Viens semer la
DISCORD(E)




 

Hit me with your best shot! |PV Shohei|

 :: Campus :: Terrain de sport Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 5 Déc - 19:19
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Shohei Mitsuru
dialogue en gras
pensées en italique
Hit me with your best shot!
Emi avait finalement sauté le pas. Depuis un peu plus d’un an qu’elle était arrivée à Chisê, elle s’était toujours dit qu’elle aimerait pouvoir s’inscrire au club de football, mais à sa première rentrée, on lui avait dit qu’aucun club de foot n’existait. Quel drame ! Personne n’aimait le football ? Il était vrai que le basket était sans doute un sport bien plus populaire mais cette nouvelle avait grandement attristé la demoiselle qui s’était résignée à justement s’inscrire au club de basket, jusqu’à ce que celui-ci ne ferme ses portes. La demoiselle s’était toujours dit que si personne ne se décidait à créer ce club de football, que ce serait elle qui le ferait. Et la fermeture un peu soudaine de son seul club sportif l’avait décidée à se jeter à l’eau. Les démarches avaient été un peu longues, surtout pour quelqu’un comme elle, un peu trop légère, mais cette soudaine prise de responsabilités l’avait sans doute fait mûrir un peu. Ça lui avait pris du temps, on avait dû lui expliquer plusieurs fois, ça lui avait valu plusieurs nuits blanches, mais voilà, elle y était finalement !

Le problème quand on créait un club comme ça en plein milieu d’année, c’était qu’il était assez difficile de recruter des gens. Le mieux était d’attendre la nouvelle année scolaire pour pouvoir aborder tous les petits nouveaux qui allaient faire leur arrivée dans cette académie, mais il y avait encore de longs mois à attendre. Résultat, depuis presque 6 mois, la pauvre Emi était affreusement seule à son club de football. Elle s’entraînait dans son coin, faisait des jongles, courrait pour développer encore un peu plus son endurance… C’était sympa, mais c’était quand même super triste de voir que tous les autres clubs étaient plus ou moins remplis et que le sien était toujours plus que vide. Il fallait dire qu’Emi n’était pas du genre à aimer se mettre en avant, alors faire la promotion de son club… C’était juste quelque chose qu’elle n’était pas capable de faire. Elle ne se voyait tellement pas aller voir des gens avec un sourire et une pancarte en disant « Hey, salut ! Viens rejoindre mon super club de football ! Y’a juste moi dedans, mais tu verras, on s’amuse bien ! ».

Alors forcément, en plein désespoir d’un jour pouvoir partager sa passion dévorante pour le football avec d’autres personnes, quand on finit par lui apporter le dossier d’un lycéen qui voulait s’inscrire à son club, Emi n’avait été que joie ! Elle avait sauté partout, avant collé ce dossier contre son petit cœur, bénissant ce fameux Shohei Mitsuru d’avoir bien voulu choisir son club. Elle était si heureuse ! Du coup, après avoir reçu cette inscription, Emi s’était rendue tous les jours à son petit club, attendant impatiemment que son premier membre fasse son arrivée. Le premier jour passa, le second, le troisième… Toujours aucun signe de vie de ce Shohei. La sportive était un peu déçue, mais elle ne voulait pas baisser les bras, continuant de venir, restant même après la fin des heures de club pour être sûre de ne pas le manquer. Une semaine passa finalement sans qu’Emi ne fasse la rencontre de ce garçon. Il s’était peut-être trompé en s’inscrivant et ne voulait en fait pas faire du foot en sa compagnie… La brune était un peu triste mais bon, elle ne pouvait pas le forcer à venir s’il n’en avait pas envie…

Aujourd’hui encore, n’ayant malgré tout pas baissé les bras, Emi se rendit jusqu’au terrain de football avec son sac de sport. Elle s’était changée dans sa chambre à la fin des cours, enfilant un pantalon d’entraînement assez près du corps de couleur noire et un maillot de football bleu clair avec un petit col et surtout des manches longues. Cette tenue était un peu moulante, mais pour le peu de formes qu’elle avait de toute façon… Et puis, c’était bien ce genre de tenues qui était le plus adapté pour bien bouger vu qu’elle courait dans tous les sens ! Emi remonta ses cheveux en une queue de cheval assez haute pour ne pas être embêtée pendant qu’elle allait courir et elle s’assit dans l’herbe pour troquer ses baskets contre ses chaussures à crampons. Voilà ! Il ne lui restait plus qu’à enfiler ses gants et son bonnet noirs ! Elle avait une sacré dégaine habillée comme ça, mais elle s’en moquait, elle voulait s’entraîner et surtout, elle ne voulait pas mourir de froid ! Déjà qu’elle sentait son nez rendre l’âme à cause de la température assez basse… Se réchauffer donc ! Emi fit plusieurs tours de terrain pour s’échauffer, faisant des étirements le long de sa course pour ne pas risquer de se blesser.

Shohei n’avait pas encore l’air de vouloir pointer le bout de son nez. Tant pis. Emi attendit quelques instants avant de finalement attraper son ballon pour faire quelques jongles. Elle était douée, vraiment. Nul doute qu’elle aurait pu entrer dans l’équipe nationale de football féminin si sa mère n’était pas autant contre l’idée qu’elle pratique un sport aussi masculin. Elle était toujours derrière elle à lui grogner dessus, lui disant qu’une aussi jolie fille devait se mettre plus en valeur. Mais Emi était très bien comme ça. Elle était un vrai garçon manqué, mais elle s’en fichait. Elle n’avait personne à qui plaire de toute façon. Son cœur était toujours pris par son premier amour. La brune fit rebondir le ballon sur ses pieds, sur ses cuisses et sur sa tête avec une dextérité assez impressionnante. Puisqu’elle allait encore être seule pour cette séance, elle n’avait plus qu’à essayer de battre son record de jongles !
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Déc - 14:36
Shohei Mitsuru
M • Chômeur
avatar


:

Emi
Kuroda

Shohei
Mitsuru

Hit me with your best shot!
Quand on a vécu un bout de temps enfermé derrière des barreaux sans pouvoir sortir quand on veut, faire ce qu'on veut ou simplement vivre, on a tendance à se renfermer sur soi-même, à vivre une vie meilleure mais seulement dans sa tête, à espérer que dehors c'était mieux sans vraiment y croire car c'est ce "dehors" qui nous a mis "dedans" aujourd'hui.
Mais Shohei était sorti du camp de redressement désormais et avait déménagé jusqu'au Japon pour retrouver sa tante et repartir sur de bonnes bases. Il avait eut un mal fou à reprendre des habitudes normales, à réaliser qu'il pouvait faire ce qu'il voulait, que personne ne le surveillait mais plus que cette liberté nouvelle, ce qui l'avait déstabilisé, c'étaient les lois de la société. Ces besoins viscéraux qu'ils avaient de les forcer à aller à l'école pour avoir des diplômes, de ne pas les calculer s'ils n'avaient pas de travail, de les jeter dehors s'ils n'étaient pas comme les autres ...
C'était uns société plutôt moisie même si elle avait des avantages aussi.

Comme convenu, Shohei était inscrit à l'académie Chisê depuis quelques mois, il allait en cours autant que possible, restait sage dans la limite du raisonnable et attendait avec impatience le mois de Mars et ses foutus examens pour avoir son premier (et dernier) diplôme afin de fuir les bancs de l'école et courir gaiement vers la vie d'adulte. Mais en attendant, il devait respecter les règles de l'académie et celle-ci avait instauré comme dans tout le Japon l'obligation de participer à des clubs. S'il avait jusque-là réussi à fuir les clubs artistiques car il ne savait même pas ce que ça voulait dire, il avait été contraint dès son arrivée de s'inscrire dans un club sportif. Son choix s'était aussitôt porté sur le football. Il n'en n'avait jamais fait mais restait persuadé que ça ne devait pas être trop compliqué de courir derrière un ballon. Et puis, quand on lui avait dit que le Capitaine était UNE Capitaine, il avait ri. Une fille qui fait du foot ? Elle devait être laide, seule, sûrement très masculine et avec un caractère super chiant. Ouais, les clichés ont la vie dure ...
Le temps avait passé depuis son inscription dans ce club, et Shohei n'y avait pas encore pointé le bout de son nez. Il avait d'autres trucs bien plus importants à faire mais quand un camarade de classe lui avait fait ouvrir les yeux sur la note réservée aux clubs sur le bulletin scolaire,
il avait failli égorger tout le monde. Ces fils de pute japonais avaient tout calculé !

Une fois les cours de la journée terminés, le grand japonais s'était alors rendu en ville dans un magasin de sport pour trouver des chaussures adaptées. S'il pouvait enfiler n'importe quoi d'autre pour le reste du corps, il savait que les crampons étaient une obligation non négociable et il déboursa beaucoup trop selon ses propres préférences. Il retourna ensuite chez lui pour enfiler un short noir qui lui arrivait aux genoux et un T-shirt manches courtes qu'il recouvrit d'une veste de jogging rouge foncée. il lui manquait les longues chaussettes comme il voyait à la télé, les protections aussi mais tant pis, il n'avait pas l'intention de se fouler ! Il enfila ses nouvelles chaussures de sport et reprit le chemin de l'académie (doucement mais sûrement, marcher avec des crampons c'est compliqué). Il avait au moins perdu 30 minutes depuis la fin des cours mais c'était pas sa faute ... Logique.
Arrivé là-bas, gelé évidemment, il posa rapidement ses yeux sur une silhouette au loin qui paraissait s'amuser -seule- avec un ballon. En faisant rapidement le tour avec son regard noir, il constata qu'il n'y avait personne d'autre et se demanda bien ce qu'il foutait ici ! Mais comme il devait être sage et bon élève, il s'avança vers ce qu'il espérait être la Capitaine, Emi Kuroda.

"Salut ... Emi ? Je suis Shohei. Dis-moi, on est que deux ?"

Son retard ? On s'en fichait, non ? Puisqu'ils n'étaient que deux, ils n'allaient rien pouvoir faire de spécial de toute façon. Restait plus qu'à jouer de son charme, à être serviable envers cette sportive cinglée et elle lui mettrait une bonne note ! Franchement, il devait tenir 4 mois, il pouvait bien faire un effort !

Se frottant les mains et sautillant sur place pour tenter de se réchauffer alors que le mois de Décembre envoyait tout le froid qu'il avait en réserve, Shohei se demanda pourquoi il avait mis son short plutôt que son pantalon, pourquoi il n'avait pas amené son bonnet et aussi pourquoi il n'avait pas pris le club de kyudo ou autre sport EN SALLE qui demandait pas d'effort.
Incapable de rester sur place sous peine de geler, il donna un coup de poing dans le ballon avec lequel Emi jouait et l'attrapa par le bras.

"Cours avec moi, je vais mourir sinon."

Puisqu'ils devaient sûrement discuter de choses et d'autres pour ce premier cours, qu'elle allait peut-être lui faire une petit leçon de morale sur les nombreuses séances qu'il avait raté et comme il n'avait pas fait d'échauffements, c'était devenu vital qu'il fasse plusieurs tours de terrains.
Sa forme physique n'était pas un problème, il savait courir sur de grandes distances mais avec cette jeunette à ces côtés, ça risquait d'être long.
En attendant, elle était beaucoup moins laide que ce qu'il avait imaginé. Bien sûr, sans surprise, elle n'avait pas de forme et était aussi épaisse qu'une brindille mais ses cheveux longs étaient rassurants et elle paraissait assez fragile, plutôt loin de l'image de la castratrice qui gueule fort qu'il avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Déc - 12:15
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Shohei Mitsuru
dialogue en gras
pensées en italique
Hit me with your best shot!
Emi était vraiment déçue de voir que son nouveau membre n’avait pas l’air de vouloir assister aux entraînements. Bon, en même temps, est-ce qu’elle pouvait vraiment lui en vouloir ? S’il avait appris qu’ils n’étaient que deux membres, nul doute que ça ne l’avait pas motivé à la rejoindre. Ou peut-être qu’il n’aimait tout simplement pas le foot ? La sportive avait beau être chaque jour déçue de cette absence, elle persistait à venir sur le terrain pour l’attendre. Elle aurait l’air bien idiote si jamais il décidait de se pointer un jour où elle aurait, comme de par hasard, décidé de ne pas venir. Elle serait une bien piètre capitaine si jamais ça arrivait ! C’était donc cette optique qui l’avait motivée à persister, en plus de celle de pouvoir jouer avec un ballon. Elle adorait ça après tout, même si seule, c’était bien loin d’être aussi drôle qu’à plusieurs. À part faire des jongles et quelques exercices de sprint, elle ne pouvait pas vraiment faire grand-chose, pas même des tirs au but. C’était un peu triste finalement, mais Emi était du genre têtue et elle ne baissait jamais facilement les bras.

Après s’être échauffée, la demoiselle avait donc décidé de faire des jongles, faisant rebondir habilement le ballon sur plusieurs parties de son corps dans l’optique de dépasser son record. Shohei n’allait pas venir, mais tant pis, elle n’allait pas se les geler à rien faire ! Super concentrée sur son objectif, elle ne remarqua donc pas que quelqu’un s’approchait d’elle. Ce n’est que lorsqu’une voix masculine résonna à ses oreilles qu’elle sursauta, rattrapant de justesse le ballon sur sa tête, le gardant au sommet de celle-ci à la manière d’une otarie qui le tiendrait en équilibre sur son nez. Emi resta plusieurs secondes à le fixer, les yeux et la bouche ouverts en grand. Sérieux ? C’était lui ? Pour de vrai ? Après tout ce temps ? Laissant le ballon glisser de sa tête pour le mettre sous son bras, la demoiselle se frotta les yeux et se pinça même la joue pour être sûre qu’elle ne rêvait pas, lâchant un petit « Aïe » par la même occasion. Ses yeux bleus le détaillèrent, toujours en silence. Ce qu’il était grand ! Il faisait au moins 3 mètres !

« Shohei ? Vraiment ? C’est… C’est bien toi qui t’es inscrit au club de foot hein ? C’est ça ? Dis-moi que c’est bien toi ! »

Elle était heureuse, vraiment. Ses yeux pétillaient alors qu’elle le regardait. On aurait presque dit qu’elle était tombée instantanément amoureuse de lui. Hey, mais… Le regard d’Emi se fit soudainement plus dur (comprenez par-là qu’elle essayait de faire sérieuse en fronçant ses sourcils), affichant un air réprobateur.

« Dis donc ! Tu es un peu en retard quand même ! Pour aujourd’hui et pour tous les autres jours d’ailleurs ! Je t’ai attendu moi ! Je commençais à croire que tu n’allais jamais venir ! J’étais si heureuse quand j’ai appris que quelqu’un avait finalement rejoint mon club ! Je pensais ne plus avoir à m’entraîner toute seule, mais tu m’as lâchement abandonnée, t’es pas cool ! »

Waw… Ça c’était de la remontrance ! Emi ne pouvait pas faire mieux, elle était à son maximum. Surtout que son air fâché avait vite laissé place à une petite moue triste, ses joues s'étant un peu gonflées. Elle lui en voulait un peu quand même, mine de rien. La sportive essayait de réfléchir à ce qu’elle pourrait bien lui dire ensuite pour lui faire comprendre que son comportement n’était vraiment pas sympa, mais elle sentit subitement le ballon sous son bras la quitter. Eh ? Qu’est-ce qu’il faisait à l’attraper comme ça ? Clignant des yeux plusieurs fois en levant la tête vers lui, ayant presque l’impression que celle-ci allait se décrocher de son cou tellement elle se penchait vers l’arrière, Emi se retrouva à trottiner aux côtés de Shohei.

« Hey ! Mais ! Je me suis déjà… »

La demoiselle ne termina pas sa phrase. Elle s’était déjà échauffée, mais courir avec quelqu’un lui faisait déjà chaud au cœur alors tant pis. Elle n’allait pas le laisser courir tout seul autour du terrain quand même. Emi se tourna vers lui, le gratifiant enfin d’un grand sourire.

« C’est pas très malin de ta part d’être venu en étant si peu couvert aussi ! Tiens, enfile ça ! T’inquiètes pas, je n’ai pas de poux ! »

Continuant à trottiner, Emi retira son bonnet et tendit haut les bras pour essayer d’atteindre la tête de son camarade. En vain. Du coup, elle attendit que le jeune homme s’en saisisse pour se remettre à courir normalement, faisant quand même une petite courbette en avant pour officialiser sa présentation.

« Du coup, j’ai pas répondu à tes questions tout à l’heure… Je suis bien Emi oui ! Emi Kuroda ! Et malheureusement, on n'est que deux membres pour le moment oui… Mais t’inquiètes pas ! On va bien s’amuser, tu verras ! »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Jan - 17:04
Shohei Mitsuru
M • Chômeur
avatar


:

Emi
Kuroda

Shohei
Mitsuru

Hit me with your best shot!
Shohei faisait souvent cet effet-là. Vous savez "cet effet" qui vous ordonne de vous retourner malgré vous, qui vous fait vous stopper brutalement de parler, qui vous fait rougir aussi ou trembler, tout ça. Emi avait cessé tout mouvement et même si le principe était amusant, la position l'était moins. Le grand japonais fit une grimace en ne pouvant s'empêcher de penser qu'il avait une otarie devant lui, bête et moche, sans aucune grâce. N'importe qui aurait rattrapé le ballon dans ses mains ou l'aurait simplement laissé tomber, croyez pas ?!
Bref, il cligna des yeux quand elle se pinça la joue. Était-ce sa façon de lui dire qu'elle devait forcément rêver si elle le voyait sur le terrain de foot ? C'était subtil mais pas discret et si elle cherchait à le faire sortir de ses gonds, elle n'allait pas être déçue ! Mais elle fut d'abord toute heureuse de ne plus être seule sur le terrain (ce qu'il pouvait comprendre), ayant presque la position d'une fan qui mourrait d'envie de lui sauter dans les bras. Et si Shohei eut instantanément l'envie de sourire en mode loveur du dimanche pour achever sa parfaite intégration dans ce club, il se ravisa dès qu'elle fronça les sourcils. La remontrance fut d'un niveau de primaire, elle n'aurait même pas fait peur à une mouche la pauvre mais l'idée était là. Il se prenait un doux savon pour ces jours entiers sans la moindre nouvelle ni explication quant à son absence.
Se passant une main dans les cheveux, Shohei poussa un soupir d'agacement :

"Oh ça va, c'est pas si grave. Tu vas regretter que je sois inscrit au bout de quelques minutes et tu me paieras bientôt pour que je ne vienne plus t'emmerder pendant les heures de club. Je veux juste la moyenne, y a moyen qu'on s'entende non ?"

Ouais, il avait décidé d'être franc avec elle, sans chercher à cacher son jeu en la prenant pour une idiote. Elle avait l'air idiote et sûrement allait-il le penser encore longtemps mais il ne voulait surtout pas qu'elle croit qu'il venait pour le plaisir. Il attendait juste la fin des cours en Mars avec une impatience extrême et tournerait à jamais le dos à tous ces étudiants boutonneux et coincés du cul qui n'avaient rien à voir avec ces fréquentations. A se demander pourquoi sa tante n'avait pas préféré une académie moins chère, le risque d'échec aurait été moins important mais là ... avec le coût de l'inscription, elle lui avait mis le couteau sous la gorge la tantine !

Par la suite et parce qu'il avait mal choisi sa tenue, il força sa Capitaine à courir avec lui pendant qu'il s'échauffait/se réchauffait. Pendant les périodes froides comme celle-ci, ils pouvaient pas faire du sport en salle, sérieux ? Apprendre à dribler, tirer au but et faire des passes pouvait se faire sous un toit ! Est-ce qu'elle avait essayé ?
Alors qu'il s'apprêtait à l'engueuler juste au moment où elle se moquait de lui parce qu'il était en short, il la vit lui tendre son bonnet et un petit loquet se déverrouilla en lui. Elle passa d'idiote à gentille naïve en quelques secondes. Est-ce qu'elle avait conscience que si elle n'avait pas de poux (et encore, croire sur paroles c'était dur de nos jours), lui en avait peut-être ? Qui prêtait des affaires "personnelles" aujourd'hui ?

"J'en veux pas. T'avais qu'à réserver une salle pour faire les entraînements aussi. T'as demandé au moins ? Si je suis malade à partir de demain, ce sera de ta faute."

Et il snoba son bonnet sans une once d'hésitation.
Alors qu'il couraient tous les deux à un rythme soutenu, quoiqu'agréablement similaire, Shohei l'entendit se présenter et hocha la tête. C'était bien sa Capitaine et il savait qu'il lui devait le respect mais il était là depuis 5 minutes à peine et il avait déjà envie de la maltraiter tant elle était trop "petit poussin". Comment est-ce qu'elle avait réussi dans la vie celle-là ? Un grand-frère hyper baraqué ? Du pognon pour les racketteurs ? Ou pire ... sa naïveté l'empêchait de discerner les gens qui profitaient d'elle ? Si c'était ça, il n'allait pas se gêner !

"S'amuser, hein ? J'ai une tête à rire en courant derrière un ballon ? Je suis là car j'aime faire du foot, j'aime me dépenser et gagner en précision, j'aime courir ... Peut-être que je devrais te laisser toute seule avec ta baballe là et aller m'inscrire au club d'athlétisme ? Y a aucune chance pour qu'on soit du même niveau, t'es sûrement meilleure mais je cours plus vite que toi et à partir de là, tu pourras jamais me rattraper."

Cessant de courir car l'agacement prenait le dessus, Shohei ferma les yeux deux secondes et prit une grande respiration. Il avait conscience qu'Emi n'était pas responsable s'il n'y avait pas d'autres membres, qu'elle n'avait rien à voir avec son manque de motivation et qu'elle n'y pouvait rien d'être une fille. Il devait se calmer, retrouver une humeur au moins neutre et simplement l'écouter en priant pour que le temps passe vite.
Se mordant l'intérieur de la lèvre comme pour dissimuler sa frustration, Shohei rouvrit les yeux qu'il posa sur une petite Emi à la bouille aussi choupinette que celle d'un enfant. C'était décidé, il allait jouer un rôle pour réussir à s'en tirer avec une bonne note et une bonne appréciation. Le plus dur allait être de lui faire croire qu'il adorait venir, surtout après lui avait balancé qu'il voulait juste la moyenne !
Faisant à son tour la courbette, il se glissa docilement dans la peau de ce rôle qui allait durer 4 mois ... au maximum.

"Enchanté Emi. Excuse-moi pour ce que je viens de dire, j'ai vraiment passé une très mauvaise journée et je reporte ma frustration sur toi. Merci pour le bonnet mais garde-le, c'toi la gonzesse ici quand même et j'ai pas froid à la tête finalement ... Je viendrai avec un pantalon la prochaine fois."

Et il accentua bien sur "la prochaine fois", cherchant ici à la rassurer sur le fait que oui, il allait revenir.
Avec un signe de tête, il lui fit comprendre qu'ils pouvaient reprendre leur petite course tranquille, qu'il allait s'échauffer vite fait les jambes et le cou revenus à leur point de départ et qu'ils pourraient se faire des échanges sans problème. Shohei considérait qu'il avait autre chose à faire et que vraiment, il perdait un temps précieux à jouer avec une nana comme des enfants de 12 ans, mais s'ils avaient effectivement été une dizaine, tout aurait été différent. Fallait peut-être simplement patienter.

Une fois le petit tour terminé (oui, il en avait fait qu'un !), Shohei se pencha en avant pour étendre les muscles de ses jambes. Le ballon gisait au sol et de la vapeur blanche sortait de leurs bouches. Il faisait vraiment frais, c'était très moyen !

"Essaye quand même de demander une salle la prochaine fois, on prend des risques inutiles. Je suis trop beau pour mourir jeune ..."
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Jan - 15:37
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Shohei Mitsuru
dialogue en gras
pensées en italique
Hit me with your best shot!
Emi était sans doute bien trop démonstrative dans toutes les émotions qu’elle ressentait. Il n’y avait qu’à regarder son visage pour tout comprendre ! D’abord, la surprise. La surprise d’enfin voir ce nouveau membre qu’elle n’attendait presque plus. Puis, la joie. La joie d’enfin avoir l’occasion de jouer avec quelqu’un d’autre qu’elle-même, de pouvoir partager sa passion. Et finalement, la colère. Enfin, plus que de la colère, c’était plutôt de la déception. La déception de voir que ce géant avait délaissé aussi longtemps son club, et elle par la même occasion. Elle s’était faite une telle joie de pouvoir jouer avec quelqu’un ! Elle avait tellement espéré ! Elle était contente d’enfin le voir arriver, mais en bonne capitaine de club qu’elle était, elle devait bien le gronder un peu non ? Enfin, là encore, gronder était un bien grand mot. Nul doute qu’il avait trouvé ses remontrances absolument ridicules. Emi n’aimait pas se mettre en colère et en y repensant… Elle avait du mal à se souvenir s’être un jour fâchée très fort. Et là, ce fut finalement la déception qui s’afficha sur le visage de la sportive qui baissa les yeux pour regarder ses chaussures.

« Juste la moyenne ? Mais… Tu ne t’es pas inscrit parce que tu aimais le foot alors ? »

Là c’était vraiment la plus grosse claque que Shohei pouvait lui faire. Elle était même encore pire que s’il lui en avait collé une vraie de toutes ses forces. Emi était vraiment triste d’entendre qu’il n’était là que pour les notes. Est-ce qu’elle serait seulement capable de l’empêcher d’avoir la moyenne s’il ne participait pas assidument à ses entraînements ? C’était peu probable. La demoiselle savait bien que si jamais il ne voulait pas venir ou jouer avec elle, elle ne pourrait pas l’obliger à le faire. Emi avait le cœur gros suite à cette déclaration, mais puisqu’il voulait courir un peu avec elle pour se réchauffer et qu’il semblait quand même un minimum partant pour s’entraîner, la capitaine accepta de s’échauffer avec lui en courant autour du terrain. Et finalement courir un peu à ses côtés suffit à réchauffer un peu son cœur. Emi tenta de détendre un peu l’atmosphère en se moquant de sa tenue assez légère, avant de lui proposer, le plus gentiment du monde, son bonnet. La demoiselle fut une nouvelle fois déçue. Ça faisait beaucoup en si peu de temps ! Elle remit son bonnet en place sur sa tête et reprit sa course.

« Pardon c’est que… je préfère bien plus courir dans l’herbe plutôt que dans un gymnase, les sensations sont pas du tout les mêmes et comme j’étais toute seule je n’ai… pas pensé à demander s’il était possible de réserver une salle. Je… J’irai demander pour la prochaine séance. »

Ça ne l’enchantait vraiment pas, elle aimait bien plus courir sur un vrai terrain, sentir ses crampons s’enfoncer dans la terre à chaque foulée… Mais elle était capitaine, elle se devait d’être à l’écoute de ses membres alors si ça pouvait faire plaisir à Shohei de jouer en salle, elle en ferait au moins la demande. Rien ne l’empêcherait de retourner sur l’herbe quand elle serait seule ou qu’elle aurait un peu de temps libre. Et décidément, la pauvre Emi allait de désillusion en désillusion. Comment pouvait-on être aussi méchant et désagréable ? Comment pouvait-il seulement imaginer qu’il était plus doué qu’elle simplement parce qu’elle était une fille ? Le regard bleu de la demoiselle fixait son interlocuteur alors que leur course s’arrêtait et que Shohei s’inclinait pour reprendre la parole et s’excuser. Emi pinça ses lèvres. Est-ce qu’il était vraiment sincère ? Elle ne savait plus trop ce qu’elle était censée croire avec tout ça…

« En-enchantée aussi Shohei… Ce n’est rien pour tout à l’heure, ne t’inquiètes pas, c’est déjà oublié. Et puis, si jamais tu reviens à d’autres entraînements et que tu restes jusqu’au bout de celui-là, je pourrai certainement te montrer que j’ai beau être une fille, je peux être aussi forte qu’un garçon. Tu serais surpris de voir à quel point je sais courir vite moi aussi. »

Emi lui offrit un tendre sourire. Elle avait toujours un peu mal avec les mots durs qu’il avait eus à son égard juste avant, mais il s’était excusé. C’était normal de vouloir lui donner une seconde chance non ? Et même s’il ne riait pas comme un imbécile heureux derrière son ballon, ça ne l’empêcherait pas de passer un bon moment avec elle non ? Ils terminèrent leur tour de terrain et Emi attendit patiemment que son camarade en finisse avec ses étirements, trottinant sur place, avant de reprendre le ballon.

« Oui, promis, je demanderai ! Est-ce que tu veux faire un entraînement particulier du coup ? Il faut aussi que tu me dises à quel poste tu préfères jouer. Même si on est que 2 pour le moment, l’entraînement n’est pas le même selon si tu souhaites être gardien ou buteur. »

Emi reprenait doucement du poil de la bête. Parler de foot lui changeait les idées et lui faisait du bien. Elle allait enfin pouvoir être ce capitaine de club qu’on attendait qu’elle soit. Elle arriverait à entraîner une équipe un jour et ils participeraient à des championnats pour remporter la victoire, elle en était convaincue. Et puis, même s’il avait été désagréable, il l’avait quand même mise au défi et ça, pour une compétitrice comme elle, ce n’était pas une chose à prendre à la légère.

« Mais avant tout ça, on peut peut-être faire de petits exercices de course si tu veux. Comme ça on verra si tu es vraiment plus rapide que moi et si je ne peux vraiment pas te rattraper. »

Les yeux d’Emi pétillaient alors qu’elle affichait un air plein de défi. Il allait voir ce géant ! Ce n’était pas parce qu’elle était bien plus petite que lui qu’elle ne pouvait pas courir aussi, voire plus, vite que lui ! Non mais !
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Mar - 15:56
Shohei Mitsuru
M • Chômeur
avatar


:

Emi
Kuroda

Shohei
Mitsuru

Hit me with your best shot!
Le combat intérieur. Si Emi était le genre de personne qui avait du mal à dissimuler ses émotions, elle devait aussi être de celles qui pensent bien plus qu'elles n'agissent. C'était comme de l'hypocrisie à faible niveau, une façon de rester polie et bien élevée alors qu'à l'intérieur, les vraies pensées crues et sans appel se bousculaient pour réussir à sortir. Ça pouvait être vu comme faible de ne pas oser dire ce qu'on pensait réellement par peur de représailles ou de pas réussir à gérer toute la conversation comme ça mais c'était aussi une forme de courage intense, pouvoir garder son sang-froid et assumer de ne pas pouvoir gérer tout le monde. Shohei n'avait pas de combat intérieur lui, tout ce qu'il pensait lui sortait illico des entrailles, sauf si plans et manipulations avaient été prévus. C'était dur pour lui de jouer des rôles mais au fond, il adorait ça.

"Disons que ton club était le seul intéressant. Ça te va ?"

Nan parce qu'aller faire trempette en maillot de bain pour obtenir une note, très peu pour lui. La danse ? Bah voyons ! Et les autres sports, c'était pas spécialement son truc. Du foot, il n'en n'avait jamais fait à un haut niveau mais il courrait derrière une balle depuis qu'il était tout petit, parce que c'était drôle, parce que ça avait amélioré son aptitude à courir et son endurance, et parce que ça l'avait fait jouer avec son père avant qu'il ne grandisse. Une balle, un but et le gosse avait été heureux ...

Tout en faisant le tour du terrain, Emi tenta de sympathiser avec lui mais il n'était pas dans de bonnes conditions. Ce n'était pas vraiment contre elle, il avait froid, il était agacé d'être seul et il aimait pas qu'on le force à faire quoi que ce soit. Ces clubs, c'était une perte de temps, que ce soit à l'extérieur ou en salle !
Et alors qu'il perdait de vue son objectif en étant infecte et beaucoup trop franc avec une fille naïve mais douce qui n'avait rien demandé, il réalisa que si elle se plaignait de son comportement à qui que ce soit et qu'il était convoqué pour X raison, sa tante en entendrait parler. Non pas qu'il avait peur d'elle mais la décevoir n'était pas dans ses projets. Il voulait l'aider, la remercier d'être encore là alors que tout le monde l'avait abandonné à cause de ses erreurs. Tous les deux, ils vivaient une histoire compliquée, elle était parfois chiante, il était souvent con mais ils étaient plus proches que jamais. La déranger pour la faire venir ici à cause de lui ? Non.

C'est là qu'il entama son rôle d'hypocrite gentil pour pouvoir abuser de la naïveté de sa Capitaine adorée. Elle était peut-être plus maligne qu'elle en avait l'air mais il prenait le pari !
Commençant ses échauffements, ils eurent leur première vraie discussion quand il abaissa son niveau de tolérance. Nul doute que d'autres avaient déjà dû se moquer de cette petite brunette au cœur tendre. Voyez ? Elle venait de lui pardonner sans même élever la voix. Après avoir passé des années en camp de redressement, Shohei avait été persuadé que des gens comme ça n'existaient plus.
D'ailleurs, il lui rendit son sourire quand elle argumenta qu'elle courait bien plus vite qu'il ne l'imaginait. Ah ? Très bien, ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne s'en rende compte de lui-même.

"Buteur, je préfère."

Il n'argumenta pas davantage, préférant taire le fait qu'il avait tendance à être aussi violent qu'un rugbyman quand il était sur le terrain. Les coups pour réussir à passer, c'était son truc et nul doute qu'il se serait taper 1 001 cartons rouges s'il avait joué en ligue. La douceur, l'esprit d'équipe et le fair-play, il connaissait pas vraiment ! Être fils unique, ça aide pas à partager la vedette !

Se redressant, Shohei plissa les yeux quand ses paroles lui revinrent en pleine face. La voilà qui lui montrait un visage caché, une soudaine passion pour les défis et une éventuelle allergie pour les défaites. Elle voulait courir contre lui ? Soit ! Il s'était échauffé et ça allait lui plaire ces petits jeux enfantins qui ne faisaient de mal à personne. Courir, c'était son credo. Ça lui sauvait souvent la mise, parfois la vie alors si n'importe quelle gonzesse pouvait le dépasser, ce serait carrément humiliant !

"En place, Cap'taine. Va pas pleurer après, hein."

Et il la poussa doucement de l'épaule jusqu'à un bout de terrain où ils avaient plusieurs centaines de mètres de libre devant eux. Au pire,
ils allaient jusqu'au bout mais Shohei était persuadé qu'il allait la distancer avant. Ses jambes étaient longues et musclées ! Lui adressant un petit regard, il se demanda s'il ne devait pas jouer là-dessus aussi. Pas la laisser gagner car sa fierté ne s'en remettrait pas mais rendre les choses moins difficiles pour elle, rendre l'issue plus serrée que prévu.
Ils se mirent d'accord pour partir à 3 et quand le départ fut lancé, Shohei s'élança comme une fusée. Ce qui le frappa le plus, ce fut les paroles d'Emi qui lui revinrent en tête alors qu'il courait sous le vent froid "les sensations ne sont pas du tout les mêmes" et c'était tellement vrai.
Courir sans être pourchassé avait quelque chose de relaxant, ça le rendait vivant et ça décupla aussi son envie de gagner, de lui en mettre plein la vue. Sans réelle surprise, ses grandes jambes le portèrent plus vite que celles d'Emi mais clairement, elle n'était pas une tortue. Sa façon de courir était agréable à regarder, sa passion se lisait dans ses yeux et Shohei voyait que même si elle donnait tout à cet instant, elle y prenait un malin plaisir.
Il bifurqua sans prévenir pendant la course, se déplaçant rapidement sur le chemin qu'empruntait Emi pour courir et se tourna complètement vers elle avant de s'arrêter net. A la vitesse à laquelle elle allait, il y avait très peu de chance qu'elle ait le temps de s'arrêter et encore moins de l'éviter. Pourquoi est-ce qu'il faisait ça ? Aucune idée, il avait ressenti le besoin d'arrêter là, de ne pas finir cette course au résultat déjà connu et accueillir une Emi qui court dans ses bras ne pouvait que les rapprocher, croyez pas ? Le choc allait peut-être être assez violent mais tant pis !
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Mar - 15:12
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Shohei Mitsuru
dialogue en gras
pensées en italique
Hit me with your best shot!
Emi ne savait pas si elle devait se sentir heureuse d’une telle réponse. D’un côté, elle était triste que Shohei ait choisi ce club un peu par dépit parce que les autres ne lui plaisaient pas, mais d’un autre… Il venait quand même de lui dire que son club lui avait paru plus intéressant que les autres ! La demoiselle était un peu partagée, mais elle ne put s’empêcher d’esquisser quand même un petit sourire. Après tout, même si au départ le jeune homme ne s’était pas inscrit pour l’amour du ballon, Emi se donnait comme mission de réussir à finir l’année en lui ayant fait aimer ce sport un peu plus. Même s’ils n’étaient pas nombreux, elle savait qu’elle y arriverait. Elle le devait ! C’était un défi qu’elle voulait relever autant pour Shohei que pour elle-même, pour se prouver aussi un peu qu’elle n’était pas une capitaine de club si mauvaise que ça.

« M’oui, ça me va. Mais tu verras, je réussirai à te faire aimer le foot pour de bon ! »

Emi le fixa avec un regard plein de détermination, son petit poing s’étant serré pour renforcer son petit effet. Et Shohei allait vite le comprendre : quand la Japonaise avait une idée dans la tête, elle ne l’avait pas ailleurs ! Ils commencèrent à trottiner autour du terrain pour se réchauffer, la demoiselle essayant par tous les moyens de briser un peu la glace, d’apprendre à connaître ce garçon qui était son premier membre et de réussir à tisser un début de lien. S’ils devaient jouer ensemble, le mieux était quand même qu’ils s’entendent bien non ? Emi n’était pas vraiment pour les passes puissantes et meurtrières alors si elle pouvait éviter de se mettre Shohei à dos… Surtout qu’il s’était excusé pour son comportement assez désagréable. La sportive ne pouvait donc pas continuer à lui en vouloir, retrouvant bien vite son sourire et sa bonne humeur, sourire qui s’agrandit davantage en l’entendant lui dire qu’il préférait être buteur.

« Je m’en doutais un peu ! Moi aussi j’ai le poste de buteur habituellement dans les équipes dans lesquelles je joue et comme il ne peut y en avoir qu’un… On n’aura qu’à voir lequel de nous deux est le plus apte à ce poste d’accord ? Sinon, si tu préfères rester en attaque, juste derrière le buteur, il y a 3 autres joueurs qu’on appelle les milieux offensifs centre ! Ah ! Attends ! »

Emi s’éloigna rapidement vers son sac de sport pour en sortir un petit calepin avec un crayon. Elle revint bien vite vers son camarade pour griffonner à toute vitesse sur le papier et tourner son schéma vers lui.

« Tu vois ? On a le buteur, les milieux offensifs centre et le milieu centre dans la partie adverse du terrain ! Tous ont la possibilité de marquer des buts si c’est ça qui t’intéresse le plus ! Je ne t’explique pas les postes en défense, je pense que ce n’est pas la peine… Mais en tout cas, c’est dommage, tu aurais fait un super gardien vu ta taille. »

Emi le fixa un instant, plissant un peu les yeux en le détaillant tout en se frottant le menton avec son pouce et son index. Ouais… C’était vraiment dommage, mais il avait l’air d’être plus du genre à foncer dans le tas plutôt qu’à défendre. Sur ce point-là, ils étaient pareils ! Allant reposer ses affaires dans son sac, la demoiselle revint vers Shohei, bien décidée à lui montrer ce qu’elle savait faire niveau course. Il semblait bien confiant, mais la demoiselle était une vraie sportive qui adorait plus que tout relever les défis. Elle ? Pleurer ? Hors de question ! Elle allait gagner de toute façon ! Emi se mit en place, jouant un peu sur ses appuis avant que la course ne commence, lançant un nouveau regard et un sourire pleins de défis à son camarade.

« Tu as intérêt à donner tout ce que tu as hein ! Sinon ma victoire sera écrasante et ça ne me donnera aucune satisfaction ! »

Les garçons avaient souvent tendance à faire ça, faire comme s’ils donnaient tout, alors qu’ils se laissaient battre ou réduisaient volontairement l’écart entre les deux résultats. Emi ne voulait pas de ça. Elle ne voulait pas qu’il la ménage et elle voulait voir ses pleines capacités. Lorsque le départ fut lancé, la Japonaise se mit à courir aussi vite qu’elle le pouvait. Elle avait certes un petit gabarit, mais elle était drôlement rapide pour sa carrure ! Bon, par contre, c’était à prévoir : Shohei était bien plus rapide avec ses jambes immenses ! Mais Emi ne se laissa pas faire pour autant, donnant tout ce qu’elle avait, un grand sourire sur les lèvres même si elle était concentrée à l’extrême. Elle courrait à toute allure, sentant le vent froid lui fouetter le visage. Bon sang, ce qu’elle adorait ça ! Et ce fut pendant ce petit moment de flottement que Shohei eut la fausse bonne idée de faire volte-face pour se retrouver pile dans la trajectoire de la course de la Japonaise. Emi eut juste le temps d’ouvrir grand les yeux et la bouche, s’apprêtant à lui dire de dégager, mais elle fut coupée dans son élan par le choc violent qui s’en suivit, lui faisant lâcher un petit couinement de surprise et de douleur.

« Outch ! »

Emi était un peu sonnée, ayant du mal à comprendre ce qu’il se passait. Sa tête semblait engourdie, mais surtout, elle sentait son front la chauffer puisque c’était la partie de son corps qui était entré le premier en contact avec Shohei. Portant une main à celui-ci, Emi mit de longues secondes à reprendre ses esprits, remarquant alors qu’elle était… dans les bras de son camarade ! Ecarquillant à nouveau les yeux, la Japonaise releva sa tête douloureuse vers le visage de Shohei, ne se dégageant pas pour autant de son étreinte.

« P-pourquoi t’as fait ça ?! C’est hyper dangereux ! T’as pas eu mal au moins ? Je n’ai pas réussi à m’arrêter, désolée, tu m’as vraiment trop surprise, je ne m’attendais pas à ce que tu te retournes subitement comme ça ! »

Emi grimaça en sentant la douleur lui lanciner à nouveau le front, posant celui-ci contre le torse du garçon, ses mains s’étant serrées sur son haut pour ne pas finir par vaciller et tomber. Et aussi soudainement que sa douleur était revenue, la demoiselle comprit ce qu’il se passait. Ses joues s’embrasèrent alors qu’elle se reculait vivement. Un garçon venait de la prendre dans ses bras ! Est-ce que c’était déjà seulement arrivé sans que ce ne soit elle qui fasse le premier pas ? Et puis… Elle avait déjà pris ses amis masculins dans ses bras mais… Shohei ne pouvait pas déjà être son ami non ? Titubant un peu en se frottant le front et en essayant de cacher son visage, Emi tourna le dos à son camarade.

« E-en tout cas… Bravo Shohei, c’est toi qui as gagné la course ! Mais tu vois, je n’étais pas si loin derrière alors tu vas devoir continuer à t’entraîner si tu ne veux pas que je finisse par te dépasser ! »
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Mai - 17:35
Shohei Mitsuru
M • Chômeur
avatar


:

Emi
Kuroda

Shohei
Mitsuru

Hit me with your best shot!
Shohei esquissa un sourire à son tour quand Emi lui certifia qu'elle réussirait à lui faire aimer le foot d'ici aux examens. Il aimait ce genre de personnalité, ces personnes qui semblaient croire que l'impossible était possible, qu'il ne fallait jamais abandonner. C'étaient des vainqueurs, des personnes avec du caractère même s'il en avait douté à la première rencontre en voyant cette douce capitaine. Doucement, elle le faisait se détendre, se calmer aussi. Peut-être qu'elle méritait qu'il baisse un peu sa garde et cesse de se comporter comme un chien avec elle.

Trottinant autour du terrain pour s'échauffer sans se blesser, ils entamèrent alors une première discussion, se découvrant finalement doucement l'un l'autre. Emi paraissait vraiment passionnée par ce sport et nul doute que ce poste de Capitaine (même sans membre), elle l'avait gagné. Après, il considérait quand même qu'une vraie gonzesse ne devrait pas être aussi sportive. Elle paraissait pas plus féminine que ça et même si son visage était joli, elle manquait d'un petit quelque chose qui ferait se retourner les mecs sur son passage. Est-ce qu'elle s'était déjà maquillée ? Sortie quelque part en mode "sexy" ? Il aurait adoré être surpris de la voir en pleine rue dans d'autres vêtements mais il avait comme l'impression que ce ne serait jamais le cas et même si c'était tentant, il était hors de question qu'il soit son professeur là-dedans. Elle avait qu'à se démerder.
Posant ses yeux sur le croquis qu'elle avait fait après lui avoir fait comprendre qu'ils risquaient de se disputer le poste de buteur, Shohei resta attentif mais aussi silencieux. Bon ce poste de buteur n'était pas plus obligatoire que les autres. Lui, il aimait les trucs assez actifs, où il fallait de la puissance. S'il se retrouvait en milieu offensif, ça ferait aussi sûrement l'affaire. De toute façon, pour le moment, c'était pas comme s'ils avaient toute une équipe à portée de main !

"C'est comme tu veux, je vais pas me battre avec toi non plus."

C'était même impensable. Il avait beau avoir des crises de nerfs quand rien n'allait comme il le voulait, il n'en n'était jamais arrivé à frapper une femme. Il savait qu'il en était capable, certaines garces ne valait pas qu'il se retienne mais Emi ? Ah ah, il aurait juste été un connard s'il la frappait alors qu'elle a une tête de rondoudou.

Par la suite, ils se décidèrent à faire une sorte de défi. Shohei était persuadé qu'elle courait moins vite que lui, simplement en étant une gonzesse. Il ne niait pas qu'elle était rapide mais ses jambes étaient plus grandes et en tant que voleur à ses heures perdues, il avait la course dans le sang. La fuite, même ! Courir était devenu essentiel quand il s'était retrouvé en centre de redressement, incapable de la moindre liberté. Aujourd'hui, il adorait ça, ne pas se contenter d'une pièce de 10m² sur 10m², pouvoir courir jusqu'à ce que le corps lâche et respirer enfin pour prendre conscience d'être en vie. Il aurait dû aller en athlétisme, vraiment ...
D'ailleurs, ce sentiment il le ressentit immédiatement pendant leur petite course, profitant de l'instant en donnant tout ce qu'il avait, jetant un regard rapide à Emi pour voir que elle aussi, elle prenait du plaisir. Niveau adrénaline, il préférait largement courir avec elle de cette façon que pique-niquer en se demandant si elle avait bien pensé aux cornichons. En tête comme il l'avait imaginé, Shohei décida de mettre un terme à la course au résultat déjà tracé en se mettant sur la trajectoire d'Emi. Il savait qu'elle n'aurait pas le temps de l'éviter, qu'elle allait finalement se faire un peu mal et lui foncer dedans mais il aimait les effets de surprise et les trucs imprévus. Le choc fut violent, en effet. Il se sentit reculer de quelques pas alors qu'il refermait son étreinte pour l'empêcher de tomber. Elle avait cogné de plein fouet dans sa poitrine, lui-même ressentait une douleur.
Un sourire aux lèvres, il répondit :

"Pourquoi pas ? Y a rien de mieux pour se rapprocher et créer des liens que le contact physique. Regarde comment tu me colles là, je savais bien que tu en avais envie !"

Et il ricana.
Au fond, il avait bien vu son front et cette marque rouge et il savait qu'elle était tout à fait capable de s'écrouler en pensant gérer. C'était mieux comme ça si elle prenait le temps de se remettre bien mais sa phrase eut un effet de petite bombe et elle s'écarta très rapidement, les joues plus rouges encore que son front.
Shohei souleva son T-shirt pour voir que oui, il avait une marque rouge lui aussi et que vraiment, il aurait pas du faire ça mais il avait bien ri.

"Ne rougis pas comme ça, je vais m'imaginer des choses."

Et il lui passa devant en ricanant encore.
Il n'empêche qu'elle n'avait pas tort. Il devait continuer de s'entraîner, continuer de courir en ville en zigzaguant entre les obstacles, continuer de fuir les vigiles et la police pour garder ce qu'il avait volé. Sa tante serait mortifiée si elle apprenait qu'il avait replongé sans donner l'impression d'avoir appris quoi que ce soit dans ce camp. C'était pourtant faux, il avait des cicatrices qui prouvaient le contraire et certaines de ses pensées étaient devenues encore plus sombres qu'avant. Là-bas, il avait vraiment été maltraité et ne souhaitait pour rien au monde y retourner mais ça voulait pas dire que la vie de tous les jours était plus simple. Ils roulaient pas sur l'or tous les deux et Shohei étant macho, il refusait qu'elle paye tout ce dont il rêvait alors il volait en prétextant avoir trouvé du travail en plus des cours. Il était l'homme de la maison, c'était à lui qu'incombaient les grandes responsabilités et si pour ça il devait se résoudre à dépouiller les riches coincés de Suwan, alors la décision était vite prise.
D'ailleurs ...

"Tu me payes à manger ou quoi ? Courir, ça me donne faim et comme tu m'as fait mal à la poitrine, tu dois te racheter."

Il blaguait évidemment mais cette invitation était réelle. Il lui proposait vraiment d'aller manger un truc ensemble, comme ça sans chercher à savoir pourquoi est-ce qu'il devenait sympa. Emi était choo, du genre très gentille et sûrement trop même alors il allait en profiter. Il ne lui ferait pas de mal mais il n'allait pas se gêner d'abuser de sa gentillesse (comprenez par-là qu'il était hors de question qu'il lui paye à bouffer, mais qu'il acceptait qu'elle le nourrisse si elle en avait envie).
En plus, il avait rien de mieux à faire et aurait quelque chose de bien à raconter à Akina en rentrant.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Mai - 15:15
Emi Kuroda
C • Université - 3ième année
avatar


:
C • Université - 3ième année
feat. Shohei Mitsuru
dialogue en gras
pensées en italique
Hit me with your best shot!
Emi ne put s’empêcher d’afficher un petit sourire malicieux en entendant finalement Shohei lui dire qu’il n’allait pas se battre avec elle pour le poste de buteur. Est-ce qu’il avait peur de ne pas être à la hauteur face à elle et préférait donc lui faire croire qu’il lui laissait gracieusement la possibilité d’occuper ce poste ? Ou alors est-ce qu’il était finalement plus gentleman qu’il le laissait croire ? La sportive aimait à penser qu’il avait simplement peur qu’elle le ridiculise et le blesse dans sa fierté mal placée d’homme, alors elle se contenta d’hausser les épaules avant d’aller ranger toutes ses affaires dans son sac de sport.

« C’est comme tu veux ! Ce n’est pas vraiment se battre de voir lequel de nous deux est le plus apte à occuper ce poste, mais je comprends que tu aies peur de ne pas être à la hauteur face à moi, surtout si tu me vois tirer ! »

Parce que pour le moment, à part trottiner et les jongles d’Emi que Shohei avait pu voir à son arrivée sur le terrain de sport, le jeune homme n’avait pas encore pu constater l’étendue des capacités de la demoiselle. Elle savait bien qu’elle n’était pas la meilleure, qu’elle ne pourrait peut-être jamais devenir une joueuse professionnelle, mais même si elle adorait les compétitions et les remporter, elle faisait avant tout du football pour s’amuser. Et comme Shohei ne semblait pas vraiment vouloir lui offrir ce premier défi, la demoiselle lui en lança un autre afin de savoir lequel d’entre eux courrait le plus vite. Vu leur différence de gabarit, il n’y avait aucun doute à avoir sur la personne qui en ressortirait victorieuse, mais Emi n’était pas du genre à baisser les bras à la première difficulté. Elle aimait tout donner, aller au bout des choses, et ne jamais rien regretter. Même si elle ne remportait pas cette course, elle savait qu’elle gagnerait plein d’autres choses, dont le simple plaisir de courir en sentant le vent fouetter son visage. Rien que ça, c’était une récompense qui en valait la peine ! Et ce fut sans surprise que les grandes jambes de Shohei lui firent dépasser la demoiselle, avant qu’il ne fasse volte-face pour se retrouver pile dans sa trajectoire.

Emi, lancée à toute vitesse, n’eut pas le temps de lui dire de se pousser ou même de faire une magnifique pirouette qui lui aurait permis de l’éviter. Résultat, elle percuta le torse de Shohei de plein fouet. Le choc aurait pu la faire valser en arrière, mais le jeune homme s’était empressé de passer ses bras derrière elle pour la réceptionner et l’empêcher de tomber. Sonnée, elle ne comprit pas tout de suite ce qu’il se passait. Ce n’est que quand Shohei lui parla de contact physique qu’Emi eut un vif mouvement de recul, ses joues se colorant vivement de rouge.

« N-N’importe quoi ! J’en n’avais pas envie du tout ! Pourquoi j’en aurais eu envie d’ailleurs hein ? P-Peut-être que j’ai déjà un petit-ami ! Et ne t’imagines rien du tout surtout ! »

Okay, c’était tout sauf crédible vu les yeux ronds qu’elle avait ouverts en voyant que Shohei remontait son t-shirt. Oops… Il avait une sacrée marque rouge ! Et de sacrés abdos aussi… Emi sentit son visage chauffer de plus belle alors qu’elle s’empressait d’attraper le haut du jeune homme pour l’abaisser aussi sec.

« Ca va pas ? Tu veux attraper un rhume ou quoi ? Moi j’ai pas du tout envie que tu tombes malade parce que tu ne reviendras pas t’entraîner avec moi sinon ! Alors… Garde ton t-shirt comme ça et prends bien soin de toi ! Et… Encore désolée pour cette grosse marque… »

Emi n’avait absolument aucune expérience en amour. Le seul garçon qu’elle avait aimé n’avait jamais répondu à ses sentiments (et n’en avait même jamais eu vent), et malgré ses apparences de garçon manqué, la sportive était très fleur bleue. Elle voulait croire au prince charmant, elle voulait croire en cet amour qu’on ne pouvait ressentir que pour la bonne personne qui partagerait son quotidien jusqu’à la fin de ses jours. Et vu à quel point elle était novice, Emi était mal à l’aise avec tout ce qui touchait à une relation autre que de l’amitié entre un garçon et une fille. Voir une si grosse partie du corps de Shohei avait réussi à la mettre dans tous ses états, et la remarque de celui-ci concernant ses rougeurs ne fit qu’accentuer ces dernières. C’était presque tout juste si les oreilles d’Emi ne se mettait pas à fumer tellement son visage était en feu. Mais la sportive s’arrêta net dans ses respirations de femme enceinte pour reprendre une couleur normale quand elle entendit Shohei lui parler de manger. Elle passa alors par plusieurs émotions : la gêne de lui avoir fait aussi mal même si c’était sa faute au départ, la tristesse de devoir déjà arrêter de s’entraîner avec le jeune homme, puis la joie intense à l’idée de se remplir l’estomac. Cruel dilemme que voici ! Elle voulait continuer à jouer avec Shohei, mais est-ce qu’elle avait vraiment le droit de lui dire non alors qu’elle l’avait blessé ?

« Ça te fait mal à ce point ? Je crois qu’il y a une pharmacie dans le gymnase, on peut y aller si tu veux, histoire de mettre un peu de crème ou de froid sur la zone d’impact. Ça calmera peut-être un peu la douleur… Je suis un peu triste qu’on arrête déjà de s’entraîner, mais si je peux me faire pardonner de t’être rentrée dedans comme ça en te payant à manger, ça ne me gêne pas du tout, au contraire ! »

Ah… Naïve petite Emi… Il était si facile de profiter de sa gentillesse ! Et le pire, c’était qu’elle ne s’en rendait même pas compte. Sa naïveté sans faille lui attirait bien souvent des problèmes, mais la sportive n’arrivait pas à apprendre de ses erreurs. Foutu manie de toujours vouloir donner une deuxième, voire une troisième ou une quatrième chance aux gens sous prétexte qu’ils ne l’avaient pas fait exprès.

« Tu préfères quelque chose dans un distributeur de l’Académie ou plutôt en ville ? Et tu veux manger quoi d’ailleurs ? Je prendrais bien un bon chocolat chaud pour me réchauffer un peu moi ! »

Et voilà, Emi avait les yeux qui pétillaient rien qu’à l’idée de tenir une tasse bien chaude entre ses mains, de tremper ses lèvres dans sa boisson chocolatée et de sentir ce précieux breuvage réchauffer tout son corps. La demoiselle s’empressa de retourner à son sac pour y ranger toutes ses affaires, s’asseyant ensuite par terre sans aucune délicatesse afin de remettre ses baskets. Elle se redressa ensuite vivement, avec un grand sourire.

« On y va ? »

Emi était tellement peu féminine qu’elle n’avait même pas remarqué que sa tenue n’était pas vraiment des plus adéquates pour sortir en ville si c’était bien là que Shohei voulait aller. Enfin… Elle ne l’était même pas pour se balader en compagnie de quelqu’un dans les couloirs de l’Académie en y repensant… Emi ne s’en rendit même pas compte, alors que toute fille normale aurait sans doute eu la brillante idée de retourner à sa chambre pour se changer avant d’aller grignoter un petit quelque chose en compagnie d’un beau garçon. Mais Shohei ne semblait pas du tout s'en formaliser, prenant les devants pour se rendre en centre-ville, dans un fast-food. Bon, y'avait mieux pour un « rendez-vous », mais ils étaient simplement là pour discuter un peu, faire connaissance, et surtout... MANGER ! Ce n'était donc pas si grave et puis... cette première rencontre n'était que le commencement !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Campus :: Terrain de sport-