Viens semer la
DISCORD(E)



■ Que vous soyez un étudiant ou bien un habitant, votre place est ici ! Bienvenue à Hoshi ! ■
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Dim 17 Sep - 18:56
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Un album de Woodkid résonnait doucement dans un appartement miteux. Un homme de 34 ans, s’assit sur une chaise, ouvrit une canette avant d’allumer une cigarette. Il inspira profondément fermant doucement les yeux, avant de libérer la fumée et ouvrant par la même occasion à demi ses yeux d’un gris métallique dépourvu de la moindre émotion, mais qui semblait sonder une âme en quelques secondes. Les cheveux mouillés, et habillé d’un simple pantalon noir, et d’une serviette sur sa nuque. Le visage aminci dépourvu de la moindre trace d’humanité, laissait tout de même voir une beauté ténébreuse. Son torse parcouru de cicatrices laissait voir des muscles saillants, et travaillé.

Il profita de la musique le temps de finir sa cigarette, avant de l’écraser dans le cendrier. Il but une gorgée de bière, avant de jeter un coup d’oeil sur un dossier, comportant plusieurs fiches. Notamment celle d’un homme, avec sa femme et sa fille de 15 ans. Il resta regarder ce joli minois qui n’avait plus la vie devant elle. Adrian y avait brusquement mit fin.
Il ne connaissait rien de sa vie, mais il pouvait l’imaginer. Un petit-ami gentil et un peu timide, des amies qui l’accompagnait pour faire les magasins, ou un karaoké, un avenir prometteur en étant la fille d’un riche magnat de l’immobilier. Elle ne connaîtra pas les ruptures, les déceptions, les obstacles. Elle n’aura jamais de mari, ni d’enfant, ni d’espoir. Tout avait disparu dans le néant par une simple balle. Il revoyait son visage surpris, et cette peur qui s’était inscrit sur son visage lorsqu’elle avait compris qu’elle allait mourir. Mais, elle n’avait pas eu le temps de supplier.
Sa mère avait donné son dernier souffle de la même façon.
Et il avait attendu patiemment sur un fauteuil le retour d’Eiji Wada. Ce père de famille. Adrian ne savait pas ce qu’il avait fait. Mais il avait appris à ne pas poser de question. Il avait vu sa femme et son fluide vital qui avait quitté son corps sur les coussins du canapé. Il avait lentement remonter son regard pour voir Adrian, et s’était précipité à l’étage dans la chambre de sa fille pour y contempler aussi son corps inerte.
Adrian l’avait suivit tranquillement, maître des lieux et du temps, avant d’offrir le même sort à cet homme en pleurs priant simplement pour une mort rapide. Adrian avait exaucé son souhait. Et il était parti de la même façon qu’il était venu. Sans laisser la moindre trace.

Une sale affaire à ses yeux, mais ils n’étaient que des fiches. Un dossier classé. Rien de plus ou de moins. Il but une autre gorgée de bière, reposant les feuilles sur le bureau d’un air nonchalant. Ca faisait combien de temps qu’il faisait ça ? Environ 8 ans.
Il n’avait pas le moindre souvenir des années antérieures à celles-ci. Simplement cette souffrance, lorsqu’il avait lutté, incapable de se plier à l’autorité. La mafia avait fait en sorte qu’il ne devienne qu’une machine à tuer, et il avait beau avoir lutté au début, tout finissait par s’estomper pour finir dans le néant. Rien d’autres ne flottait que cette idée de se soustraire à ces mains qui avaient déjà arraché votre âme. Adrian avait enfouit profondément ses sentiments, oubliant jusqu’à son véritable nom.
Il n’avait plus aucune importance. Sa famille non plus, s’il en avait une. Il faisait simplement ce qu’il avait à faire pour éviter de se retrouver dans les ténèbres. Appréciant son travail lorsqu’il y avait une personne à traquer et qui suppliait de lui laisser la vie sauve. Il suivait les ordres sans poser de questions, ne réfléchissant que pour faire des plans et les mettre à exécution. Il était excellent et ça lui convenait. Adrian ne faisait pas plus, ne cherchait pas plus.

Une nouvelle gorgée de bière, alors que son portable se mettait à sonner. Il regarda le numéro inconnu avant de décrocher. Une voix monotone à l’autre bout du fil.

-C’est fait ?

-Oui.
-Pas de problème ?
-Aucun.
-Je t’envois la photo de l’enquêteur. Fais gaffe. J’espère que t’as pas laissé de trace.

Adrian afficha un sourire amusé. Aucune marque ADN. Le travail était propre. Seul le sang laisserait une trace sur les coussins.

-Aucune.
-Très bien. T’auras la suite plus tard.
-Très bien.

Il raccrocha, avant d’allumer une autre cigarette. Aucune trace. Mais une signature, bien malgré lui. Son mode opératoire était le même que les autres, les voisins n’auront rien entendu, les balles n’auront aucun numéros de séries. Ils ne pourront que deviner qu’il avait utiliser un desert eagle avec un silencieux. Comme pour les autres crimes.
Adrian regarda son ordinateur en voyant qu’il avait reçu les informations qu’on lui avait promis. Il observa la photo, attentif à chaque détail. Un jeune inspecteur. A peu près son âge. Blond. Kim Chae-Young. Sans savoir pourquoi, il sentit un malaise le prendre. Être responsable de cette affaire à son âge devait signifier qu’il était doué. Plus intelligent que les autres qu’il avait eu aux États-Unis, peut-être. Il avait tout intérêt à faire attention, même s’il avait peu de chance de trouver qui il était. Il n’avait pas de papiers, pas de véritable nom, pas de compte en banque, il vivait dans un hôtel et avait donné un faux nom.
Tout était faux, rien n’était vrai. Lui-même ne connaissait pas la vérité. Cet inspecteur allait devoir chercher très loin pour savoir qui il était. Beaucoup plus loin que lui. Néanmoins, il n’aurait peut être pas dû être aussi imprudent qu’il l’avait été en montrant un bout de son visage à la caméra de ses dernières victimes. Un simple sourire insolent, avant de lever un peu la tête pour montrer son visage sous sa casquette. Impossible de voir le visage entier. Mais suffisant que voir qu’Adrian leur lançait un défi.

Il s’ennuyait. Le frisson n’était plus là. Sa vie n’était pas vraiment une vie. Et qu’est ce qu’il avait à perdre ? Il n’avait déjà rien. Enfin, il avait sa vie. Si la mafia apprennait son petit jeu, sans doute qu’il ne verrait plus la lumière jour avant très long moment… Enfin, si ça arrivait, autant se faire tuer par l’homme qui le cherchait. Il le regarda une dernière fois avant de fermer la fênetre de son ordinateur, et se leva pour observer les badauds cherchant à se protéger de la pluie, priant pour que Kim Chae-Young soit à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 23:55
Kim Chae Young
C • Formation Ambulancier
avatar


:
C • Formation Ambulancier
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


- Papaaa !

Soo Hyun courut vers son père et lui sauta dans les bras. Kim le porta en mimant avoir des difficultés à le soulever.

- Oooh mais qu'il est fort ce petit bonhomme !

Il le serra fort dans ses bras pour l'éternel câlin du matin avant de le reposer sur le sol pour le laisser gambader dans la maison. Il s'approcha de sa femme, Kae pour l'embrasser tendrement dans le cou. L'odeur des croissant chauds vint l'envelopper doucement mais il n'avait - encore une fois - pas le temps de se poser tranquillement avec elle à table pour petit déjeuner en famille. Elle avait eut du mal à s'y faire au début et puis elle avait finit par accepter d'avoir choisi d'épouser un policier de la criminelle. Il y'avait des hauts et des bas mais au moins l'amour était présent.
Il chopa son café posé sur le comptoir et envoya des bisous aux deux avant de claquer la porte dans un "A ce soir" devenu tellement routinier qu'il regretterait sûrement très amèrement ses mots si jamais un jour il ne rentrait pas. Il monta dans sa voiture et son téléphone sonna aussitôt. Il décrocha, désormais dans le rôle de l'inspecteur en chef et plus dans celui du père de famille.

- Chef, on a 3 corps sur les bras.
- L'adresse ?
- 43 haijuu, quartier Suwan.
- J'arrive dans 20mn.

Il se dégoûtait chaque jour un peu plus lui-même de n'être même plus étonné d'entendre de nouvelles morts au téléphone. La pile de dossiers à résoudre devenait toujours un peu plus grosse et il avait préféré se créer un fort bouclier intérieur pour s'empêcher de penser à l'être humain qui gisait devant lui mais uniquement à une énigme à résoudre. Des mois de cauchemars et de cachets pour éviter de sombrer avaient eut raison de son humanité. Il agissait désormais comme un robot lorsqu'il se retrouvait confronté à l'horreur et il n'avait jamais prit de meilleure décision.
Il gara sa voiture devant la bande jaune, les experts semblaient avoir déjà envahi le terrain. Il n’empiéterait pas sur le travail, il voulait juste savoir ce qui s'était passé. Son adjoint le lieutenant Woo s'avança vers lui pour lui faire le topo pendant qu'ils entraient dans la maison magnifique qui venait de perdre plus du double de sa valeur à cause de cette tragédie.

- 3 corps. Les parents et la fille. La mère a été assassinée d'une seule balle en pleine tête sur le canapé du salon.

Kim s'arrêta pour contempler le spectacle morbide. Le sang avait giclé partout autour du corps. Elle semblait avoir un regard tétanisé et horrifié. Elle n'avait pas été battue, ni attachée, ni torturée, en tout cas pas physiquement. Elle était assise sur le canapé, la main droite serrée sur le petit coussin autrefois blanc qui était désormais maculé de sang. Ça avait presque quelque chose d'artistique.

- On est chez qui ?
- Eiji Wada, patron de Wada Constructions. Un ponte dans l'immobilier.
- Ouais, ok. Sa femme je suppose.
- Ouais, et les 2 autres sont à l'étage.

Ils montèrent à l'étage, il n'y avait pas de sang sur les murs, et quasiment rien n'était cassé dans la maison comme si tout s'était passé de façon calme et propre. C'était une exécution par un tueur pro ? L'esprit de Kim fonctionnait déjà à plein régime.
Il entra dans la chambre de la gamine et sentit son coeur se soulever quand il vit son corps, étendu là, dans une position qui lui retirait toute vie, son père auprès d'elle. Il s'en voudrait sûrement pendant toute sa 2ième vie d'avoir joué avec les mauvaises personnes.

- Une balle dans la tête là aussi. Rien d'autre.
- On a trouvé les balles ? Des empreintes ?
- Les experts n'ont encore rien trouvé.
- ... je vois. C'est une belle maison, ils étaient riches, il doit y avoir un système de caméra de surveillance, je veux les enregistrements dès que possible.
- Ok.

Kim sortit de la maison et regarda autour de lui. Un petit groupe de personnes s'étaient accumulées, des curieux qui voyaient là l'occasion d'avoir quelque chose à raconter à leur prochain repas de famille. Ils ne leur en voulait pas, il aurait fait pareil et puis au final ils étaient sûrement heureux ensuite de rentrer chez eux et de retrouver leur petite vie ordinaire avant d'être complètement obsédés par le fait qu'un de leur voisin s'est fait assassiner à quelques mètres d'eux sans que personne n'entende rien, ni ne vois rien. Il ignorait encore si c'était le cas mais vu la propreté des morts, il doutait fortement que le tueur se soit assis sur la pelouse pour faire un selfie en attendant qu'un voisin lui fasse un signe de tête.
Il remonta dans sa voiture et partit au poste de police pour retrouver son bureau et l'atmosphère lourde et inquiétante qui s'y trouvait. Ça faisait que quelques mois qu'il était passé inspecteur en chef parce qu'il avait résolu une grosse affaire d'une tueur en série un peu plus tôt, et qu'il avait littéralement campé ici pour le choper. Paradoxalement, il faisait tout ce qu'il pouvait pour protéger sa famille de ces horreurs et en faisant ça il la perdait petit à petit parce qu'il n'était pas assez présent pour eux, tout ça était particulièrement difficile.

Cette nouvelle affaire avait piqué sa curiosité mais il en avait une autre sur les bras déjà. Une affaire que ses confrères aux USA venaient de lui refiler parce qu'ils étaient persuadés que le tueur était désormais au Japon. Il venait tout juste de recevoir toutes les informations et il n'avait pas encore eut le temps de tout regarder. Il savait juste que les meurtres étaient propres, que ça manquait cruellement d'indices sur les scènes de crime et il y'avait une seule vidéosurveillance qui pouvait leur indiquer un début de suspect. Kim cliqua dessus pour la visionner.
Son coeur manqua un battement. Il mit pause et frotta son visage de ses mains. Il devait sûrement être fatigué parce que l'espace d'une seconde il avait cru reconnaître Ethan, mais c'était pas possible. Totalement impossible.

Il se recula sur son siège. Ethan... Où est-ce qu'il pouvait bien être aujourd'hui... Ce jour où Kim avait découvert ce petit bout de papier, griffonné à la hâte, il n'avait pas été surpris mais jamais il n'aurait pensé qu'il se passerait au moins 8 ans avant qu'il ait des nouvelles de son meilleur ami. Il s'était fortement inquiété pour lui au début et Kaena avait très mal vécu la disparition de son frère et puis la vie avait continué sa route et Kim avait fait ce qu'il avait à faire tout en gardant une pensée pour son ami, profondément dans son cœur et en espérant que tout allait bien pour lui. Il était persuadé qu'ils allaient finir par se retrouver un jour et il attendait ce moment. Il était impatient de lui montrer qu'il était devenu inspecteur en chef, Ethan serait sûrement fier de lui et malgré ses 33 ans, Kim se sentirait très touché.
Pourvu qu'il revienne un jour ...
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Sep - 13:05
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Il était bien loin de son précédent logement. Il regardait le paysage du haut d’une tour luxueuse, dans un fauteuil confortable, un whisky à la main, le regard dans le vide. Un peu plus loin dans un lit de soie, des cheveux longs et sombres se posaient délicatement sur un oreiller, et laissait entrevoir un cou long et gracile dont le pouls régulier et lent indiquait un sommeil profond.

Adrian regarda la demoiselle quelques instants. Ce n’était pas une aventure d’un soir, ni de plusieurs, et encore moins une amante. Elle était aussi prisonnière que lui, mais ils ne pouvaient pas s’allier pour briser leurs chaînes. Seulement oublier pour un soir en croquant dans la pomme.

Il soupira profondément, oubliant cette idée et se concentrant sur le monde réel. Il regarda le dossier  de Kim Chae Young. Il avait appris qu’il avait un fils et une femme. Rien d’anormal si ce n’était ce profond malaise qui avait enserré son coeur lorsqu’il avait vu leur photo. Il ne voulait pas les toucher. Bien heureusement, il n’en avait pas encore reçu l’ordre. Mais ça ne saurait tarder si cet inspecteur continuait sur sa voie.
Heureusement, il avait réussi à faire passer le message. Une simple photo d’eux, sans aucun message. Sans doute parce que quoiqu’il aurait écrit, cela aurait été perçu comme une menace : « protégez-les », « faites attention », « Ils sont surveillés ». Maintenant, il espérait seulement que leur surveillance ne laisserait aucune faille. Il ne voulait pas s’y engouffrer.

Enfin, si l’image ne s’était pas envolée avec le vent. Au dernier assassinat, il avait dû jouer les snipers, au haut d’une tour, en face du siège social d’un transporteur de matériaux lourds. Sa protection avait été trop rapprochée pour faire comme le premier. Sans doute que Yoshida connaissait Wada pour avoir été autant sur ses gardes. Il n’en avait pas la moindre idée. La seule chose qu’il savait c’était qu’il était célibataire, et qu’il avait eu un emploi de temps de ministre. Ce qui lui avait grandement facilité la tâche. Les Japonais respectaient scrupuleusement leur planning, il était donc facile de prévoir leurs déplacements.

Adrian n’avait pas loupé sa cible. Directement dans la tête, avant de s’envoler, laissant l’arme sur place pour ne pas éveiller l’attention une fois au milieu de la foule. Il avait coincé la photo, juste en dessous. Impossible de la louper… n’est-ce pas ?

Il entendit un mouvement, et ses yeux se posèrent sur la demoiselle qui était en train de se réveiller. Elle se leva, avec un sourire charmeur aux lèvres, ce qui tira un sourire amusé Adrian. Elle passa ses bras autour de cou, posant sa tête sur son épaule, regardant une photo de Kim posée sur la table. Adrian leva les yeux vers celui de la demoiselle dont il n’avait même pas pris la peine de retenir le nom. Il était concentré, vif, intelligent… Il y voyait encore de la vie.

-Bel homme.

Adrian ne répondit pas, mais un sourire se dessina sur ses lèvres, se doutant que le cerveau de la demoiselle avait autre chose en tête.

-Qui est-ce ?
-Une personne que tu n’as pas besoin de connaître.

Il se doutait qu’elle n’était pas dans cette situation pour faire seulement plaisir aux hommes. Mais il n’était pas certain, alors il préférait en dévoiler le moins possible pour éviter de la mettre dans une situation délicate.

-Retourne te coucher, t’avais l’air fatigué.
-Tu dois être le client le plus sympa que j’ai connu.

Elle lui adressa un sourire artificiel, qui ne fit ni chaud ni froid à Adrian. Il se demandait seulement si elle disait ça à tous ses clients. Il n’avait rien fait de particulier. Et puis, elle la vit hésiter, alors qu’elle regardait en le sondant.

-Je peux commander à manger ?
-Pas de trucs trop cher.

Adrian ne payait rien. Cet hôtel appartenait à l’organisation. Il aurait été préférable d’éviter cette situation pour ne pas les relier, mais c’était aussi l’endroit le plus sûr de la ville étant donné les circonstances.
Alors, elle pouvait faire ce qu’elle voulait, tant que ça n’attirait pas trop l’intention. Qu’il ne soit pas convoqué avoir fait preuve de laxisme.
Il ferma le dossier de Kim Chae Young. Son objectif était rempli pour ce soir. C’était désormais le travail de la demoiselle de faire passer le message. Elle avait vu son visage, connaissait son nom, et il avait laissé entrevoir le nom de Kazuki Abe. Certes, il avait été discret, mais si elle savait faire son travail, elle l’avait vu.

Il prit son paquet de cigarettes et en alluma une, se remettant à regarder la ville d’Hoshi no Mûsu. Quelque part, une petite lumière était allumée et dévoilait des informations sur sa personne, et un homme blond travaillait à sa capture. Il avait un peu de mal à y croire, mais il savait que c’était vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov - 14:43
Kim Chae Young
C • Formation Ambulancier
avatar


:
C • Formation Ambulancier
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


- Alors ? Qu'est-ce que t'as trouvé sur Wada ?

Kim était assis dans le fauteuil confortable de son bureau, une cigarette entre les dents, les sourcils froncés. Son adjoint, Woo lui faisait face.

- Un truc intéressant ! Apparemment, il a construit des logements dans le quartier Suwan qui n'étaient pas aux normes et qu'il avait un procès au cul qui aurait pu faire couler toute sa réputation et sa société. Je ne sais pas où ça en était mais y'a eu abandon des poursuites il y'a plusieurs semaines. J'sais pas ce que t'en penses mais ...
- Ça sent le pot de vin tout ça. Pff, tu paries que la mafia a son nez là-dedans ?

Kim recula dans son fauteuil, ça allait rendre les choses encore plus compliquées.
Les recherches et les interrogatoires furent poursuivis pendant les deux semaines suivantes pour essayer de trouver les causes et les liens des différentes protagonistes mais Kim avait l'impression de pédaler dans la semoule. Les journées étaient très longues et pourtant rien ne semblait avancer comme il l'aurait souhaité.

Assis à son bureau, il venait de recevoir l'enregistrement de la vidéo surveillance de Wada. L'administration avait prit son temps malgré le côté urgent de la demande. Il cliqua sur la vidéo pour essayer d'y trouver de nouveaux indices. Il vit l'homme entrer chez les Wada et assassiner la femme, froidement, sans paniquer, un véritable professionnel à n'en pas douter.
Son visage fut mit à découvert quand il monta à l'étage. Kim mit pause en se redressant de son fauteuil.

- Putain ! C'est pas possible !

Ce visage, il avait changé mais il l'aurait reconnu entre milles. Ethan. Kim se frotta les yeux, les joues, le menton, mettant le bordel dans ses cheveux, il n'arrivait pas à croire ce qu'il voyait. Ethan son meilleur ami, devenu un tueur au sang froid pour le compte de la mafia ?? C'était un mauvais film d'horreur.
A ce moment-là, Woo entra dans son bureau, en catastrophe. Kim éteignit l'écran de son ordinateur, il ne pouvait pas laisser ça à la portée de n'importe qui, il avait besoin de comprendre comment tout ça avait pu arriver.

- Grouille, y'a eu un autre corps !
- Merde, fais chier.

Ils mirent peu de temps à arriver sur place et furent aussitôt fusillés par les journalistes. Les flash cramèrent leurs yeux mais Kim ne les voyait même plus. Tout allait au ralenti dans sa tête. Il revoyait encore le sourire d'Ethan si opposé au visage impassible et froid qu'il y'avait sur cette vidéo criminelle. Woo lui avait fait le topo sur le nouveau cadavre mais Kim n'avait écouté que d'une oreille se demandant à côté de ça si c'était encore Ethan qui avait ôté la vie à cette nouvelle victime. Comment peux-tu refroidir des gens sans éprouver de dégoût, de malaise, ou d'horreur... Et cette enfant ...
Kim sentit qu'il allait défaillir alors arrêta d'y penser et se concentra sur cette nouvelle affaire. Le corps d'un certain Yoshida qui avait été abattue d'une balle en pleine tête là aussi mais pas à bout portant cette fois-ci. Kim laissa Woo s'occuper des détails importants, il connaissait son boulot et lui faisait totalement confiance. Lui il fut prit à part par un autre officier qui lui indiqua qu'ils avaient trouvé l'arme du crime. Première nouvelle...

- Il y'a autre chose. Préparez-vous.

Kim ne savait pas comment il devait prendre cette remarque, mais il s'attendait au pire. Il monta en haut du building d'en face et trouva le repère temporaire du tueur. L'arme était là, posée sur le sol et effectivement il y'avait autre chose de posé en-dessous. Kim s'approcha et puis se stoppa. Il mit la main sur sa bouche et demanda à tout le monde de sortir. Il n'avait pas envie que ses collègues voit sa faiblesse. Il se mit à genoux et récupéra la photo de Kaena et de son fils. Un drôle de sentiment s'empara de lui. Il était partagé entre la peur, la rage et la détresse. D'un coup il avait brutalement envie de faire marche arrière et de tout laisser tomber pour protéger sa famille.

Il sortit de l'immeuble en furie et fut tenté d'appeler Kaena pour lui dire de foutre le camp mais ... il devrait aussi lui expliquer tout ce qu'il avait comprit... Il posa les mains à plat sur le capot de sa voiture, en pestant contre cette situation.

- Un problème Kim ?
- Met Kaena et mon fils sous étroite surveillance. Ce connard joue avec nous, et s'il me menace c'est parce qu'il a peur pour son petit cul. Il m'aura pas comme ça. J'veux coincer ce salaud !

Sur le coup, Kim oublia qu'il parlait d'Ethan. Il ne pensait plus qu'à sa famille et il était fou de rage. Il retourna au bureau, avec la ferme intention de découvrir ce bordel. Il fut aussitôt convoqué par son patron. L'entrevue fut courte mais désagréable pour lui. L'homme dont la position avait aussi une dimension politique était sous pression et son seul moyen d'exulter était de faire de même avec Kim. Les reproches volèrent, en listant les cadavres qui s'accumulaient à l'inverse des preuves pour stopper ce malade. Son patron lui reprocha de pas faire le nécessaire pour trouver le coupable. Ce fut à ce moment là que Kim posa la photo de sa femme sur le bureau.

- J'viens de trouver ça sur la dernière scène de crime, alors ne remettez plus jamais ma motivation en question. J'vais le coincer !

La réaction fut sans appel. Des patrouilles furent envoyées près de sa maison et le branle-bas de combat fut déclaré dans le poste pour coincer cet enflure qui leur menait la vie dure et leur faisait perdre toute crédibilité.
En sortant de là, Kim reçut un appel de Krystal, son indic. Il décrocha. Elle voulait le voir, l'informant qu'elle avait vu sa photo avec un de ses clients et qu'elle avait peur pour sa vie. Kim fut intrigué et prit en photo la tête d'Ethan sur la vidéo surveillance avant d'aller rejoindre Krystal dans un café en centre ville.

- Ecoute, il ne m'a rien dit, mais tu étais en photo dans son dossier.
- C'est qui ce client ?
- Je ne sais rien de lui, il parle très peu.
- Est-ce que c'est lui ? demanda Kim en montrant la photo d'Ethan chez Wada.
- Oui c'est lui.
- Vous étiez où ??

Kim s'engouffra dans l'hôtel en demandant au gérant de lui montrer le chambre où était Ethan le soir précédent. Mais il ne trouva rien d'intéressant, le ménage avait été fait et visiblement Ethan était assez méticuleux pour ne laisser que les indices qu'il pouvait contrôler.
Kim rentra chez lui ce soir là, totalement incapable de tout avouer à Kaena. La voir, là, dans la cuisine, en train de préparer un bon repas lui brisa le cœur. Cette tranquillité, lui il l'avait perdu. Elle lui demanda pourquoi des policiers squattaient devant chez eux. Kim la rassura comme il put en prétendant que c'était par simple précaution mais il se savait pas convaincant quand il cachait une partie de la vérité.
La nuit fut perturbée et perturbante. Kim se réveilla en sursaut et en sueur en ayant rêvé qu'Ethan déboulait chez lui pour tuer sa femme et son fils. Bon dieu, as-tu oublié que c'est aussi ta famille ??

Il sortait à peine de la maison quand il reçut un nouvel appel. C'était encore Krystal.

- Excuse-moi Kim, j'ai oublié un truc. Quand j'étais avec lui, j'ai vu un autre nom sur un dossier sous le tien... C'était écrit Kazuki Abe. Je sais pas si c'est important.
- Merci Krystal.

Il raccrocha et téléphona aussitôt à Woo pour avoir l'adresse de cet homme. Il lui demanda d'en parler à personne et de lui faire confiance. Il était persuadé que c'était le nom de sa prochaine victime mais il ne voulait pas envoyer toute la smala sirène hurlante pour lui régler son compte, il avait besoin de comprendre, de le voir, de réaliser complètement cette situation loufoque et sordide.
Lorsque Woo lui donna l'adresse, Kim sentit son cœur prendre une grande inspiration d'adrénaline. Quelque chose allait changer aujourd'hui. Il prit la route, à la fois fou et paniqué que calme et déterminé. Il mit une petite demi-heure à arriver chez l'homme. Le jour était levé, pas de lumière, pas de bruit. Kim approcha de la maison. La porte était entrebâillée, il sortit son arme et entra silencieusement. Il s'en foutait un peu de savoir si la personne était déjà morte ou pas, au fond de lui il savait que c'était des pourris qui avaient passé l'arme à gauche, il était là pour lui, juste pour lui.

Il pénétra dans le salon et entendit des murmures qui provenaient du bureau. Une lumière était allumée. Kim s'en approcha, et jeta un coup d'oeil par la porte ouverte, il était là. Kim ne perdit pas de temps. Il se posta derrière Ethan qui lui tournait le dos et pointa son arme sur lui.

- Stop, fais pas ça Ethan. Lâche ton arme.

Malgré l'assurance dans sa voix, Kim se sentait fébrile. Il n'avait pas vu Ethan depuis plus de 8 ans et les retrouvailles étaient loin d'être celles qu'il avait attendu. Il avait prit des risques en venant seul... il n'avait pas envie de mourir, et les tremblements dans ses doigts qui serraient la crosse de son arme n'étaient sûrement pas perceptibles que par lui...
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan - 19:18
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Il avait méticuleusement étudié sa prochaine cible. Il devait avouer qu’il y avait bien une chose qu’il aimait dans ce travail : c’était de trouver les faiblesses de chaque situation, il aimait contrôler parfaitement son environnement. Peut-être parce qu’il n’avait aucun maîtrise sur sa vie. Adrian ne savait pas ce qu’il ferait demain, ni où il allait dormir. Il ne gérait absolument rien. Alors, s’il pouvait décider d’une chose, il prenait.
Il entra discrètement dans la maison sans faire de bruit. Il savait où était sa cible. Dans son bureau, travaillant sans doute. Il monta silencieusement les escaliers, guettant le moindre bruit suspect, se demandant vaguement si une surprise l’attendait.
Il avait donné suffisamment d’indices à cet inspecteur, non ? Il voulait que ça s’arrête. Ou peut-être pas. Cette perspective l’effrayait. Il tomberait encore dans une tourmente dont il n’aurait aucune emprise. Et puis… Il était coupable. Il ne pouvait décemment pas s’en sortir, n’est ce pas ?

Il inspira profondément, il ne devait compter sur rien d’autre que sur lui-même. Pourquoi est-ce qu’il cherchait un échappatoire maintenant ? Il avait vécu ainsi pendant des années, il n’y avait pas de raison que ça change. Il devait juste faire son travail, et repartir, boire un verre de Gin, avant de s’endormir. Comme d’habitude.

Il entra dans la pièce et pointa rapidement son arme sur sa futur victime. Il le vit rester interdit pendant quelques secondes avant de paniquer, comprenant vite la situation sans Adrian n’ait rien à dire. Il ne disait jamais rien. Il ne savait jamais pourquoi il faisait ça. Kazuki Abe vint rapidement à ses pieds pour le supplier de le laisser en vie. Est-ce qu’il croyait vraiment que ça marcherait ? Il resta imperturbable, tous ses sens aux aguets, même s’il n’entendait pas grand-chose à cause de sa cible.

Il aurait peut-être dû le faire taire, finalement…

C’était arrivé rapidement, et la situation avait complètement changé en un battement de cils. Qu’est-ce que cet intrus faisait là ? Pourquoi il n’avait rien entendu ? Aucune sirène, aucun pas lourd ni nombreux, ni précis. Il s’était faufilé dans l’ombre de la nuit. Non, ce n’était pas le problème. Comment est-ce qu’il venait de l’appeler ?

Ethan… Non ?

Cela lui rappelait vaguement quelque chose. Mais impossible de savoir d’où cela venait. Pourquoi lui donnait il ce nom ? Est-ce qu’il l’avait dit au hasard, parce qu’il avait découvert qu’il avait perdu la mémoire ? Impossible. Il lui lança un coup d’oeil, bougeant légèrement la tête, sans faire d’autre mouvement, son arme toujours pointée sur son contrat.
Il vit cet inspecteur, il vit sa main trembler légèrement. Il semblait sincère. Mais c’était impossible. Comment pouvait-il vraiment connaître son véritable prénom alors qu’il l’ignorait lui-même ?
Et pourquoi était-il venu seul ? Est-ce qu’il était vraiment venu seul ? Est-ce qu’ils étaient venus sans faire de bruit pour éviter qu’il n’abatte cet homme trop vite et le reste des policiers étaient dehors à l’attendre ? Qu’est-ce qui était le plus probable ? Rien ne semblait tourner rond. Il n’y avait rien de logique. Absolument rien. Pourquoi ce n’était pas logique ?

Il l’avait appelé Ethan.

Pourquoi il l’avait appelé ainsi ? Est-ce qu’il s’était trompé et s’attendait à quelqu’un d’autre ? Non. Cet inspecteur était sûr qu’il ne s’était pas trompé. Il n’y avait aucune surprise sur son visage. Alors pourquoi ?
Non, ça devait être la dernière chose à laquelle il devait réfléchir. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Il pouvait peut-être ouvrir une porte jusqu’ici fermée. Il devait l’ouvrir. Non, il devait la laisser verrouillée.
Est-ce qu’il était en train de paniquer ? Ca faisait longtemps que ça n’était pas arrivé. Mais, il ne savait pas quoi faire. Contrairement à ce policier, il ne tremblait pas. Il était tétanisé. Il était perdu… Ses muscles étaient raides au point qu’il avait l’impression que ses os allaient se briser s’il bougeait le petit doigt. Rien n’était sensé. Il ne pouvait pas le connaître. Il ne pouvait pas être venu seul. Il ne pouvait pas cogner d’un coup à cette porte fermée à clé, comme si de rien n’était.

« Kim Chae Young, fais attention à lui ».

Il se souvint brièvement de cette phrase. On lui avait dit de se méfier, mais personne ne lui avait dit qu’il défiait toute logique. Pourquoi l’avait-il appelé ainsi ? Est-ce qu’il était seul ? La situation lui glissait entre les doigts. Il ne le voulait pas. Il devait reprendre le contrôle.

Comment ?

Il devait réfléchir. Néanmoins le prénom qu’il avait prononcé tournait en rond dans sa tête. D’où est-ce que ça venait ? S’était-il trompé de personne ? Ou peut-être pas ? Ce n’était pas le moment. Il pouvait chercher après, il se l’était déjà dit. Il devait partir. Mais… est-ce qu’il était seul ?

Oui, il l’était. Il le vit sortir son portable, sans doute pour appeler du renfort. C’était le moment de partir. De s’enfuir. Cet idiot était distrait. Il n’y avait que lui sur son chemin. Il baissa son arme, prêt à se jeter sur cet inspecteur. Adrian était bien plus massif que lui. Il savait se battre. Il n’aurait aucun mal à l’avoir.

Pourtant…

Il entendit un bruit le rendant sourd pendant quelques secondes et sentit une douleur fulgurante à la cuisse. Il était blessée. Mais ce n’était pas la première fois, ni la dernière sans doute. Et il était si proche de pouvoir s’enfuir. De pouvoir réfléchir à cette situation complètement surréaliste.

Il réussit à lui asséner un coup de poing violent, et il le vit se reculer de quelques pas. Parfait il semblait suffisamment assommer, il devait vite décamper. Adrian était proche de la sortie, mais il senti sa tête rencontrer violemment la porte, le laissant à moitié étourdit et lui faisant lâcher son arme, avant de se prendre un autre coup à la mâchoire, alors qu’il venait de se retourner.

Le connard. Il lui lança un regard noir, masquant à peine son envie de meurtre. Pourquoi rien ne se passait comme prévu ?

Il lui donna un coup de pied retourné au niveau de l’estomac, avant de s’approcher attrapant la tête de l’inspecteur pour lui faire rencontrer son genou avec force, et il était prêt à le faire une deuxième fois, malheureusement il sentit une souffrance aiguë au niveau de sa blessure le faisant grogner de douleur et il le lâcha se reculant aussitôt. Il aurait dû partir depuis longtemps… mais il ne pourrait pas aller bien loin avec sa blessure et ce flic à ses trousses.

La situation lui échappait de plus en plus…

Adrian devait en finir rapidement. Heureusement qu’il avait une haute tolérance à la douleur, mais il devait éviter d’utiliser ses jambes, sinon ça serait bien trop compliqué par la suite. Même si c’était dans le bas du corps que l’ont avait le plus de force et qu’il se débarrasserait bien plus rapidement de cette sangsue. Il prit une profonde inspiration, avant de se lancer de nouveau contre lui, prenant son bras pour le faire basculer au dessus de lui et de le mettre à terre, néanmoins, cela lui demanda plus de force dans les jambes qu’il ne l’aurait cru, et il vacilla un peu à cause de sa cuisse blessée, pourtant, Kim Chae Young ne semblait pas vouloir abandonner, puisqu’il lui donna un coup de pied violent aux chevilles le faisant tomber par terre lui aussi, et sa tête rencontra le sol d’une manière abrupte le sonnant à moitié, l’autre moitié vint du coup de poing qui arriva juste après.

Putain.

Et il vit une arme. Il ne savait pas laquelle, sa vue était brouillée par la douleur qui l’assaillait de plus en plus. L’adrénaline faisait de moins en moins d’effet. Ce n’était absolument pas le moment. Il devait juste tenir un peu, et il pourrait partir. Il tendit la main rapidement vers le revolver. Trop tard, un coup de pied ou de main – ça avait été tellement rapide qu’il n’avait pas eu le temps de le distinguer – de ce flic et elle était hors de portée. Il sentit son sang se glacer.

Merde.

Il était foutu. Il arrêta de tendre la main, et n’essaya pas de se relever, il n’avait plus de force. Il s’était trop appuyé sur sa blessure. Il transpirait sous l’effort. Même s’il arrivait à s’enfuir maintenant, il ne pourrait pas aller bien loin. La situation lui avait définitivement échappée des mains. Il allait se passer quoi maintenant ? Il serait emprisonné, juger, serait déclaré coupable, et finirait sur la chaise.

Mais, il ne voulait pas mourir.

Pourquoi est-ce qu’il ne lui avait pas tiré dessus ? Parce que ce n’était pas un ordre, alors il n’y avait pas pensé. Et il sentit à quel point il était pathétique, le faisant rire nerveusement pendant quelques secondes. Cependant, il s’arrêta bien vite quand cet inspecteur le retourna sur le ventre. Adrian sentit son menton se cogner contre le sol, les manières inutilement fermes et impérieuses de cet inspecteur et il ne tarda pas à sentir le contact froid du métal autour de ses poignets. Ah, ça serait bien qu’il s’évanouisse pour de bon. Mais ce soir, rien ne se passait comme il le voulait, alors il resta éveillé bien que dans les vapes.

Il attendit un peu, quand sa vue devint moins trouble avant de chercher à se retourner lorsqu’il ne sentit plus le moindre poids sur lui. Et il le vit de dos, au téléphone. Il était fin, bien plus fin que lui. Néanmoins, il l’avait maîtrisé, et réussit à l’arrêter. Il cachait bien sa force. Il l’avait sous-estimé, et il se retrouvait dans cette situation.
Et cet homme l’avait appelé Ethan. Pourquoi ? Il n’était pas sûr de vouloir aller plus loin. Si c’était lui ? Qu’est-ce ce qu’il découvrirait ? La réponse lui faisait peur. Et si ce n’était pas lui ? Rien n’aurait bougé. Non, il ne voulait pas savoir.

Adrian réussit à s’asseoir, appuyant son dos contre le bureau, étendant sa jambe blessée en gémissant légèrement de douleur, et prenant de profondes inspirations, tout en regardant autour de lui. Où était sa cible ? Il n’y avait aucune trace de cet homme sauvé in extremis dans cette pièce. Est-ce qu’il se rendait compte qu’il avait eu une chance folle ? Sans doute que non. Un léger sourire incrédule naquit sur son visage. Il posa l’arrière de sa tête contre le bureau. Il avait vraiment mal, et il avait le goût du fer en bouche. Il ne l’avait vraiment pas loupé. Il espérait qu’il lui avait rendu la politesse.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Fév - 16:54
Kim Chae Young
C • Formation Ambulancier
avatar


:
C • Formation Ambulancier
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Les tremblements incessants de sa main qui tenait le revolver le rendait nerveux. Lui, il n'avait l'impression de voir que ça alors Ethan devait sûrement l'avoir remarqué aussi. Il était si hésitant et si perturbé de revoir Ethan là en face de lui qu'il avait complètement perdu les pédales en venant ici tout seul.
Il pouvait constater de ses yeux qu'Ethan était bien là physiquement, n'ayant rien perdu de sa carrure massive et musclée mais mentalement il semblait totalement différent. Le regard qu'il posait sur Kim était celui d'un homme froid, professionnel, sans aucune émotion ni aucune âme. Toute son attitude décrivait un tueur méticuleux qui ressemblait davantage à un robot qu'à un homme. Il n'était plus le Ethan qu'il avait connu et quand il réalisa ce détail dans toute son importance, Kim sut qu'il ferait mieux d'appeler des renforts, l'homme serait difficilement raisonnable et il n'était pas sûr d'avoir le dessus sur lui en cas de bagarre. Il détourna légèrement son attention pour se saisir de son portable pour appeler les renforts et ce fut suffisant au ninja sans âme pour se faufiler jusqu'à lui. Totalement surpris et déstabilisé, Kim n'eut qu'un seul réflexe, celui d'appuyer sur la gâchette, et heureusement pour Ethan qu'il n'avait pas l'arme dirigée vers sa tête sinon c'en était fini de lui. Il avait réussi à lui tirer dans la cuisse mais il aurait tiré dans le mur que ça n'aurait pas été différent parce que ça ne l'arrêta pas du tout.

Il reçu quelque secondes après le coup de feu, un coup de poing tellement violent qu'il sentit ses dents s'entrechoquer avant de s'enfoncer dans ses joues et il fut incapable de maintenir son équilibre. Ce fut le mur derrière lui qui se chargea de cette basse besogne. Kim avait bien envie de se laisser aller à s'évanouir comme une crêpe tellement la douleur résonnait dans sa mâchoire mais il n'était plus le coréen populaire et naïf d'avant, aujourd'hui lui et la violence ne faisait plus qu'un alors son esprit vengeur prit la relève et il lâcha toute sa colère et sa rancœur. Ethan ne s'en sortirait pas si facilement. Il fonça sur lui alors qu'il tentait de s'enfuir et lui plaqua la tête contre la porte. Kim ne retenait aucun de ses coups et il était persuadé qu'Ethan non plus. Serait-ce que l'un d'eux allait y laisser la vie ce soir ?
Il vit l'arme tomber à terre et il prit un peu plus confiance dans l'issue du combat. Il en profita pour retourner Ethan en lui chopant l'épaule et alors qu'il semblait sonné, il lui asséna un coup de poing en plein dans la mâchoire. Le choc fut brutal et Kim sentit ses doigts craquer sous l'impact. Le fait de frapper son ancien meilleur ami lui retournait l'estomac. Pourquoi en étaient-ils arrivés là tous les deux ? Kim n'avait jamais frappé Ethan, alors qu'il en aurait eut des raisons de le faire pendant toutes ces années où cet imbécile n'en faisait qu'à sa tête en faisant des choix qui semblait totalement dérisoires à Kim mais pourtant aucun d'eux n'aurait dû le conduire jusqu'ici.

Kim avait sûrement perdu de précieuses secondes en laissant son esprit vagabonder sur les conséquences de ses phalanges sur le menton de son meilleur ami et Ethan en profita pour reprendre le dessus. Comme s'il avait lu dans ses pensées, il lui envoya un coup de pied dans l'estomac et Kim en cracha parterre sous la douleur. S'il avait eut le temps de manger quelque chose ce matin, ce serait sûrement ressorti aussitôt. Il avait tellement mal qu'il fut incapable de se redresser et resta à se tenir le ventre pendant quelques secondes. Secondes qu'Ethan mit à profit pour lui exploser le nez avec son genou. L'inspecteur eut l'impression de voir son genou arriver au ralenti et de ressentir l'impact bien avant qu'il arrive. Il sentit l'arrête de son nez exploser sous le choc et l'onde de la douleur retenir jusqu'au fin fond de son crâne. Un cri s'échappa de sa gorge mais fut étouffé par le liquide chaud et infâme qui s'échappa de sa bouche.
Il ne sut pas trop comment il réussit à sortir de cette torpeur mais il eut l'instinct de se défendre pendant cette boucherie violente et pendant qu'Ethan prenait son pied à lui refaire le portrait, Kim chopa sa cuisse pour appuyer sur le trou qu'avait laissé la balle dans son sillon. Il appuya si fort qu'il crut qu'Ethan allait l'étrangler pour qu'il lâche prise mais il n'en fit rien et le lâcha.
Kim se redressa aussitôt, reculant pour se mettre hors de portée d'un autre coup qui lui ferait perdre le combat. Le sang giclait de son visage, s'étalant sur le sol et sur les murs autour d'eux, cette scène de crime était bien moins propre que toutes les autres. La folie s'emparait d'eux et Kim n'était vraiment pas sûr de pouvoir gagner ce combat.

Kim n'avait pas envie de mourir, et inconsciemment pendant l'acharnement qu'il mettait à tenter d'en finir malgré la douleur de son corps meurtri par les attaques puissantes de son adversaire, il songeait à sa petite famille, et c'est cette force là qui lui permettait d'être encore debout et de rendre les coups.
Leurs corps vacillants n'étaient plus tenus que par l'adrénaline et l'envie de vaincre alors l'attaque qui allait suivre serait sûrement la dernière, il suffisait de résister jusqu'au bout. Kim regarda Ethan dans les yeux, en tentant de lui faire comprendre de stopper le massacre tout de suite, ils ne devaient pas faire quelque chose qu'ils allaient regretter tous les deux, mais il ne reçu aucun retour de chaleur de la part de son ancien ami. Il le vit s'approcher de lui. A bout de souffle et de forces, Kim n'eut pas la force de résister, et il sentit Ethan le soulever par-dessus son corps pour le jeter à terre par effet de bascule. Le sol lui vrilla le dos, remettant ses vertèbres en place plus vite qu'une séance d'osthéopate.

C'était fini... tout allait s'arrêter comme ça ? Est-ce qu'Ethan allait le tuer ? Il n'arriverait plus à se relever, il n'en avait plus la force. Il se contenta de le regarder, il avait l'air de vouloir s'échapper. Kim ne pouvait pas se résoudre à le voir disparaître une nouvelle fois. Alors, dans un dernier effort, digne d'un dernier souffle de vie, il replia sa jambe droite pour la relâcher brutalement dans les chevilles d'Ethan et le faire tomber.
L'effet fut sans appel puisqu'il tomba comme une masse en se cognant la tête par terre. Visiblement, il était dans le même état que lui. Il tenta d'attraper l'arme de Kim qui était aussi tombée à terre pendant l'échange mais Kim se redressa et la dégagea aussitôt. Il avait presque envie de l'étrangler pour qu'il cesse enfin de se débattre. Il se contenta d'un dernier coup de poing, anéantissant définitivement ses phalanges meurtries par le premier coup et en puisant dans ses dernières forces, il le retourna sur le ventre pour le menotter.
Il prit de longues minutes pour retrouver son souffle et surtout son esprit averti.

Pendant que l'homme se rapprochait dangereusement d'un état comateux, Kim en profita pour sortir son téléphone et appeler les renforts pour de bon. Il ignorait comment il allait expliquer cette situation rocambolesque à sa hiérarchie et aussi ce qu'il allait advenir d'Ethan mais il devait assumer ses conneries maintenant et arrêter les frais. Une erreur serait pardonnée, pas deux.

Il dit à Abe de sortir de sa maison et d'attendre les flics qui allait arriver d'ici quelques minutes. Il ne se fit pas prier, et vu la tâche au sol sous ses pieds, il avait sûrement conscience qu'il avait échappé de peu à la mort. Si seulement ça l'aidait à se remettre sur le droit chemin mais Kim en doutait ... il se retourna. Ethan s'était redressé, sa force mentale était impressionnante, il n'était pas évanoui et Kim se rendit compte qu'il avait toujours été très fort physiquement et qu'il avait eut du bol de réussir à le mettre à terre. Le coup de feu était sûrement la raison de son abandon.

Kim se rapprocha de lui, boitant et grimaçant à chacun de ses pas. Les entraînements ne sont pas du tout assez poussés, il allait intensifier les séances de combat et de musculation pour faire face à ce genre de situation. La respiration quasiment coupée par le coup de pied qu'il avait prit dans le ventre, Kim se mit à genoux près de lui et il le fixa.
Les deux gaillards faisaient bien peur à voir. Kim avait le visage en sang, sa mâchoire était sûrement cassée et son arcade sourcilière s'était ouverte pendant la bagarre, sans compter ses côtes fêlées. Ethan était un peu plus beau à voir ou alors il portait mieux les coups, sa lèvre saignait et son nez aussi, sûrement pété contre la porte. Pour le reste, c'était surtout sa blessure à la cuisse qui l'handicapait. Kim déchira le bas de son t-shirt et s'adonna à faire un bandage autour de la cuisse d'Ethan. Ce serait con qu'il meurt maintenant qu'il l'avait enfin retrouvé.

Le regard flou et les temps en émoi, Kim se permit de tenter de lui poser les questions personnelles qu'il avait pour lui, il ne pourrait pas le faire pendant l'interrogatoire officiel alors il devait en profiter maintenant.

- Ethan, est-ce que tu sais qui je suis ? Tu me reconnais ?... Ethan, c'est moi Kim ! Kim Chae Young, on était ensemble à l'académie Chîse.

Il lui laissa le temps d'assimiler cette information. Il ne savait pas par quoi et par où était passé Ethan mais il était clair qu'il avait dû subir une sorte de lavage de cerveau parce que sinon il ne l'aurait pas attaqué, pas en sachant qui il était pour lui et aussi à qui il était marié.
Kim sentit son cœur rater un battement quand il pensa à Kaena, comment est-ce qu'elle pourrait supporter de savoir que son frère n'était plus, qu'il avait assassiné des tas de personne et qu'il allait finir sa vie en prison très haute sécurité sans qu'elle ne puisse jamais le revoir ni lui parler. Même lui, au fond de lui, sentait la rage bouillir au fond de son ventre.

- Bordel Ethan, qu'est-ce qui t'es arrivé ? T'es pas ce mec là merde !! T'es pas un tueur ! T'es un mec bien, tu as une sœur formidable avec qui je suis marié, et tu as un neveu putain ! Kaena, tu te souviens d'elle ?

Kim chopa les épaules d'Ethan pour le secouer, ce qui lui arracha aussi un soupir de douleur dans les côtes. Les renforts allaient pas tarder à arriver et peut-être que lui non plus ne le reverrait jamais. Il ne voulait pas laisser tomber son ami, même s'il était un tueur sanglant et qu'il avait essayé de ... non pas de le tuer, il voulait s'échapper. Est-ce qu'il se souvenait de lui ? Avait-il voulu l'épargner ?

- Pourquoi tu es parti, pourquoi tu m'as pas appelé quand tu avais besoin d'aide ? Je t'ai cherché pendant des mois. Qui es-tu ?

Cette dernière question était importante pour Kim. Il voulait savoir si Ethan était encore Ethan ou s'il devait carrément tirer un trait sur le souvenir de son ami... son meilleur ami, son frère, son confident, son modèle. Il s'en savait incapable mais le regard actuel qu'Ethan posait sur lui ne lui évoquait rien de l'époque où il le connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Mar - 19:15
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Il luttait. Luttait pour rester éveiller, refusant de sombrer dans l’inconscience, même si cela semblait mal parti. Il observa cet inspecteur revenir vers lui, avec la certitude qu’il allait le frapper une dernière fois pour le mettre à terre. Lui faire comprendre qu’il était plus fort que lui. Il en était sûr, aussi il resta le fixer, sans détourner le regard, avec un léger sourire amusé, tout de même satisfait des maux qu’il lui avait infligé.
Il montrait un peu d’intelligence en déchirant son t-shirt pour protéger ses jointures qui semblaient mal au point. Ou pas… Il fallut quelques secondes à Adrian pour se rendre compte que cet homme essayait simplement de limiter la perte de son sang, et non pour le frapper un peu plus. Il poussa un profond soupir, tentant de remonter sa jambe pour lui facilité la tâche, sans véritable succès. Mais Adrian se rendit compte qu’ils vivaient dans des mondes très différents, et il observa cet homme qui venait de l’arrêter. Ses traits assez durs, laissait penser une profonde gentillesse émoussée par les années, pliée par les impérities de la vie. Mais ça ne le rendait pas moins beau, cette étincelle de maturité le rendait plus charismatique, maitre de sa vie. Il l’enviait. Cet inspecteur savait où il allait, savait ce qu’il faisait. Si seulement, il pouvait arrêter de l’appeler par un nom qu’il ne connaissait pas, mais qui éveillait quelque chose…

-Non.

Il le remerciait mentalement de ne pas lui avoir fait dire qu’il n’était qu’une page blanche tachée de sang. Kim Chae Young semblait bien trop placer d’espoir en lui. Mais il commençait à comprendre pourquoi. Malheureusement, cela ne fit que battre davantage son coeur. Il n’avait rien entre les mains, et il lui plaçait en quelques secondes un monde : une sœur, un neveu, un beau-frère, alors qu’il avait toujours eu le sentiment de n’être le fils de personne, le frère de personne, l’ami de personne. C’était beaucoup trop pour son état lamentable, et il devait lutter de plus en plus contre l’inconscience, alors qu’il respirait difficilement. Cette situation était tellement surréaliste. Il était venu pour tuer une personne. Il avait été arrêté, mais se retrouvait à faire face à une possibilité d’un passé bien moins solitaire qu’il aurait cru.
Il ne savait pas où il avait le plus mal, si c’était à la tête ou à la jambe. Non à la tête, il grogna de douleur quand Kim le secoua, ayant l’impression qu’il le remuait dans tous les sens, alors qu’il sentait son corps aussi lourd qu’une pierre. Il avait la nausée, et se demandait s’il ne valait pas mieux de laisser porter par les bras de Morphée. Et pourtant… Il luttait quand même pour répondre à cet homme. Il voulait lui répondre. Même s’il ne savait pas pourquoi. Il se contenta de faire un petit non laborieux de la tête. Il ne connaissait pas cette Kaena.

Et il savait encore moins qui il était. Il afficha un sourire amusé quand le mot pathétique effleura son esprit. Mais est-ce que c’était vraiment important comme question ? N’était-il pas venu ici pour l’arrêter et trouver la raison de ses meurtres ?
Il sentait le désespoir de cet homme, et ça lui faisait mal au coeur. Alors qu’il avait fait un garrot à sa blessure, alors qu’il cherchait seulement des réponses sans avoir à le torturer, Adrian se sentait redevable. Il devait lui donner quelque chose. Même s’il n’avait pratiquement rien. Il y avait seulement cette chambre d’hôtel miteuse, sans finalement grandes informations. Seulement des plans minutieusement préparés, sans en connaître la raison. Néanmoins, c’était tout ce qu’il pouvait lui donner, et se contenta de lui donner l’adresse d’une voix lente et laborieuse.

-Rapidement, mais pas seul, cette fois.


Au cas où qu’il ait une nouvelle fois l’idée de se débrouiller sans personne pour lui couvrir les arrières. Adrian n’en doutait pas, dès qu’ils seront au courant ces gens videront sa chambre comme s’il n’avait jamais mis les pieds ici. Comme s’il n’avait jamais existé. Et cette idée s’évanouit dans les profondeurs des ténébres.

* *
*

Il avait mal partout. Absolument partout. Depuis combien de temps était-il là ? Il n’en avait pas la moindre idée. Il entendit un bruit de porte ne faisant que tendre ses muscles à son maximum, même s’il était incapable de bouger. Il ouvrit lentement les yeux, dont un était tuméfié pour une raison obscur. Il avait oublié ce qu’il s’était passé la veille. Il s’était enfermé dans son propre esprit pour ne pas perdre totalement sa raison. Et il vit un homme avec un étrange sourire malsain.

-Tu es vraiment mon jouet préféré. Un esprit fort difficile à briser, mais ça n’en ait que plus délectable, puisque lorsqu’on y arrive, c’est définitif. La peur finit par couler dans le sang. Et ils se souviennent toute leur vie des atrocités qu’ils ont vécu. On recommence ?

Il le vit avec une bassine d’eau, et une batterie électrique. Il ne le supplia pas. Ne lui lança pas la moindre insulte. Il avait tout essayé, et rien n’avait marché. Il restait silencieux, se contentant de baisser la tête alors qu’il voyait ses mains dépourvues d’ongles, arracher il y a quelques jours. Il se contenta de hurler de douleur oubliant jusqu’à son propre nom…

* *
*

Il se réveilla lentement, difficilement, regardant autour de lui en ne bougeant que les yeux, avant de grogner de douleur. Il tenta de lever une main pour la porter à son front, mais Adrian sentit qu’elle était complètement entravée, laissant couler une vague froide de panique dans tout son corps. Est-ce qu’il était revenu ? Pourquoi ?
Non, il n’avait pas le temps d’y réfléchir. Un bip incessants et de plus en plus rapide l’empêchait de réfléchir. Il devait tenter de s’enfuir, et revenir quand ils se seront calmés. Quand il leur aura dit qu’il ferait mieux. Tout ce qu’ils veulent mais pas ça. Une vague de désespoir s’ajouta à sa panique, alors que des hommes déguiser en personnels médical s’approchait de lui. Ce n’était que pour mieux le tromper, il en était certain. Il abattit son poing sur celui qui était le plus proche de lui, et s’approchant dangereusement de son cou avec une aiguille pour lui injecter du poison.
Il se retrouva à terre, et Adrian en profita pour repousser les autres violemment, et se leva, ne remarquant même pas qu’il n’était pas complètement attaché. Il ne songeait qu’à s’enfuir. Cependant, une de ses jambes refusa de lui obéir et céda sous son propre poids, alors qu’il se cognait contre le lit, son poignet encore attaché. Il avait aussi oublié ce détail.
Il avait mal à la tête, et il était certain que ce n’était pas seulement à cause de son coup à la tête. Il avait mal à la jambe et il voyait du sang apparaître à travers le tissu. Il se demanda vaguement ce qu’il s’était passé, mais déjà que deux hommes armés arrivèrent vers lui. Adrian lança un objet sur le plus proche et profita de cette diversion pour donner un coup de pied dans les chevilles de l’un d’eux l’assommant, tandis que le deuxième s’enfuyait sans doute pour appeler des renforts. Il devait se dépêcher.
Il chercha du regard des clés qui lui permettrait d’avoir un semblant de liberté, mais il ne voyait rien, et la panique prenait de plus en plus le pas. Il sentait l’adrénaline montée, lui faisant presque oublier toute douleur. Mais l’avantage de la torture incessante, c’était qu’on avait une plus haute tolérance à la douleur. Il fouilla les corps inconscient les plus proches à la recherche de la moindre clé, alors que des pas empressés s’approchaient sans lui laisser le moindre répit.

Il releva finalement la tête pour voir des chaussures sur le pas de la porte. Ils restèrent sans bouger pendant quelques secondes avant de courir vers lui. Il n’osait pas lever la tête. Il ne voulait pas revoir ces cheveux blancs et se sourire malsain promesses de sévices aussi cruel que longues. Les corps inconscients furent récupérer, les moindre choses qui pouvaient l’aider à se défendre éloignées. Et il n’osait toujours pas relever la tête, guettant simplement le bon moment pour prendre l’avantage. Non, s’il se loupait encore une fois, rien ne lui serait pardonner. Il déglutit difficilement, murmurant d’une voix rauque :

-Je le ferais plus…

Sans poser le moindre regard sur son geôlier.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Avr - 21:23
Kim Chae Young
C • Formation Ambulancier
avatar


:
C • Formation Ambulancier
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

- Et puis, tu sors avec une Matthews, l’oublie pas. On se laisse jamais abattre, et on se relève toujours.

Kim avait posé un regard bienveillant sur Ethan lorsqu'il avait sortit cette phrase qui était autant pompeuse que réaliste. Il avait eut envie de lui dire de la fermer mais il n'en avait rien dit parce qu'il était si content de lui reparler à cet instant.

Kim se tenait là, dans le parc du quartier Sanjuu, à quelques mètres du banc sur lequel il se voyait assis lui et son meilleur ami, Ethan, encore si innocent et dans le droit chemin. Le contraste était saisissant et Kim aurait tout donné pour revenir à cette période de sa vie, celle où tout était différent et plus facile. Il leva une main fébrile vers l'image de son passé mais elle se flouta aussitôt et bientôt elle disparut dans une brume légère comme si ce n'était qu'une bribe de son passé. D'un coup, il se demandait si ça avait vraiment eut lieu tout ça.


Il grimaça, il l'ignorait encore mais l'effet des calmants commençait à s'estomper et il n'allait pas tarder à se réveiller, replonger dans ce sordide enfer bien plus noir que ses actuels rêves. La machine près de lui émit un battement un peu plus pressant, son rythme cardiaque s'intensifiait... Pas difficile de deviner pourquoi...

Kim courait à corps perdu. Les gouttes de sueur perlait sur son front avant de s'évaporer dans cette chaude nuit d'été. Il apercevait l'ombre d'Adrian s'enfuir devant lui, et il avait beau donner toute l'énergie dont il était capable pour le rattraper, il n'arrivait jamais à atteindre son but, et il se contentait de refermer son étreinte sur l'unique effluve de sa fuite.
Bientôt, ce furent des larmes qui coulèrent sur ses joues...


Il se réveilla brusquement en se redressant aussitôt, ce qui lui arracha un cri de douleur qu'il tenta d'étouffer au mieux mais ce fut un échec cuisant et une infirmière déboula instantanément dans sa chambre.

- Oh oh ! Non non, doucement. On se calme et on se rallonge. Vous avez des blessures qui demandent du repos alors restez allongé.

Kim posa son regard sur elle. Il venait à peine de réaliser qu'il avait fait un rêve et elle lui parlait de blessures. Les battements de son coeur étaient si rapides qu'il en avait du mal à respirer.

- Des bless... Quoi ? Mais... vous êtes qui vous ?

Kim l'inspecteur ronchon était de retour. Et c'est seulement après avoir posé la question qu'il entendit les bips autour de lui, qu'il sentit le tuyau dans son nez et les fils qui étaient reliés à son bras et à son torse. Les lumières blafardes et malades de l'hôpital lui sautèrent aux yeux et il se rappela enfin où il était et pourquoi il y était. Il referma les yeux et poussa un soupir. Les douleurs physiques remontaient toutes à la surface et c'était loin d'être agréable. Son visage tout entier semblait décalé comme un formidable et unique tableau de Picasso. Il préférait même ne pas se voir.

- Votre famille a été prévenue, ne vous inquiétez pas.
- C'était pas la peine grogna-t-il puis il se ravisa quand il vit le regard méprisant qu'elle lui jetait. Mais merci.

Il préféra se taire pendant les minutes qui suivirent même s'il avait énormément de questions en tête parce que visiblement elle ne le laisserait pas faire ce qu'il voulait, alors il joua le patient docile qui allait se reposer calmement pour laisser le temps à son corps de se remettre de ce choc. En soi, c'est vraiment ce qu'il aurait dû faire. Il sentait à sa respiration saccadée et douloureuse qu'il avait des côtes cassées mais pour le reste, s'il oubliait son précieux visage de playboy dont il ne se souciait plus depuis des années maintenant, ce n'étaient sûrement que des courbatures. Combien de temps s'était passé depuis qu'il s'était battu contre Ethan ?
Il ne se souvenait même pas de l'arrivée de ses collègues. Est-ce qu'il s'était évanoui sous le choc tant émotionnel que physique ? Il se rappelait vaguement avoir entendu Adrian lui donner une adresse et lui dire de se rendre là-bas mais pas tout seul. Son cerveau de flic avait enregistré l'information mais s'il était tombé dans les vapes peu après, elle ne devait plus avoir grande valeur désormais. Il eut envie de cracher sur le sol, il détestait quand son corps prenait le dessus sur son esprit, c'était une marque d'humanité mais aussi de faiblesse et ça lui rongeait le sang. L'infirmière dégagea enfin son petit cul de la chambre et Kim attendit juste une minute ou deux pour tenter de se redresser à nouveau. Il étouffa un grognement mais la résistance psychologique s'était mise en place. Il s'assit sur son lit et retira le tuyau dans son nez qui était désagréable mais sûrement nécessaire quand il était inconscient. La douleur lancinante qui rappela qu'Adrian lui avait envoyé son genou en pleine poire. Il devait avoir un sacré beau visage de boxeur désormais. Il allait même faire peur à son fils dans cet état, quelle idée d'appeler sa famille. Il prit appui sur le lit pour se mettre debout, ignorant la gravité de ses douleurs musculaires mais il fut agréablement surprit de constater qu'il tenait debout tout seul comme un grand. Il ne fit pas gaffe à l'hideuse tenue d'hôpital dont il était affublé et empoigna sa perfusion pour faire rouler le bordel jusqu'à la porte. Il voulait voir Ethan, il devait être ici lui aussi, dans un état pire que le sien. Il était sûrement dans le coma ou quelque chose comme ça.

Il avait à peine atteint la porte de sa chambre qu'une flopée d'infirmières passèrent devant lui et un flic en uniforme aussi pour se diriger vers une chambre un peu plus loin. Il s'étonna du rictus qui s'imprima sur son visage. Il avait aussitôt pensé que même l'Ethan d'avant leur en aurait fait voir de toutes les couleurs, alors c'était peut-être bon signe s'il foutait le bordel dans sa chambre.
Kim suivit le mouvement et se dirigea à son tour vers la chambre. Il jeta aussitôt un œil à l'intérieur et assista à un spectacle aussi étonnant que logique. Les flics postés devant sa chambre s'étaient rués à l'intérieur pour le maîtriser mais ils avaient ordre de ne pas le brutaliser sinon ils pourraient le tuer vu son état alors ils se contentaient de l'encercler en pointant leur arme sur lui. Deux médecins étaient à terre, évanouis mais hypothétiquement en vie. Kim rentra dans la chambre, et fit signe aux flics de baisser leur arme. Leurs regards se croisèrent, incrédules mais ils s'exécutèrent en reconnaissant Kim malgré sa gueule enfarinée. Il leur demanda de reculer pour lui laisser de l'espace. Il ne fallait pas oublier qu'Ethan ignorait qui il était vraiment mais que les flics eux ne voyaient en lui que le tueur sanguinaire et méticuleux, alors il était considéré comme dangereux et Kim se mettait clairement à portée de ses coups en l'approchant ainsi. Mais il avait confiance en lui et puis s'il prenait un autre coup, il aurait sûrement la force d'en remettre un aussi alors Ethan voudrait sûrement éviter de recommencer un combat qui les achèverait tous les deux.

Il se rapprocha de lui et s'accroupit à ses côtés. Il entendit Ethan tenter de le rassurer sur le fait qu'il ne le ferait plus. Il ressemblait à un gamin qui venait de se faire gronder pour avoir chiper un bonbon avant le dîner. Il ne savait même pas à qui il s'adressait. Kim évita le contact physique envers lui pour ne pas attiser la foudre mais il lui parla tout bas. Attitude qu'il aurait également adopté avec un enfant craintif ou un animal blessé. Il n'était pas psychologue mais là c'était son instinct humain qui prenait le dessus.

- Ethan... C'est moi Kim. Tout va bien, tu es à l'hôpital. Est-ce que tu te souviens de ce qui s'est passé ? On s'est battu toi et moi et tu...
- MAIS QU'EST-CE QUE VOUS FOUTEZ ??

Le visage de Kim se ferma et par réflexe il voulait crisper sa mâchoire mais la douleur le rappela à l'ordre. Il se releva aussitôt, perdant vaguement l'équilibre. Il se retourna pour faire face à son supérieur. Il ne savait pas quoi lui dire ni comment lui dire alors il préféra se taire. Le regard gris et métallique de son chef lui glaça les os. Il était sûrement content de le voir en "forme" mais il allait prendre cher pour son attitude actuelle et pour son coup de filet en solo. Il n'avait jamais aimé les comportements suicidaires à la Mcclane.

- Reculez Young, c'est un dangereux psychopathe. Vous là, relevez-le et attachez le complètement à son lit. S'il tente le moindre mouvement, vous lui défoncez le crâne et ne me parlez pas de droit de l'homme, je vous rappelle que c'est un tueur. Young !

Kim avait envie de regarder Ethan et de lui dire de pas se faire de soucis, qu'il allait gérer cette situation infernale mais il n'en était pas sûr lui-même. Alors il se contenta de s'éloigner d'Adrian, mettant un point d'honneur à différencier l'un de l'autre. Il se rapprocha de son supérieur. Il allait se prendre une soufflante mais il devrait peser ses mots.

- Mais enfin, vous avez perdu la boule ??

Ils sortirent de la chambre pour retourner vers la sienne. Kim ne pipait mot. Il savait qu'il n'avait pas l'autorisation de parler là alors il attendait qu'il lui fasse signe de l'ouvrir.

- Je peux savoir ce qui vous a prit de foncer chez la dernière cible pour tenter d'arrêter ce criminel à vous tout seul ? Vous êtes surmené ou quoi ? Je ne veux pas de vengeance personnelle. Ce psychopathe a menacé votre famille, d'accord mais ne réagissez pas dans son sens. Vous rentrez dans son jeu, bordel j'vais pas vous apprendre la psychologie à votre niveau, merde ??

C'était le moment.

- J'ai eu une intuition chef. Ça a payé.
- Ne jouez pas au plus malin, vous avez failli y laisser la vie, vous y avez pensé à ça ? Pour venger l'affront vous vous jetez dans la gueule du loup. Vous mériteriez que je vous mette au placard pour une attitude pareille.
- Il m'a parlé. Il m'a donné une adresse.

L'intérêt de son supérieur passa comme un éclair dans ses yeux perçants masqués par cette épaisse fourrure de sourcils. Il ne supplia pas Kim de continuer, il n'avait pas à le faire. Kim donna l'adresse qu'Ethan lui avait indiqué. Il s'agissait sûrement de sa planque ou quelque chose comme ça, il espérait juste que ce serait pas trop tard mais il avait peu d'espoir. Le genre de contrat qu'effectuait Ethan devait demander des comptes, des rapports alors puisqu'il n'avait pas validé la mort de sa cible, le ménage avait dû être fait, mais ils n'avaient rien à perdre à essayer. Une équipe d'intervention fut aussitôt envoyée sur place.

- Bon, reposez-vous, nous vous tiendrons au courant des suites de l'enquête mais pour l'instant pensez à vous.
- Chef, je ... laissez-moi lui parler.
- Young...
- Il est attaché, il ne peut plus rien faire. Laissez-moi établir un contact avec lui, il m'a déjà parlé, je peux réussir à en savoir plus. Nous devons tous les deux guérir de toute façon alors autant le faire utilement.
- Très bien, mais à la moindre information...
- Je vous appelle.
- Bien.

Il commença à partir et puis il se stoppa pour se retourner vers Kim. Son regard avait changé. Le gris était plus chaleureux, plus paternel aussi.

- Content de vous voir en vie Inspecteur. Beau boulot.

Kim ne répondit rien mais un merci s'afficha sur son visage. Au fond de lui, il était très fier d'avoir réussi à arrêter ce tueur complètement cinglé et déchaîné mais il ne voyait pas la fin du tunnel en sachant que c'était Ethan. Et puis il devait se méfier de l'arrivée imminente de Kaena à l'hôpital, elle ne devait pas voir son frère sinon il ne pourrait pas contrôler l'effet papillon qui allait suivre. Un brouillard intense s'imprima sur ses yeux et il fut prit de vertiges. Trop de mouvements pour son pauvre petit être fragile. Il s'appuya contre le mur à côté de lui et ce fut le signe pour les infirmières qui vinrent prendre le relais, rassurée de voir les choses rentrer dans l'ordre. Kim se laissa faire cette fois, il avait toujours des tas de questions en suspens, mais elles pouvaient attendre plusieurs heures, il ne partirait pas sans qu'il en soit informé et sa blessure à la cuisse était plus que les siennes.
Il sentit qu'on l'aidait à se rallonger sur son lit, il ne broncha pas, docile comme un agneau, laissant enfin la paix à son corps de lui dicter sa conduite et non plus à son esprit. Il sombra dans un profond sommeil récupérateur au moment où Kaena pénétra dans sa chambre, affolée et paniquée.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Mai - 21:30
Adrian Medvedev
Invité
avatar


Adrian était tétanisé de peur, évitant tout contact visuel pour ne rien savoir de ce qui allait se passer. Parfois, il valait mieux rester dans l’ignorance. Mais peut-être pas là. Il entendit une voix douce. Pas une voix doucereuse. Ni mielleuse. C’était un murmure, avec la véritable intention de le rassurer. Elle n’avait cette consonance hypocrite, dont il était trop habitué. Adrian en resta… choqué. C’était Kim. Ce n’était pas Lui. C’était Kim. Il ne comprenait absolument rien à cette situation. Il avait besoin de réfléchir… Il lui fallut quelques secondes pour se rappeler que l’inspecteur l’avait arrêté. Qu’ils s’étaient battus. Qu’il avait autant espéré qu’il l’arrête que le contraire. C’était peut-être terminé ?

Il n’eut pas le temps de se sentir véritablement rassuré qu’il entendit qu’au moindre geste suspect de sa part, ils lui « défonceraient le crâne ». Et il sentait Kim s’éloigner de lui. Il n’avait pas absolument pas envie de le voir partir. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait confiance en lui. Adrian se souvenait qu’il lui avait fait un garrot et n’avait pas utilisé plus de violence que nécessaire… Il se sentit devenir blanc… Il cherchait l’aide, la protection de cet inspecteur. Il était comme un enfant dépendant de ses parents. C’était bien la dernière chose qu’il voulait. Mais il n’y pouvait rien. Adrian se laissa faire alors que le personnel médical l’aidait à se remettre sur son lit. Il sentit une douleur aussi petite que vive au niveau du cou, suivit une immense fatigue qui le rendait incapable de bouger, alors qu’il sentait qu’on l’entravait un peu plus. Il était trop fatigué pour paniquer, ou protester. Il voulait simplement dormir… C’était trop difficile de lutter. Enfin, il se disait ça à chaque fois, mais se retrouvait souvent à se battre contre quelque chose. Que ce soit contre lui-même ou quelqu’un d’autre…

*
*  *

Kim avait son arme braquée sur sa tempe. Est-ce qu’il allait tirer ? Il ne savait pas, et il n’avait aucune intention d’attendre la réponse. Avec célérité, il attrapa le poignet de Kim, et le fit tomber se mettant sur lui pour récupérer l’arme et l’empêcher de bouger.
Mais ce n’était plus Kim qu’il voyait. C’était lui. Non, ce n’était pas vraiment lui. C’était son physique, mais Ce lui avait quelque chose qu’il n’avait pas. Ce lui qui était finalement très différent de ce qu’il était. Ce lui qui lui attrapa la gorge pour le tuer. Il brûlait d’une fureur meurtrière, son regard accusateur et froid lui donnait l’impression qu’il le connaissait au plus profond de son âme. Il voulait le tuer. Son aura envahissait cette pièce, cette aura qui lui disait clairement qu’il devait mourir. Qu’il n’avait aucun droit de vivre. Qu’il ne méritait pas de respirer. Et cette main aussi ferme que forte qui ne voulait rien lâcher. Tout cet être transpirait le combattant. Celui qui ne se plierait jamais face à l’adversité. Celui qui préfère mourir plutôt que d’être entravé. Il se sentait étouffer. Il n’arrivait pas à lui faire lâcher prise.

Et d’un coup, il se sentit tomber. Dans le noir, il n’y avait ni haut, ni bas. Ni gauche, ni droite. Il n’y avait que le vide et les ténèbres. Ce n’était pas rassurant, ni effrayant. C’était vide. Il ne pouvait rien faire, à part tomber…


*
*  *

Il ne respirait plus. Les médecins avaient eu le temps de l’amener au bloc opératoire lorsque ses constantes s’étaient emballées. Il avait une hémorragie interne au cerveau, et le dernier coup à la tête qu’il avait eu avec le lit, l’avait précipité dans inconscience. Le tranquillisant n’avait servi à rien. A part ralentir son rythme cardiaque. Et un caillot, sans doute dû à la blessure à sa jambe, s’était logé dans son coeur pour ne rien arranger.

Un médecin avait enlevé sa tenue, et ils étaient tous resté interdit quelques secondes avant de reprendre l’ordre de leurs priorités.

Un choc.

Il s’enfonçait de plus en plus dans les limbes, et ils étaient tous conscients qu’il avait peu de chances de s’en sortir. Vraiment très peu. La malchance et les coups répétitifs à la tête allaient sans doute avoir raison de lui. Mais était-ce réellement grave qu’un tueur de ce type meure ? Combien de personnes innocentes avait-il tuées ?
Ils n’eurent pas le temps de se poser la question. Son cœur repartait…

*
* *

Une main le retint. Il releva la tête pour voir Ce lui qui avait voulu le tuer. Parfois c’était Kim. C’était comme une image de télé mal réglée qui ne semblait pas savoir sur quel canal se mettre. Lui ou Kim ?

-Un peu facile ce que tu fais, non ?

C’était cette voix dure et accusatrice de Ce lui. Ne voulait-il pas le voir mourir ? Ou attendait-il qu’il se batte comme il semblait si bien le faire ? Il ne savait pas, mais sa main le lâcha il continua sa descente dans le vide. Qui avait finalement un fond. Il plongea finalement dans l’eau. Il ne se noyait pas. Ca semblait naturel. Il nagea un peu, pour retrouver la surface et sans comprendre comment, il était sur un pont de pierre, dont l’eau semblait s’écouler lentement. Les ténèbres étaient toujours présentes, mais elles n’étaient plus aussi noires qu’auparavant. Il baissa la tête et y vit son ombre. Et c’était toujours Ce lui qu’il ne connaissait pas. Il le surveillait, lui faisait comprendre qu’il n’avait pas l’intention de le lâcher. Il marcha lentement jusqu’au bout du pont de pierre.
Il fut légèrement aveuglé. Il y vit des personnes sans visage, mais il les connaissait. C’était sa sœur, son neveu et Kim. C’était son lui avant de perdre la mémoire. Ils vivaient tranquillement. Heureux.
Il afficha un sourire s’apprêtant à les rejoindre, rassuré de voir qu’il s’était retrouvé.


*
* *

Un médecin vint voir l’inspecteur après la fin de l’opération. Elle avait duré plusieurs heures, si bien qu’ils étaient maintenant au milieu de la nuit. Il avait été prévenu assez tardivement, le temps de le laisser se reposer et que sa femme soit partie. On lui avait bien spécifié que la présence de l’homme en salle de réveil devait rester secrète.
Le médecin semblait mal à l’aise et tracassé par ce qu’il venait de voir sur la table d’opération. Il demanda à l’inspecteur de s’asseoir, entrant directement dans le vif du sujet, sachant que c’était ce que voulait Kim Chae Young. Des nouvelles de cet homme.

-Il s’en est sorti, et son état est stable. Il s’est battu pour rester en vie, il ne devrait pas y avoir de lésion, et il devrait s’en remettre complètement. Mais…

Il hésita, choisissant ses mots avec soin, pas certain de lui. La fatigue prenait le pas sur son corps, et son œil lui faisait mal depuis que son patient l’avait frappé. Cet homme violent dont il se surprit à avoir un peu de compassion. Il se demanda par quoi il était passé, sans vouloir avoir la réponse. Il évita le regard de Kim, regardant le sol, réfléchissant toujours à ses mots, malgré l’impatience qu’il percevait de l’inspecteur.

-Nous avons vu des… anciennes blessures qui sont… volontaires, on dirait. Il y a une grosse brûlure au niveau des côtes qui semble s’arrêter bien trop nettement pour être… un hasard. Et surtout, on dirait que quelqu’un s’est… servi de son corps pour faire des… dessins. Il a une couronne au niveau des pectoraux, et… un neuf sur l’omoplate… Et quand je parle de dessins… Ce n’est pas des tatouages, mais… de la peau qui a été arrachées… précautionneusement. Je crois que ça a été fait pour faire mal, pas pour blesser. Et la cicatrisation est… propre. Ce qui laisse penser un certain savoir-faire…

En d’autres mots… On y devinait une bonne compétence pour la torture. Et d’après ce qu’il avait vu, ceux qui avaient fait ça, avaient une bonne connaissance anatomique. Il le regarda, toujours mal à l’aise, et lui-même toujours un peu sous le choc.

-Il devrait voir un psychologue, si vous voulez mon avis…

Il préféra ne rien ajouter d’autre, se contentant de regarder l’inspecteur quelques secondes pour s’assurer qu’il allait bien, au cas où qu’il ait du mal à respirer. Après tout, il avait les côtes cassées…

*
* *

Un squelette l’arrêta. Il posa ses doigts sur ses yeux, lui masquant la vue. Il devina son sourire malsain. Son autre main le serra tendrement, mais fermement, lui signifiant qu’il ne le laisserait pas partir. Jamais. Il ressemblait à un amant jaloux.

-Tu es à nous… Tu crois vraiment que tu peux retrouver cette vie ?

C’était une voix féminine. Presque enfantine, mais qui tenait des promesses de douleur. Il sentit la panique le prendre. Où était Ce lui ? Il était parti, le laissant livrer à lui même.
Les ténèbres reprirent leurs droits, et il bascula dans une petite cellule. Froide. Il la reconnaissait. Il devait partir d’ici. Le squelette prit la forme d’une femme, aussi belle que cruelle. Des cheveux longs et aussi blancs que la neige, ne faisant que mettre en relief le sang qui s’était logée sur cette belle chevelure. C’était son sang.

-Mon petit Neuf… Tu sais pourquoi, je t’appelle Neuf ? Parce que tu es dans la cellule 9. Je suis pas allée chercher très loin. Tu mérites pas plus. Mais… Si tu es sage et obéissant, tu pourras partir d’ici, et t’appeler… voyons voir… Adrian ? Oui, ça te va bien, et il faut bien que les gens te croient humain pour les approcher. Même si tu resteras mon petit Neuf adoré. Je vais même te l’inscrire pour ne pas que tu oublies. Je suis adorable, n’est-ce pas ?


Elle lui fit un magnifique sourire. Celui d’un enfant qui vient de recevoir son cadeau de Noël. Il ne lutta pas, ça serait qu’avoir plus de souffrances. Et il pourrait sortir d’ici s’il était sage et obéissant, comme elle le disait si bien.
Donner un chiffre pour déshumaniser. Ca marchait bien finalement. Ca et les nombreuses heures passées ici, à hurler à en perdre la voix. Il était à tout pour sortir d’ici. Même à laisser son humanité dans cette prison sombre. Tant pis, si elle disparaissait. Il fallait juste que tout ça s’arrête.
Elle prit son couteau, inscrivant ce fameux chiffre sur son omoplate, avant d’arracher l’épiderme et le derme lentement, laissant une marque indélébile sur son dos, alors que son propre cri de douleur résonnait à ses oreilles…


*
* *

Il se réveilla brusquement. Enfin c’était ce qui lui semblait. Il se sentait lourd. Fatigué. Réellement, ses prunelles restaient mi-closes, et il cligna plusieurs fois des yeux, aveuglé par la lumière de la pièce. Adrian regard autour de lui, alors qu’il sentait sa transpiration se mêler aux rares larmes qui s’étaient discrètement faufilées jusqu’à ses yeux. Il grogna. Il devait prendre une douche. Il tenta de se lever, mais il sentit des entraves. Néanmoins, il ne paniqua pas, beaucoup trop fatigué. Il fit juste un petit grognement. Il tourna légèrement la tête, et il le vit. Cet inspecteur qui dormait paisiblement à côté de lui. Adrian le regarda quelques secondes, le temps de comprendre où il était, sans mettre le doigt dessus. Mais il était en sécurité, si cet homme était là. C’était tout ce qui importait.
Il tourna la tête du côté opposé en sentant une autre présence, qui sursauta aussitôt. Il avait un œil au beurre noir, et semblait se méfier particulièrement de lui.

-Monsieur, vous êtes à l’hôpital. Je vais regarder si tout va bien, d’accord ?


Ah, il était à l’hôpital. Adrian resta le regarder se demandant vaguement pourquoi il se montrait aussi méfiant envers lui. Et d’où venait ce bleu ? Il ne chercha pas plus loin en voyant que le médecin attendait réellement son accord. Il hocha difficilement la tête, ne remarquant que maintenant qu’il avait un masque pour l’aider à respirer.

-Vous pouvez suivre mon doigt ?


Le doigt devant ses yeux, il le suivit du regard, tout comme il serra les mains du médecin quand il le lui demanda. Sans se poser de questions, et luttant contre la fatigue, il répondit aussi à ses interrogations, se contentant souvent de hocher la tête en signe de non, ou de oui. Il sentait le crayon à son pied, et même s’il l’avait prévenu, il avait eu envie de le cacher sans pouvoir bouger.. Ca avait un peu chatouillé. Il n’était pas habitué. Adrian avait tué beaucoup de monde, il était méthodique, méticuleux, dangereux, et ce médecin le chatouillait…  Il trouvait cette situation presque drôle, tellement elle était surréaliste.

-Vous êtes resté dans le coma pendant plusieurs jours. Vous revenez de loin.
-Ah…

Il ne savait pas quoi dire d’autres. Il voulait seulement dormir un peu. Il avait l’impression que toute son énergie s’était volatilisée. La transpiration le collait désagréablement au lit. Il voulait prendre une douche, mais à part les entraves, il n’avait pas le courage de se lever. Le médecin alla au bout de son lit, notant quelque chose, alors qu’un infirmier vint près de lui, passant délicatement un linge humide sur son front et le reste de son visage, tirant un grognement de bien-être à Adrian. Il ferma même les yeux, par fatigue mais aussi pour mieux profiter de cette nouvelle fraîcheur bienvenue. Morphée l’accueillit dans ses bras avant même qu’il s’en aperçoive, et il ne se réveilla que quelques heures plus tard, mettant quelques minutes à se souvenir de tout. Malgré l’affreux mal de crâne qu’il avait. Il grogna légèrement de douleur, tout en plissant les yeux, avant de tenter de faire abstraction, cherchant Kim du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Sauter vers :

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Académie Chisê :: Et si tout était différent ... ? :: Quelque part ailleurs ... ©-