vraiment Satoshi et elle adorait aussi les entraînements à ses côtés. Et finalement, la sportive fit une petite moue triste vraiment adorable, ses yeux bleus fixant ses chaussures à crampons. Elle aimerait tellement pourvoir aller les soutenir tous les deux… Ça devait être une sacrée ambiance un tournoi de cette envergure ! Même si elle ne participait pas, Emi mourrait d’envie de pouvoir participer à l’effervescence du public qui assistait à toutes ces confrontations ! Ce ne serait certes pas aussi bruyant et animé qu’à un match de foot, mais elle avait envie de sentir cette tension, cette passion, et finalement découvrir le résultat du combat.

« C’est nul d’envoyer juste des messages… En plus, je sais même pas faire. Ou alors ! Je demande à Satoshi de me montrer comment envoyer une photo avec mon téléphone pour en envoyer tout plein pendant que vous serez en Corée ! C’est un bon compromis à défaut de ne pas pouvoir être là physiquement ! »

Emi apprenait doucement à se servir de son portable depuis qu’elle était arrivée à Chisê. Ça avait commencé avec Yoite, puis ça avait continué avec Satoshi. Son répertoire restait toujours aussi désespérément peu fourni, mais ça lui suffisait. La sportive n’avait pas besoin d’une tonne d’amis. Et puis, grâce à eux, elle savait maintenant envoyer des textos sans mettre une heure à les écrire ! Par contre, les photos… Il ne fallait pas trop lui en demander et pour les gifs… En fait, elle ne savait même pas s’il y en avait dans son téléphone. Ses messages restaient assez sobres, ne contenant que du texte. Quoi qu’il en soit, quand Okita parla de cadeau, les yeux d’Emi s’ouvrirent à nouveau en grand alors qu’elle agitait ses mains devant elle.

« Non, non, non ! Je ne veux pas de cadeau ! C’est même plutôt à moi de t’en faire un en fait… Tu sais, pour me faire pardonner pour le ballon… »

Emi adorait offrir, mais dès qu’il s’agissait de recevoir, ça la mettait profondément mal à l’aise. Si Okita lui offrait vraiment quelque chose, nul doute qu’elle aurait juste envie de fuir pour se planquer, trop mal à l’aise. Et puis, ils venaient juste de se rencontrer, ça ne se faisait pas d’offrir des cadeaux à quelqu’un qu’on ne connaissait pas ! Surtout quand ce quelqu’un avait manqué de vous tuer ! La sportive avait d’abord pensé qu’Okita n’était qu’un méchant qui hurlait sur tout ce qui bougeait pour passer sa mauvaise humeur, mais finalement, il avait l’air plutôt gentil. Et, aux mots du brun, Emi ne put s’empêcher d’afficher un air de défi, souriant en coin, les mains sur la taille.

« Héhé… Comme si tu pouvais réussir à me mettre la pâtée dans mon sport à moi ! T’as déjà fait du foot au moins ? Et puis, c’est pas parce que finalement t’es gentil que je vais me laisser faire moi non plus ! »

Le rictus d’Emi disparut ensuite aussi vite que la lumière quand elle entendit le mot « adorable » sortir de la bouche de son camarade. Restant interdite un instant en le fixant, la brune se mit à rougir violement alors qu’elle fixait toujours Okita. Est-ce qu’il était sérieux en disant ça ? Alors qu’il l’avait engueulée comme du poisson pourri quelques instants auparavant ? Mine de rien, ça lui faisait sacrément plaisir, tellement qu’elle finit par baisser les yeux, s’amusant à faire glisser sa chaussure sur l’herbe, un petit sourire gêné étirant ses lèvres.

« C’est pas grave, je comprends que tu te sois énervé et puis… Tu as quand même dû avoir sacrément mal alors… Bah… Hum… Merci pour euh… le compliment ? Je suis désolée d’avoir dit que t’étais désagréable aussi. »

La naïveté d’Emi n’avait vraiment pas son pareil. Okita pouvait très bien être tout sauf sincère dans ses paroles, la sportive gobait absolument tout dès lors qu’on lui présentait des excuses. Elle n’aimait pas en vouloir à des gens en bon bisounours qu’elle était. C’était typiquement le genre de personne à donner une seconde chance aux gens, voire une troisième, et une quatrième… A croire qu’elle n’apprenait jamais de ses erreurs. La nouvelle tirade d’Okita la sortit un peu brutalement de ses pensées, la jeune femme se demandant si le kendoka n’allait pas trop lui en vouloir au final pour tout ce qu’elle avait dit et fait. Elle sursauta légèrement et s’arrêta aussitôt sur le « boisson chaude ». Son esprit fit aussitôt le lien avec un bon chocolat chaud. Les yeux bleus d’Emi se mirent à pétiller alors qu’elle souriait béatement, son regard allant ensuite du visage d’Okita à son ballon, faisant plusieurs fois l’aller-retour, lui faisant même froncer les sourcils. Cruel dilemme… Football ou chocolat chaud ? Chocolat chaud ou football ? Se crispant alors que son cerveau était presque en train de fumer devant un tel dilemme, Emi finit par lever les bras, son ballon toujours dans les mains.

« Rhaaaaa ! Okay ! Va pour le chocolat chaud ! Tant pis, je reviendrai m’entraîner un peu après, je ne peux vraiment pas me sortir cette tasse toute chaude de la tête ! »

Emi s’empressa de retourner jusqu’à son sac de sport, s’asseyant rapidement dans l’herbe pour retirer ses chaussures à crampons et repasser ses baskets, rangeant les premières dans son sac avec son ballon après en avoir sorti une grosse écharpe bien épaisse en laine. Refermant le sac, elle se releva, les fesses un peu vertes vu qu’elle avait glissé sur l’herbe fraîche dans sa précipitation. Emi retourna auprès d’Okita et se mit sur la pointe des pieds pour envoyer son écharpe autour du cou du kendoka, lui recouvrant presque l’ensemble de son visage après avoir fait plusieurs tours. Elle lui offrit un grand sourire, enfonçant un peu plus son propre bonnet sur sa tête.

« Voilà ! T’auras un peu moins froid jusqu’à la cafétéria comme ça ! »
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Mai - 16:16
Okita Nishimura
M • Université - 2ième année
avatar


:
Okita afficha un sourire amusé. Il devait avouer qu’il n’aurait jamais cru Satoshi aussi aussi sérieux et strict. Enfin, en même temps, il avait plus l’habitude de faire des combats contre lui, comme ils avaient à près le même niveau.

-Au moins, il t’apprend sérieusement les bases.

Et puis honnêtement, il doutait aussi qu’Emi ait suffisamment de discipline pour faire du kendo. On ne courrait pas partout comme le foot, et ça demandait plus rigueur. Enfin, il ne disait pas qu’il ne fallait pas être rigoureux pour le club de la demoiselle, après tout si pour aller en professionnel il devait y avoir les même sacrifice. Juste que le kendo était finalement un sport basé sur l’analyse de l’adversaire. Bien plus que le foot, et il soupçonnait son aînée de foncer un peu trop dans le tas au vu de sa spontanéité.
Ouais, elle était vraiment spontanée. Elle lui faisait penser à Lola. Légèrement. Ah, il avait envie de lui envoyer un message maintenant… Mais il se retint, ce n’était pas hyper sympa pour sa nouvelle connaissance qui… ne semblait pas savoir envoyé de gif. Sérieusement ? Comment c’était possible ? Décidément, elle était vraiment surprenante.

-Attends, attends… Comment ça, tu sais pas envoyer de gifs ?

Nan, mais il avait peut-être mal interprété. C’était tellement invraisemblable… Y avait rien de logique dans ce qu’elle avait dit. Elle avait 20 ans, pas 70 ! Ok, on ne pouvait pas être féru d’informatique, lui-même étant une véritable quiche, mais les bases… Tout le monde avait les bases. D’où elle sortait ? Non, Okita ne jugeait pas Emi, loin de là, il était juste complètement surpris par ce qu’il venait d’apprendre. Est-ce qu’elle savait au moins ce qu’était un gif ? Valait mieux pas savoir, en fait.

Et lorsqu’il parla de cadeaux, Emi se mit à être gênée. De plus en plus surprenante cette demoiselle. Tout le monde adorait avoir des cadeaux, non ? C’était signe qu’on était aimé, non ? Okita ne s’attarda pas vraiment dessus, notant juste qu’il pourrait l’embêter avec ça et cette idée lui plaisait. Est-ce qu’elle allait rougir ? Ah, il avait vraiment envie de lui acheter un petit quelque chose pour voir ça, maintenant.

-Moi j’accepte tout les cadeaux.

Bah quoi ? Il allait pas dire non à un cadeau. C’était mal poli. Et puis, elle pouvait lui faire un simple dessin que ça lui suffisait. Par contre, ça révélerait plutôt un caractère un peu trop enfantin à son goût. Mais le kendoka savait parfaitement mentir, alors sans doute qu’elle ne le saurait jamais et c’était tant mieux vu la réaction qu’elle avait eu quand il lui avait demandé si elle avait bien 20 ans. Et puis, il se mit à rire franchement en l’entendant de nouveau. Il était FINALEMENT sympa. C’était bien la première fois qu’il entendait ça. Tout le monde le trouvait gentil dès le début. Mais les autres ne lui balançaient pas un ballon en plein dans la gueule. Ca devait aider.

-Je suis finalement sympa. Je suis ravie de l’apprendre. Je suis enfin dans tes bonnes grâces ?

Oui, il la taquinait un peu. Mais elle venait tout de même d’avouer qu’elle trouvait que c’était un vrai connard malgré les circonstances atténuantes. Heureusement qu’il n’était pas susceptible et que ça ne l’empêchait pas de faire des compliments comme il venait de le faire, mettant une nouvelle fois la demoiselle mal à l’aise. Elle était choupi. Emi avait vraiment un comportement d’enfant. Il dû se retenir de rire pour ne pas la vexer, tellement son attitude était en total inéquation avec son âge. Elle s’entendrait sans doute très bien avec Milan en y pensant. Bon même si Milan lui ferait peut-être des avances. Ou pas. Il devait avouer qu’il n’en savait foutrement rien.

Tout comme il ne savait pas qu’il allait mettre Emi dans un cruel dilemme en lui proposant une boisson chaude. Okita continua à sourire amusé en la regardant. Ouep, elle était vraiment mignonne. Enfin, adorable. Elle n’avait aucun potentiel sexuel. C’était peut-être méchant de penser ainsi, mais c’était la réalité.

-Et j’irais m’entraîner ailleurs de mon côté.

Le kendoka n’avait aucune envie de se mettre un autre lancée dans la gueule. Question de bon sens et de survie. Et alors qu’elle partait changer de chaussures, le jeune homme resta en tenue de sport avec son pull près du corps, et son leggings sous son short, histoire de ne pas tout montrer. Inutile de dire que c’était sa sœur magnifiquement chiante qui lui avait fait cette tenue. Comme ça, il était sexy même en faisant du sport. Si au début, il était plutôt dubitatif, désormais, il était plutôt convaincu par le confort, et il n’était pas dérangé par le vent.

Il attendit tranquillement qu’elle revienne, et la laissa galérer à mettre son écharpe à cause de la différence de taille, trop surpris par cette marque d’attention. Il devait avouer que généralement, c’était l’inverse qui se passait.

-Merci. Mais tu vas avoir froid aussi.

Même si elle avait un bonnet. Et puis c’était quoi cette écharpe énorme ? Son visage était presque recouvert. Est-ce qu’on voyait sa tête à elle quand elle la mettait. Au moins… Elle était chaude, il ne pouvait pas le nier. Sans doute trop, et il la descendit un peu histoire de pouvoir respirer. Il était certain que ce truc pouvait devenir une arme.

-Avoue que t’essayais de m’étouffer avec !

Il lui adressa un sourire amusé pour lui montrer qu’il la taquinait tout en commençant à marcher vers la cafétaria. Ah, finalement, elle était vraiment bien cette écharpe. Chaude et confortable. Il avait presque envie de la garder, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Mai - 11:39
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Okita Nishimura
dialogue en gras
pensées en italique
Attention au ballon perdu !
Emi avait déjà bien changé depuis son arrivée à Hoshi, mais elle avait encore beaucoup de choses à apprendre mine de rien ! Comme se servir de son portable ! C’était un vieux modèle, et elle avait déjà prévu de le changer pour en prendre un un peu plus moderne. Ce qui l’avait motivée à faire ce choix, c’était de justement voir Satoshi avec son application GPS. C’était tellement pratique ce truc ! Mais en attendant, elle avait toujours son vieux portable à clapet et à clavier, dont l’appareil photo était franchement douteux au niveau de la qualité. Et forcément, Okita, comme tous les autres qui avaient découvert le peu d’intérêt que la demoiselle avait porté jusque-là aux téléphones portables, fut surpris d’apprendre qu’Emi était juste capable de se servir du sien pour appeler ou envoyer des SMS on ne peut plus succincts. La sportive fit une petite moue à sa remarque.

« Bah… Je crois pas que mon portable fasse ça en fait… Je n’ai déjà pas de smiley, je suis obligée de les faire avec de la ponctuation… Mais j’ai décidé de m’en acheter un nouveau bientôt ! Parce que je veux pouvoir prendre des photos plus jolies ! Et je veux aussi un GPS pour éviter de trop me perdre en ville ! »

Se perdre avait parfois ses avantages puisque c’était comme ça qu’elle était tombée sur Satoshi, mais c’était quand même plus pratique de choisir quand on avait envie de se perdre et d’errer pour découvrir de nouveaux endroits ! Et Okita parla ensuite de lui ramener un petit cadeau de son séjour en Corée. Emi adorait les cadeaux bien sûr, mais elle se sentait toujours affreusement gênée quand elle en recevait, n’osant même pas les ouvrir devant les autres. Et ce petit manège était même valable pour ses cadeaux d’anniversaire et de Noël, vu que sa mère lui en offrait toujours un à cette occasion même s’ils ne la fêtaient pas vraiment en famille, comme ce n’était pas la coutume dans ce pays. A chaque fois, elle se retrouvait con avec son cadeau dans les mains et attendait qu’on ne la regarde plus pour l’ouvrir discrètement. Et puis, Emi préférait de loin offrir des cadeaux aux autres et voir un grand sourire se dessiner sur leur visage alors qu’ils déballaient leur présent plutôt que de se retrouver à leur place. La demoiselle ricana ensuite aux mots d’Okita.

« Oh… Je prends note alors ! Je peux donc t’offrir tout et n’importe quoi, c’est bon à savoir ! Et comme on ne peut pas refuser un cadeau, même si je t’offre un truc super nul ou ridicule, tu seras obligé de l’accepter ! »

Emi lui lança un sourire et un regard malicieux, ricanant d’avance en imaginant quel cadeau débile elle pourrait lui offrir. Bon, bien sûr, elle ne lui offrirait pas qu’une connerie, ça serait juste pour la petite blague ! Elle comptait bien lui offrir un vrai cadeau qui lui ferait plaisir à côté ! La sportive continua de sourire en entendant le kendoka rire. Elle croisa les bras sous sa poitrine et hocha la tête d’un air solennel.

« Tu fais bien d’être ravi ! C’est un sacré privilège d’être dans mes bonnes grâces ! Et puis, ne te réjouis pas trop vite, on sait jamais ce qu’il peut arriver ! Je vais peut-être te relancer un truc en plein visage sans le vouloir ! »

Emi pouffa un peu à la fin de sa tirade. Nul doute qu’elle allait faire super attention à tout ce qu’elle allait faire maintenant pour ne pas risquer de blesser davantage le pauvre Okita. Mais puisqu’il la taquinait un peu, elle avait bien le droit d’en faire autant non ? La sportive accepta finalement de boire cette boisson chaude en compagnie du kendoka, grognant un peu à sa remarque avant de gonfler ses petites joues.

« Hey ! C’était un accident ! Je vais pas respirer des petites bestioles à tout va ! Et puis, tous mes tirs vont dans les buts habituellement alors tu risqueras rien si tu reviens courir près du terrain de sport ! »

Elle avait tellement envie de lui tirer les joues ou de lui pincer les flancs pour se venger ! Emi s’empressa de remettre ses baskets, avant de se lancer dans une sacrée épreuve vu sa taille : réussir à passer sa grosse écharpe en laine autour du cou du kendoka. Il fallut qu’elle se mette sur la pointe des pieds, lui tournant autour pour attraper l’extrémité de l’écharpe et la renvoyer de l’autre côté pour bien en faire le tour. Emi lui offrit ensuite un grand sourire à sa remarque avant de ricaner.

« T’inquiètes pas pour ça ! J’ai mon super bonnet ! Et… Je suis découverte ! J’essayais encore d’attenter à ta vie, mais tu as découvert mon plan avant que je puisse le mener à bien… Dommage ! »

La jeune femme remonta son sac sur son épaule, toute guillerette à l’idée de pouvoir prendre un bon chocolat chaud. Mais elle se figea soudain en repensant à cette foutue rumeur. Se plantant pile devant Okita, l’air un peu paniqué, elle était vraiment en train de se demander si c’était une bonne idée finalement. Non… Son chocolat chaud…

« Hey mais ! Tu crois que c’est une bonne idée ? Enfin… Tu sais, avec la rumeur… Si déjà ça t’a causé des soucis alors qu’on ne se voyait même pas, est-ce que ça ne va pas être pire si on nous voit tous les deux en train de prendre une boisson chaude ? En plus, on dirait qu’on vient de s’entraîner tous les deux vu nos tenues, et tu portes mon écharpe… »

Emi aurait vraiment tout donné pour rayer cette rumeur de l’esprit de tous les gens de cette académie, ainsi que de ce foutu blog… Il n’y avait rien à faire, elle s’en voudrait jusqu’à la fin des temps d’avoir infligé ça au pauvre Okita.

« En plus, tu dois déjà avoir une copine non ? Ou une fille qui te plaît et à qui tu plais ! Je n’ai pas envie de te causer plus de soucis et en plus de me retrouver avec une ennemie alors que je ne suis pas du tout intéressée ! »

BAM ! Emi ne se rendait pas compte de qu’elle venait de lâcher à Okita, un peu comme un « impossible que tu puisses me plaire de toute façon », alors que c’était juste qu’elle ne le connaissait pas et ne pouvait donc pas prétendre ressentir quoi que ce soit pour lui. Okay, il était beau garçon, mais être beau ne faisait pas tout et Emi était du genre à faire prévaloir le caractère d’une personne avant son physique. C’était aussi peut-être pour ça qu’elle n’arrivait pas à s’entendre avec d’autres filles…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Campus :: Terrain de sport-